Connect with us

Reportages

Victory 2015 : Levallois a répondu présent !

Published

on

_MG_4636Photos : TZ

Dominique Maraninchi avait parlé de stress lorsque nous l’avions interviewé sur ce Victory 2015 et finalement, la satisfaction du devoir accompli se lisait sur son visage samedi soir vers minuit. Heure de la fin de son show, heure de la détente pour lui après avoir vécu plusieurs semaines difficiles. L’homme a tenu bon ! L’interrogation de la soirée tournait autour de la présence du public ? Avec 3400 personnes présentes, qui ont bravé toutes les réticences engendrées par les événement tragiques qui ont secoué la France et plus particulièrement Paris il y a quelques jours, nous pouvons dire que le pari est réussi. La grande famille des sports de combat y est allé également de son soutien : Jo Prestia, Djamel Yacouben, Angélique Piquiot, Karim Ghajji, Fabrice Allouche, Cyrille Diabate, Yves Landu, Kamel Chouaref, Gaetan Sautron, Julien Lorcy …. la liste est longue de ceux aperçu dans les travées de cette salle mythique. Tous étaient venus assister à ce grand rendez-vous parisien au parfum de nostalgie. La carte annonçait une soirée marathon mais avec le casting léché et l’organisation au millimètre, nous n’avons même pas vu le temps passé. Nous revenons sur ce show en plein essor qui n’a pas fini de grandir.

_MG_3807

 

Chingiz Allazov hors norme

Et finalement, le lots de sensations fortes attendus a bien été distribué par les acteurs de la soirée. Le championnat du Monde WAKO Pro entre Chingiz Allazov et Djimé Coulibaly a sans aucun doute placé le show dans la dimension mondiale à laquelle il aspire. Allazov est un extra-terrestre imposant une équation que personne ne parvient à résoudre pour l’instant. Pourtant Djimé a trouvé des failles avec ce « superman punch » qui est passé à de nombreuses reprises, sans oublier les crochets au corps mais le mais est de taille. Chingiz est surpuissant, explosif comme jamais ; il remise systématiquement par plusieurs coups (en poings et en jambes). Et dans les phases où il est en difficulté, il devient « border line » avec les règles, histoire de tester le mental de l’adversaire. Ca n’a en rien influencer le combat, le français a fait preuve d’un stoïcisme absolu. Il n’a pas triché avec lui-même ; mais il peut nourrir quelques regrets car il a montré épisodiquement qu’il pouvait bousculé son bouillant adversaire qui a pris toutes les reprises sur les feuilles des juges. Allazov a finalement boxé en patron laissant très peu de marge de manoeuvre au français sur lequel il a lâché de véritables missiles en jambes comme en poings, la garde haute et compacte de Djimé l’a clairement mis à l’abri d’une déconvenue. Chingiz Allazov a pris le titre parce qu’il a été le plus fort sur ce combat ; c’est la loi du ring, celle qu’il impose depuis plusieurs mois à ses adversaires. Dominique Maraninchi qui est le premier promoteur français à l’avoir fait boxé dans l’hexagone en tire une certaine fierté. Il est évident que l’aventure entre les deux hommes ne s’arrêtent pas là.

La reine Meksen

Opposée à Maria Lobo, boxeuse portugaise coachée par l’immense Dina Pedro, Anissa Meksen, accueillie par une ambiance fantastique, a prouvé qu’elle était l’ambassadrice incontournable du pieds-poings français. Ce fight était un match piège pour la française qui avait face à elle, une boxeuse rugueuse à souhait qui va finalement se perdre dans l’attitude. Car les règles ont été un peu oubliées par Maria qui écopera de deux points négatifs pour saisies répétées. Anissa qui comprend que l’épreuve de force n’est pas le game plan idéal, ressort les fondamentaux avec des chassés médians et haut, ce travail jambe avant, jambe arrière que l’on a l’habitude de voir en savate boxe française, sans nul doute possible la meilleure école pour apprendre le pieds-poings. La française n’oublie pas ses poings et avec une vraie détermination, elle trouve des failles dans la garde de la protugaise, dangereuse en contre mais aussi avec ses genoux. Au terme des trois rounds, Anissa Meksen s’adjuge une nouvelle victoire et quelle victoire ! Il faut vraiment en avoir sous le pied pour changer de tactique sans être pour le moins du Monde perturbée. Meksen fait preuve d’une intelligence de ring a démontré dans toutes les écoles.

