Yannick Reine va disputer un des matchs les plus importants de sa carrière dans quelques semaines au Japon. Car combattre au pays du K-1 même une seule fois, ça ne s’oublie. Tout y es différent : du professionnalisme du corps arbitral à l’ambiance passionnée offert par le public japonais, c’est un véritable changement, une révolution en soit. Les fans nippons sont enthousiastes à souhait mais également respectueux en toute circonstance.

Ce sont plusieurs paramètres que devra gérer Yannick et son coin. L’homme a les épaules et l’intelligence pour gérer cela : il sera prêt : « Je suis super enthousiaste à l idee de fouler les terres Japonaises !!!  C’est un pays avec une très belle culture que j’aurai plaisir à découvrir.  J’aurai également plaisir à affronter monsieur Koya Urabe.
C’est pour moi une très grande fierté de pouvoir défendre les couleurs de mon pays et de ma Team face à un tel adversaire.
Je pars déterminé et confiant car je suis entouré d’un staff plus que solide en la personne de Pascal Arène, Laurent Lutz et de Sidi Koné. J’ai les meilleurs combattants pour me preparer à l’USV Académie des boxes donc nous serons prêts à honorer ce rendez vous comme il se doit !!
Merci à monsieur Alan Kermovan et monsieur Yacin Berrabah de la confiance qu’ils m’ont accordé. Merci à toi Jerome  ! »

Alan Kermorvan et Yacin Berrabah sont bien inspirés de lui faire confiance car Yannick Reine a su franchir étape après étape pour en arriver là où il est. L’esprit de cohésion est fort dans sa team et il pourra compter sur le soutien de Christian Berthely, Amine Kebir, Bakari Tounkara, Benjamain Gerbet, Nawel Karouach, Papy, Bertrand Lambert pour ne citer qu’eux. Véritable locomotive de la team Arène, Yannick sait ce qu’il a faire. C’est tout un héritage qu’il doit assumer, état d’esprit insuffler par Francis Hamdaoui, patron du kick boxing mais également fondateur du club. A travers le temps, l’état d’esprit est resté le même, celui emprunt de valeurs que l’on a perdu comme le respect des générations précédentes, de l’adversaire, l’acceptation de la défaite etc…

Yannick Reine est un condensé de tout cela et c’est qu’il va démontré au Japon.  Evidemment, rien ne sera simple au Krush 80, véritable anti-chambre du K-1. Koya Urabe y est chez lui et il est évident qu’il s’appuiera sur son expérience de ce genre de combat. Il a déjà affronté et battu des boxeurs français. Mais il avait également perdu à la nUIT Des Champions face à Karim Bennoui contre lequel il s’imposera quelques mois plus tard. Reine devra analyser cela pour peaufiner le game plan parfait qui lui permettra de revenir victorieux.

Publicités