Fort de trois couronnes mondiales autour de la taille, Jimmy Vienot a clairement franchi un cap cet été (ndlr : il est devenu champion du Monde WMC après avoir pris les titres WPMF et WBC). Le montpellierain est définitivement dans la cour des grands, de ceux qui ont marqué de leur empreinte l’histoire de leur sport.

Un seigneur !

Avec une démarche à la Cantona, fier mais finalement humble au-delà du possible, Jimmy en impose quand il est dans un lieu. Il ne passe pas inaperçu. Pourquoi ? Parce qu’il a su travailler dur et surtout saisir les opportunités qui se sont présentées. Rien n’a été simple et il a su se relever pour rebondir fort avec ce sacre estival. Jimmy est de ceux qui boxe dans s’épandre via les réseaux sociaux. La vérité est finalement toujours sur le ring ; sa force il l’a puise dans la difficulté intrinsèque de ces sports dans lesquels il évolue. Il ne faut pas se baser sur ses revers au Glory dans une catégorie qui n’était pas la sienne. Non ! Il est revenu à une division qui lui correspond avec les résultats que l’on sait. D’un calme olympien sans doute inspiré par son imperturbable coach, Dédé Thibault, Vienot s’est forgé dans les épreuves mais aussi dans les victoires. Il a déjà écrit de belles lettres à son palmarès et évidemment, il aspire à plus, toujours plus, c’est le propre du champion.

La dimension Vienot

En incluant Jimmy Vienot dans ce tournoi, Christian Barret savait quelle dimension il voulait donner à l’épreuve. Et ce n’est pas faire injure aux autres protagonistes que de le dire. Dans ce tournoi, il apporte une certaine notoriété, cette élément qui manque parfois. Il n’y a qu’au voir l’animation autour de ce Trophée Goliath pour comprendre ce qui est un état de fait. Bien évidemment, s’imposer ne sera pas simple pour Jimmy comme pour Wilson Varela, Youssef Assouik ou encore Arman Ambaryan. Ce sera peut être même encore plus difficile pour Jimmy qui est celui qu’il faut battre dans cette soirée, dans sa carrière pour espérer s’offrir une belle suite. Le verdict sera livré samedi soir sur le ring de l’Arena du Pays D’Aix qui va accueillir pour une grande première, un des plus grands champions français en activité. 

Programme

Superfight – K-1 B – Thomas Lanteri (Nice) vs Dorian (ABC Gréasque) 67kg

Superfight – K-1 A – Sofiane El Haloua (Team TMB375) vs Jonathan Guiriatto (BC Simiane) 71kg

Demi finale K-1 Pro – Karim Jabri (VXS Niglo) vs Tarek Guermoudi (Phenix Trets 67kg

Demi finale K-1 Pro – Philippe Salmon (Sparring Partner Academie) vs Grégoire Gottardi (Toulon) 67kg

Demi finale K-1 Pro – Arman Ambaryan (Belgique) vs Wilson Varela (France) 72kg

Demi finale K-1 Pro – Youssef Assouik (Danemark) vs Jimmy Vienot (France) 72kg

Superfight – K-1 Pro – Yannis Karabournalis (Team Vichi) vs Thibault Vedel (Team Yaz) 80kg

Finale K-1 Pro – Jabri ou Guermoudi vs Salmon ou Gottardi 67kg

Superfight – K-1 Pro – Fabrice Aurieng (France) vs Hassene Otman (Maroc) +95kg

Superfight – K-1 Pro – Adelino Boa Morte (Portugal) vs Kevin Velut (France) -78kg

Superfight – K-1 Pro – Anas Mouktader El Kabir (Portugal) vsTristan Bénard (France) 60kg

Championnat du Monde ISKA . K-1 Pro – Enrico Carrara (Italie) vs Karim Ghajji (France) -76kg

Finale K-1 Pro – Ambarayan ou Varela vs Assouik ou Vienot 72kg