Medhi Zatout ou la fierté d’un homme

Son coach et ami, Kamel Jemel (excusez du peu) lui avait mis la pression : c’était la victoire ou la fin de sa carrière de boxeur. Medhi Zatout était fixé et face à Yetkin Ozkul, guerrier au mental hors norme, cette pression il a su la transcender. Face à un boxeur rageur qui avait relevé ce défi dans la division supérieure, Zatout a été impérial. Très percutant en jambe et en poing, il rend coup pour coup à Yetkin compté sévèrement dans la première reprise. La deuxième reprise sera celle où tout bascule ; écopant d’un point négatif pour saisies répétées, Medhi va infligé un nouveau compte sur un crochet. Il prend l’ascendant dans cette reprise mais c’était sans compter sans la fierté de son rival qui ne va jamais lâcher et va tenter un pressing en poing dans le dernier round. Les mains en bas, Zatout provoque remise sur les charges de son rival dans une ambiance fantastique. Il s’impose logiquement aux points dans un des matchs les plus intensifs de la soirée.

Abderaman Coulibaly veut une belle

Abderaman Coulibaly voulait une revanche face à Freddy Kemayo. Et les deux hommes avaient gratifié le public d’un face à face tendu à la pesée. Coulibaly prend l’initiative et trouve d’emblée des failles en uppercut et suit bien en jambe. Kemayo surpris répond en puissance en jambes au corps et travaille bien des deux mains. Malheureusement sur un blocage, il se retrouve avec une entaille sérieuse au tibia. Fin des débats pour le corps médical qui constatent que la blessure est profonde.  Abderaman Coulibaly s’impose mais on peut clairement comprendre qu’il la voulait un succès autrement. Pour l’anecdote, sur le ring, il a demandé la belle à son adversaire.

Haida, la foudre dans les mains et les jambes.

Vainqueur du tournoi dédié au -72,500kg, le marocain a impressionné en demi finale face au français Kader El Kaamouchi. Rapidement, il trouve la faille avec un crochet magistral au foie. Compté, le français repart mais pour encaisser un middle au même endroit. Fin des débats avant de retrouver Haida en finale face au tchèque Michael Krcmar. Ce dernier s’est défait aupravant de l’américain Ian Alexander dans un match très tactique. L’ultime combat de ce tournoi ne sera pas le plus animé de la soirée puisque les deux hommes vont rester méfiant tout au long des rounds. La différence se fera dans la dernière avec un marocain percutant en poing, qui prend l’intiative pour s’imposer finalement aux points.

Bugaenko peut remercier Milanovic

Ils étaient 4 hommes à prétendre à la victoire dans l’épreuve dédiée au -95kg. Et c’est finalement, le plus léger, Igor Bugaenko, qui s’est imposé dans ce dernier carré. Opposé au roumain Claudiu Istrate, le bélarus a cassé les appuis de son opposant sans oublier de masquer les attaques avec des séries des deux mains. Il a tout de même fallu qu’il compose avec la réplique lourde en poing d’Istrate qui a fait preuve d’un fighting spirit à toute épreuve. Auparavant, le moldave Alexandru Burduja disposait non sans mal du croate Tony Milanovic. Percutant en poing, Burduja a accepté à tort d’encaisser les low-kicks de son rival du jour qui ne s’est pas privé pour tenter de briser les appuis. En vain, Alexandru s’impose logiquement aux points mais a clairement perdu la finale dans ce fight. L’articulation enflée comme jamais, il se présente face à Bugaenko amoindri. Le premier low kick aura raison de la volonté du moldave qui s’écroule de douleur. Compté il repart en boitant pour encaisser une nouvelle frappe dans les jambes qui met fin aux débats. Igoer Bugaenko s’impose rapidement aux points et peut clairment remercier Milanovic de lui avoir « faciliter le travail ».

Un début de soirée fou

Trois combats étaient proposés en opening fight et le moins que l’on puisse dire c’est que la soirée a été lancée comme il se doit par les 6 boxeurs retenus.
Jimmy Iftene et Mimoun Zahafi ont disputé chronologiquement le premier combat de la soirée. Véritable mano à mano, les deux hommes se sont livrés sans compter ; s’éprouvant tour à tour à coup de genoux mais essentiellement avec des frappes des deux mains. Au finale Jimmy Iftène s’impose aux points, sans aucun doute en offrant une dernière reprise percutante à souhait.
Aiman Al Radhi croisait enfin Mohamed Galaoui sur le ring. Les deux hommes avaient un contentieux à régler et dans la première reprise, Aiman s’emploie à marquer ses points. Très mobile, il varie bien face à un Galaoui qui rentre plus doucement dans le fight. Dès la deuxième, « Momo » se montre plus percutant notamment avec des middles de bûcheron. Al Radhi ne se laisse pas déborder mais se montre moins efficace dans les frappes. La troisème reprise, les choses se débrident un peu plus et Galaoui impose son rythme. Il signe logiquement un succès aux points.
Pavel Voronin et Pacôme Assi ont offert un des plus beaux combats de la soirée. Monstre de puissance, le premier nommé est redoutable en poing comme en jambe. Le français a plus de mal à rentrer dans le fight et ne trouve pas de solutions pour enrayer la « machine » Voronin qui a va infligé à son advversaire un knock down avec un crochet magistral. On pense que le match est plié mais c’est mal connaître Pacôme Assi qui est un guerrier hors pair. L’homme va se faire violence dans la troisième reprise, pressant constamment des deux mains, provoquant une coupure à l’arcade du moldave qui ne veut pas céder sous les coups de boutoirs. S’il subit durant toute cette dernière reprise, il s’impose logiquement aux points puisqu’il avait remporté les deux premières reprises.

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une

Choc Des Gladiateurs 18 : Dehby retrouve son rang !

Published

on

By

Crédit photo : Marc Santoni

Marc Notari l’avait annoncé : « Cette 18ème est la plus belle que j’ai proposé dans toute l’histoire du Choc Des Gladiateurs ! » Le 18ème opus lui a donné raison. Quelle soirée, quelle ambiance, quelles sensations.Tout a été parfait même le timing malgré un programme fleuve et de nombreuses animations.  La soirée a eût sa reine, Amel Dehby. La championne a ravi la vedette, statut oblige mais également en offrant un combat de haute volée. Retour sur une soirée qui conclue la saison de bien belle manière.

Rien n’était simple pour Amel Dehby. Le contexte dans lequel elle se trouvait avant le match en aurait perturbé plus d’un, pas elle. Sa force de caractère lui a permis de démontrer que son statut d’icône n’est pas usurpé. Face à la turque Irem Akin et son anglaise redoutable, la française a construit patiemment tout en donnant une leçon de mental à son adversaire. Indéniablement, c’est un match abouti qui va servir pour la suite avec en ligne de mire, la ceinture du Enfusion à la fin de l’année. Irem est une boxeuse qui était invaincue avant la rencontre et cette situation n’était en rien usurpée. Pour Amel, la victoire est acquise intelligemment même si elle a su ponctuer avec des frappes solides et de la justesse technique. Sans oublier sa fraîcheur physique qui démontre à quel point elle a travaillé pour retrouver son niveau.

