Galerie photo de la pesée

Par Jean Paul

A l’issue des pesées officielles la veille des combats, nous avons eu l’opportunité d’échanger quelques mots avec deux « figures » du sport pied poing français, Anissa Meksen et Charles François. A quelques heures de leur combat au The Way Of Champion 3 de Jean Luc Lefeber, ils ont répondu à nos questions.

Bonsoir Anissa,  peux-tu nous confier tes impressions à la veille du combat pour ce titre mondial vacant que tu vas disputer face à Fadma BASRIR ?

J’aborde ce combat avec sérénité car je suis venue pour remporter cette ceinture, je me sent en super forme et j’ai d’ailleurs boxé il y  deux semaines.

Ce combat va se disputer dans les règles du K1 malgré que le Muay Thaï soit ta discipline de prédilection ?

Je me suis préparée en conséquence et je m’adapte à toutes les disciplines, donc cela n’est pas vraiment un problème.

Aujourd’hui beaucoup de tes « fans »  te considèrent comme le fer de lance du muay thaï féminin Français,  tu es présente dans les galas mais également lors des stages que tu animes,  peux-tu nous livrer ton ressenti ?

C’est avec plaisir que je constate que lors de mes stages, les filles et les femmes sont de plus en plus nombreuses, et pour moi c’est toujours un plaisir de transmettre et de partager. Je suis infiniment reconnaissante envers le public et également envers  les stagiaires.

Tantôt, au terme des pesées, Fadma BASRIR  disait qu’elle attendait cette confrontation  contre toi depuis longtemps et qu’elle était préparée pour remporter ce titre. Comment analyses-tu ses propos ?

Avec respect et humilité, sachez que je ne suis pas venue au Luxembourg pour faire de la figuration. Plusieurs combattantes souhaitent en découdre avec moi, mon objectif est la victoire et pourquoi pas avant la limite. Nous verrons demain si elle tiendra les 5 rounds.


Pour cette  3ème édition «  Way  Of  Champions », le dernier combat de la soirée sera une grande première en Europe.  C’est bien dans les règles du KARD CHUEK  que va se disputer ce titre unifié,  chaque combattant portera 4 mètres de cordelette à chaque main en guise de gant. C’est avec beaucoup de simplicité que Charles FRANCOIS «  Karlito » s’est prêté  au jeu de l’interview spontanée.

Charles, peux-tu nous confier ce que tu éprouves d’être le premier à boxer dans ce style hors de la Thaïlande.

Pour moi c’est un privilège et un honneur car c’est un réel retour aux sources  sur cet art ancestral qu’est le Muay Thaï.

Connais-tu ce style et comment abordes-tu ce combat ?

C’est en Thaïlande que j’ai boxé dans ces règles particulières et l’issue d’un combat est toujours incertaine car une ouverture sur un coup est toujours possible.

Quel est ton regard sur l’introduction de ce style en Europe ?

La nouvelle génération  connait le muay thaï et le pratique mais beaucoup ne connaissent pas la philosophie de la discipline. