Connect with us

Reportages

« Warriors rules… » Portraits croisés de Myriame Djedidi et Gabriel Moreno

Published

on

Par Luxo
Remerciements à Fabio COELHO pour sa superbe vidéo sur Gabriel MORENO . Photos : Facebook, avec l’autorisation des concernés

Un seul club, deux combattants confirmés et reconnus… mais un seul style, résolument basé sur l’offensive ! Par le biais de cet article, nous avons choisi de rendre hommage aux combattants les plus durs, qui vont « au charbon » et asphyxient l’adversaire. Ils donnent à voir un spectacle sportif unique, total.
Pourtant, seul ce titre d’article fera référence à la « guerre » que livrent ces athlètes sur un ring : en dehors de cela et comme souvent, ces champions sont directs, accessibles et respectueux. La parole est à eux !

Parlez nous de vos débuts en Boxes, les coachs marquants pour vos parcours et votre actualité personnelle.

Myriame Djedidi : Salut à tous ! Cela fait maintenant un peu plus de cinq ans que je boxe. J’ai commencé la boxe au Maroc avec comme coach Jaoud Khouia : j’étais entre de bonnes mains car c’est l’entraineur de l’équipe nationale Marocaine et qu’il a aussi été élu meilleur entraineur d’Afrique. J’ai été championne du Maroc. Puis j’ai poursuivi en France, dans un premier temps en Bretagne au club de Milizac avec un passionné du Muay, Eric Landuré, qui fait tout ce qu’il faut pour ses boxeurs. Dans un deuxième temps au « Boxing Factory » à Colomiers avec Rachid Zeryouh, un coach intelligent et qui peut transmettre à ses élèves de bonnes techniques car il a un gros bagage pugilistique. J’apprends aussi de belles choses auprès de Maamar Belarbi, autre coach très compétent, entier et qui est à fond derrière ses boxeurs. Mon palmarès est de 30 combats, 6 KO, 4 défaites, je suis Championne d’Europe 2014 en Muaythai, je boxe entre -51 kg et -54kg. Je suis aussi engagé en Boxe Anglaise et j’y obtiens de bons résultats.

Gabriel Moreno : Salut à tous les amateurs de pieds-poings ! Moi j’ai 27 ans, j’ai commencé assez jeune par la Savate Boxe Française et le Kick Boxing. Ensuite, je me suis davantage dirigé vers la Boxe Thaï où je me sentais le plus à l’aise, avec de meilleures sensations. Mes débuts dans ce sport ont eu lieu au « Carcharias » de Perpignan où je garde des bons souvenirs mais mon coeur m’a tourné vers des gens plus sains.
Le team de l’UMB est alors devenu en quelque sorte ma « famille de cœur », avec Faycal Hamech et Claude Salvador.
Je peux préciser aussi que je suis reconnu comme un gros bosseur, qui se prépare toujours au plus dur, quelque soit le combattant en face… Mon métier d’ingénieur en électronique m’a forcé à partir sur Toulouse et j’y ai intégré le « Boxing Factory » de Colomiers que je connaissais déjà. Je m’entraîne là bas à la perfection, je m’implique à fond et j’ai la chance de pouvoir m’entraîner deux fois par jour.

myriame IFMAComment définiriez votre style, en MuayThai ? Et dans les autres sports de combats ? L’engagement et la détermination semble être votre dénominateur commun, qu’en dites vous ?

Myriame Djedidi : En boxe anglaise comme en Muaythai , je suis quelqu’un de déterminé.
A ce jour, c’est un petit défi personnel supplémentaire pour cette saison : je veux performer dans les deux styles et c’est un gros travail ! En effet, le style en boxe anglaise est totalement différent du Muay, j’essaye donc de m’adapter. C’est vraiment très compliqué de faire les 2 boxes, surtout si on veut garder un « PUR » style Muay. Les déplacements ne sont pas les même, au niveau des appuis non plus et encore moins au niveau de la posture.
Mais pour l’instant, cela me réussit, j’ai déjà fait 4 combats en anglaise. J’ai battu une pointure toulousaine assez facilement, donc mon travail commence à payer. Si j’en ai l’opportunité, je compte faire quelques combats en règles K1 cette année aussi.