En bon chef d’orchestre, Marc Notari, qu’il ne faut pas remercier (il ne veut pas), était partout et même parfois dans le coin de ses boxeurs, quand il le pouvait. Passionné comme à la première heure, le promoteur varois a offert un show à son image : généreux et entier. Merci à lui !

C’était le main event de la soirée : Grégoire Gottardi affrontait Thibault Arias dans les règles du K-1. Et le public en a eût pour son argent là-aussi. Quel match ont offert les deux hommes durant trois reprises d’une belle intensité. Arias n’a jamais lâché et même pris systématiquement l’initiative. Le marseillais a rendu coup pour coup, faisant fi de l’allonge supérieur de Grégoire. Ce dernier choisi de s’appuyer un peu plus sur son allonge ce qui va poser problème peu à peu à Thibault, qui a laissé quelques plumes physiquement avec un très gros début de fight. Gottardi en profite tout en restant méfiant. Touché sur un blocage, il lui a fallu composer dans ce match où les débats sont restés serrés jusqu’au bout.

28.000 euros ont été récolté, somme qui a été redistribué à sept association qui s’occupent d’enfant malade, de victime d’accident, de soutien au pompier etc….L’organisation avait promis de reverser tout, elle a tenu parole remettant sur le ring les chèques qui concrétisent la sueur et l’engagement de nombreux bénévoles, de partenaires qui ont soutenu à leur manière.

Chez les hommes forts, Freddy Kemayo affrontait Hassen Otman, boxeur auquel il rendait plusieurs centimètres. Hassen a été comme toujours courageux à souhait et même parfois dangereux avec ses genoux mais face à lui, il avait un boxeur d’expérience, rodé à l’exercice du combat pro depuis 18 ans. Pour l’anecdote, Freddy a disputé son premier combat à ce niveau lors de la première édition du CDG. Malgré l’absence de préparation, Kemayo a fait parlé le métier, fauchant la jambe d’appui, durcissant avec ses poings. Il s’impose aux points et pense clairement à une troisième participation.

Mohamed Hendouf et Maximo Suarez étaient attendus. Le premier parce qu’il est un habitué du public français, le second parce qu’il aspire à l’être. Les deux hommes ont connu des soirées différentes. Mohamed croisait le fer avec l’italien Ovidio Mihali. Ce dernier s’est montré dur au mal et déterminé mais ce n’était pas suffisant pour battre un boxeur comme Hendouf. Le pensionnaire du Queensburry s’est appuyé sur des combinaisons chirurgicales des deux mains. Un vrai travail de sape au corps sans oublier des remises en jambes bien senties qui lui offre la victoire dans un match qu’il a dominé de la tête et des épaules. Maximo est ressorti déçu de sa prestation face à l’italien Roberto Sacco. Ce dernier a rapidement constater la puissance de l’espagnol et opté pour un combat où le clinch a été une solution le temps d’un round. Blessé à la main, Roberto abandonnera dans la deuxième reprise, incapable d’utiliser sa main.

Luc Genieys a pris sa revanche sur Gebril Chaibi en signant un KO magistral dans la première reprise. Dans un match très électrique, Genieys a trouvé la faille avec un crochet large aussi précis qu’efficace. Romain Gagioli s’est imposé par abandon dans la deuxième reprise de Tony Espade. C’est pourtant ce dernier qui avait bien démarré son combat, infligeant un knock down sur une belle série des deux mains. Blessé au tibia, Tony va poursuivre et encaisser des frappes lourdes dans les jambes. Clairement gêné par la coupure qu’il avait sur le tibia, Tony ne pouvait plus poursuivre, les low-kicks de Romain compliquant sérieusement les débats.

Opposition de styles en règle entre Nazim Djennadi et Adam Ghaleb. Plus grand, Nazim s’est appuyé sur son allonge avant de constater la puissance de frappe vitrollais. Le scénario est assez simple, Djennadi distribue un nombre incalculable de jambes, alors que Ghaleb fait le forcing à mi-distance pour placer ses crochets monstres. Game plan payant pour lui puisqu’il s’impose aux points au profit justement de cette efficacité. Coup de chapeau à Nazim Djennadi, auteur d’un match intelligent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Continue Reading

Reportages

Glory : Mickael Palandre, se révèle et intègre le Top 10 !