Gabriel Moreno : Alors, parler de mon style, pour ceux qui m’ont vu boxer sera simple : tout sauf… « fimeu » ! Je suis un acharné du travail, perfectionniste… J’essaie d’être propre et efficace sur le ring mais aussi, hum…je vise surtout surtout qu’on s’en mette « plein la tête ».  J’aime quand c’est dur, voilà ! C’est bête à dire mais j’aime ce moment où je doute et où je dois aller chercher au fond de moi l’envie et la rage d’aller arracher la victoire.  Je sais que les coups ne sont pas mes amis et qu’il faut les éviter mais franchement je n’hésite pas en prendre pour imposer un gros rythme et essayer de mettre mon adversaire en rupture.
C’est dans ces phases là que je vis mon sport à fond.

En trois adjectifs, essayez de qualifier votre goût pour le combat ? Comment ce goût de l’opposition vous est-il venu ?

Myriame Djedidi : Pas d’adjectifs à retenir, j’adore vraiment cela : il n’y a pas de boxeur dans ma famille, c’est un ami à ma soeur qui m’a suggéré d’essayer, j’ai tout de suite accroché !
Je n’ai jamais pratiqué de sport auparavant, à part à l’école. Actuellement en STAPS, j’ai accès à d’autres sports comme le rugby, l’athlétisme, la musculation… Mais nos sports de combats nous apportent beaucoup d’adrénaline et de joie : lorsque je boxe, je cherche toujours à donner le meilleur de moi même et à procurer du plaisir au spectateur.

Gabriel Moreno : Les trois mots que je choisis seront : SAVOUREUX, SACRIFICE et TEST.
Et tout cela n’est fait que pour moi même, pour ces heures passé a s’entraîner, à souffrir, à répéter… Se mesurer à autrui dans l’adversité et le respect, deux hommes prêt a tout donner pour se tester et montrer qui est le plus fort… C’est magnifique !

Quels objectifs pour cette saison ? Quels moyens vous donnez vous pour les atteindre ?

Myriame Djedidi : Pour ma préparation aux Mondiaux, je suis suivi en ce moment par Mr Roquefere, directeur des équipes de France de Muay thai et Kickboxing.  Nous utilisons l’application « COACHIFDIS » dont il est le fondateur, aussi je sens un réel suivi, chaque semaine selon mes cours.
Les entrainements sont variés et basés sur de la technique, de la musculation et du « cardio » à raison de 2 fois par jour avec 2 jours de repos dans la semaine. Je suis actuellement à New York pour me perfectionner, je m’entraine avec Aziz Nabih qui a déjà fait le coin de grand boxeur comme Sittichai, Saenchai ou encore Khayal Dzaniev devant qui Buakaw s’est incliné dernièrement.
Aziz est un passionné de Muaythai, adorable et pédagogue, il est doté d’un GRAND savoir dans ce domaine. Je projette d’ailleurs d’aller en Thailande l’été prochain à ses côtés. Donc, pour cette saison, mon objectif numéro 1 reste le championnat du monde de Boxe Thailandaise qui se déroulera en Suède du 19 au 29 mai 2016.
Je suis bien déterminée à repartir avec la première place, en espérant qu’il n y ai pas d’erreur d’arbitrage ou de vol. L’année dernière, j’ai fais la meilleure performance mondiale de ma catégorie mais suite à une erreur d’arbitrage, je n’obtiens que la seconde place. 

Gabriel Moreno :  Je n’ai pas réellement d’objectifs, je veux juste boxer le plus souvent possible : je m’organise pour m’entrainer intelligemment et ce deux fois par jour. Je bosse sur toutes les filières notamment en athlétisme (fractionné, fond, physique…), donc je suis prêt même du jour au lendemain. Je boxerai dans peu de temps, le 5 mars au « Choc des Légendes » puis le 19 mars au « Choc des Titans », merci à ces organisateurs qui pensent à moi.

Publicités
Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reportages

Monica Torchio : à l’assaut !

Published

on

By

Par Luxo – Photos Droits réservés Tonino Crapiz

Se tenir éloigné des rings, quand on est atteint par le virus du combat de longue date, n’est pas toujours chose facile. Ni souhaitable, quand on est doué…  Il n’est pas rare de croiser des athlètes qui, malgré les difficultés que connaissent les athlètes du pieds-poings en France, gravitent près des rings à attendre leur heure. La jeune femme du jour a le sens des priorités et a su prioriser ses études puis sa carrière professionnelle…
Mais, quand les conditions le permettent, pourquoi résister à l’envie de briller quand on déborde de tonus ? Désormais, le punch naturel de Monica Torchio s’exprime et la combattante bordelaise signe une grosse saison 2018/2019 !
Rencontre avec la combattante du club « Impacts 33 » : championne de France classe A en Full Contact/Kick Boxing/K1.
Ajoutons à cela de belles prestations en Savate PRO et une victoire nette à l’Open de France de Savate BF, bref…. 52 kg de tonus à revendre !

Salut Monica ! Comment présenterais-tu ton parcours pugilistique à nos lecteurs ? De la façon la plus simple possible, en évoquant ma vie d’adolescente plutôt sportive, je pense que cela parlera à beaucoup ! Je vivais alors avec ma famille dans le 13ème à PARIS et j’ai découvert les sports pieds-poings avec Philippe MAGNOL au club CENVINT, au départ juste pour le plaisir. La vie de club et la passion du professeur m’a conduit assez rapidement vers la compétition, un an après mes débuts, en Savate Boxe Française, en Full Contact aussi.
J’ai de bons souvenirs de ce parcours parisien et je me rends compte que j’ai toujours eu affaire à des coachs passionnées…et passionnants. Cela m’a sans doute influencé pour la suite.

Quand t’es tu décidée à boxer en combat ? Dans une transition articulée avec ma vie d’étudiante, où j’avais d’une part besoin d’une pause, pour profiter de la vie avec insouciance. Et d’autre part, en toute sincérité, je n’ai pas su m’adapter à l’époque aux coups portés avec impact. Les choses sont venus peu à peu, et c’est ce qui fait ma force aujourd’hui : j’ai appris à aimer la « violence » de ce sport, j’ai appris à me remettre en question en profondeur et assumer pleinement mes envies. Ce que je n’étais pas capable de faire à l’époque. Après une longue pause de 5/6 ans, en lien avec mes études d’ostéopathie, j’ai repris car le sport faisait partie de mon équilibre personnel et au contact de Mo KOULEON et de Willy BORREL à Bordeaux, j’ai vite constaté que les boxes pieds-poings me manquaient… Je voulais surtout reprendre dans une logique d’insertion sociale, pour rencontrer des gens à Bordeaux mais au bout d’un an, Willy BORREL m’a présenté son approche et celle du club IMPACTS.
Dans ce club, on valorise une pratique multidiscipline au sein d’une même structure, en vue de gagner en expérience et en adaptabilité sur le ring. Cela m’a séduit a rappelé mes débuts à Paris, j’y ai vu aussi des opportunités pour boxer plus régulièrement.