Published

on

By

S’il y a un boxeur qui a marqué le Glory à Paris le week-end passé, c’est bien Mickael Palandre qui a donné bien des leçons en 3 rounds de 3 minutes. Bien sûr que Wlad Tuinov était le favori de cette rencontre mais il fallait être ignorant pour ne pas voir la possibilité d’une victoire en faveur du français. En même c’est un sport national chez nous que de « dézinguer » un boxeur là où la solidarité devrait être de mise autour de lui.

Palandre et sa team ont fait fi de tour pour répondre sur le ring, rien que sur le ring. Les rois du clavier n’ont pu que constater que « Mikk » n’était pas là par hasard. Par le passé il avait déjà battu des solides comme le russe. Gaëtan Dambo, Yazid Boussaha sont de ceux-là. Palandre a une qualité maîtresse dans sa panoplie de boxeur : un mental à toute épreuve. Cette force de caractère lui a servi tout au long du match qu’il a mal démarré.

Mais quel retour dans la deuxième reprise où ses frappes en zone basse et médiane ont été efficace sans oublier ses genoux. Malgré les missiles des deux mains de Tuinov, le pensionnaire du BT 42 a boxé en patron, imposant sa distance et son rythme ce qui n’était pas au goût de son rival qui s’énervait à la minute de repos. Palandre s’est transcender durant le match poussé par les siens, motivé à l’idée de gagner et gravir les échelons.

Le Glory l’a bien compris et l’a intégré dans le Top 10 des -70kg (il est classé challenger numéro 9). C’est une belle récompense qui plus est méritée pour le français qui voit que le travail porte ses fruits même si le plus dur reste à venir. Il a franchi un cap mais il y a encore du chemin à faire.

Mickael est nié entouré avec Irwyn Baltazar Dias qui sait se montrer patient. La leçon à retenir de ce que réalise Palandre actuellement est là : il faut construire et ne pas se précipiter en écoutant le chant des sirènes. Les faits donnent raison au duo et leur team qui n’ont pas fini de faire parler d’eux !

Continue Reading

Evénements

juillet

août 2019

septembre
LUN.
MAR.
MER.
JEU.
VEN.
SAM.
DIM.
29
30
31
1
2
3
4
Événements pour août

1st

Aucun événement
Événements pour août

2nd

Aucun événement
Événements pour août

3rd

Aucun événement
Événements pour août

4th

Aucun événement
5
6
7
8
9
10
11
Événements pour août

5th

Aucun événement
Événements pour août

6th

Aucun événement
Événements pour août

7th

Aucun événement
Événements pour août

8th

Aucun événement
Événements pour août

9th

Aucun événement
Événements pour août

10th

Aucun événement
Événements pour août

11th

Aucun événement
12
13
14
15
16
17
18
Événements pour août

12th

Aucun événement
Événements pour août

13th

Aucun événement
Événements pour août

14th

Aucun événement
Événements pour août

15th

Aucun événement
Événements pour août

16th

Aucun événement
Événements pour août

17th

Aucun événement
Événements pour août

18th

Aucun événement
19
20
21
22
23
24
25
Événements pour août

19th

Aucun événement
Événements pour août

20th

Aucun événement
Événements pour août

21st

Aucun événement
Événements pour août

22nd

Aucun événement
Événements pour août

23rd

Aucun événement
Événements pour août

24th

Aucun événement
Événements pour août

25th

Aucun événement
26
27
28
29
30
31
1
Événements pour août

26th

Aucun événement
Événements pour août

27th

Aucun événement
Événements pour août

28th

Aucun événement
Événements pour août

29th

Aucun événement
Événements pour août

30th

Aucun événement
Événements pour août

31st

Aucun événement

Best