L’agglomération bordelaise a été une place forte par le passé dans les sports de combats, est-ce toujours le cas ? Sur ce point, je ne peux répondre qu’en ce qui concerne mes ressentis, à partir de la saison 2015/2016 environ, où j’ai pu bénéficier du réseau de mes enseignants car j’étais alors bien impliquée.
Je te confirme que l’ambiance de travail est très saine dans la région, il n’y pas de concurrence stérile entre les clubs, et on s’aide en fonction de nos échéances. Nous faisons des mises de gants régulières avec d’autres structures et je peux compter sur des accueils utiles à ma préparation, par exemple chez Yassine MEITIRI (du club Chartrons Boxe) ou plus loin au club de PERIGUEUX. J’ai aussi la chance d’avoir un combattante de très bon niveau dans mon club (Ludivine GUILHOT, -48kg qui évalue en Elite A en BF).
En axant ma pratique surtout sur le K1, en 2015/52016 j’ai eu de bons résultats. J’ai participé au championnat d’Europe Amateurs WAKO avec l’équipe de France. Cela m’a démontré que j’avais le niveau mais qu’il restait encore une marge de progression pour briller.

On peut dire que la saison en cours est la plus aboutie ? Oui, j’utiliserais même à ce sujet une expression bordelaise typique ! Je me « gave » comme on dit ici ! Je profite des dates de combats, des expériences riches dans les disciplines que je pratique. Je remets les chaussons avec l’aide de mon coach actuel Clément BIBARD, passionné de BF qui reste néanmoins ouvert à l’esprit multiboxe qui a conduit mes débuts. On s’essaye à la Savate PRO et on s’interroge enfin sur une saison 2019/2020 avec d’autres objectifs plutôt …ambitieux dirais-je !

Le mot des coachs concernant Monica Torchio

Willy Borrel : « Monica est arrivée avec une bonne base de travail, elle a des qualités évidentes de souplesse ou d’agilité mais je crois avoir contribué à son explosivité. Dans tous les schémas tactiques que je lui ai proposé, elle exprime une frappe phénoménale en jambes et avec un bon entourage, elle aura un avenir probable à l’international.
Le potentiel et l’écoute en combat sont d’autres qualités, j’ai entraîné des boxeurs qui ont bien moins de lucidité que ce petit bout de femme de 52 kg. C’était pour moi une belle rencontre sportive, Monica mérite de réussir. »

Clément Bibard : «  Des ajustements techniques sont à parfaire mais clairement chez Monica, le punch est là ! Elle a aussi un sens technico-tactique évident, son intelligence lui permettra d’aller loin. C’est une bosseuse qui a tout compris de la pratique multiboxe et qui apprend de chaque discipline »

Publicités
Continue Reading

Reportages

Karim Ghajji, Alan Kermorvan : la belle histoire

Published

on

By

A une époque où l’éphémère est roi, la longévité et surtout la fidélité sont autant de valeurs sacrifiées sur l’autel de l’intérêt personnel. C’est même bien souvent devenu une règle. Pas pour Karim Ghajji et Alan Kermorvan qui ont signé pour une dixième année de collaboration. Ce n’est pas rien !

Il y a quelques jours, les deux hommes se sont rencontrés pour officialiser leur dixième saison de collaboration.. Evidemment, en une décennie, des liens se sont créés dépassant amplement le stade d’agent à sportif. Ces-deux-là sont liés par une belle amitié, symbole au passe de la nécessité d’avoir un manager pour prétendre à une belle carrière. Et ce rôle-là, Alan l’endosse à merveille. De la Nuit Des Champions en passant par le Glory, le Thai Fight, le Bellator etc… le contrat est parfaitement rempli.

Réaction d’Alan Kermorvan

Réaction de Karim Ghajji

Cette dixième année c’est d’abord la fin d’une décennie et le début d’une seconde qui part très fort. Alan Kermorvan a déjà annoncé une échéance importante pour Karim dans les semaines à venir.

Publicités
Continue Reading
Publicités

Events Calendar

01 juin 2019

Nuit du KBP 2

Complexe sportif Paul de Vivie, Pernes Les Fontaines, 391 Avenue René Char, 84210 Pernes-les-Fontaines

Aucun événement trouvé !

Best

Copyright © 2008 - 2019 Fight Infos - fightinfos.com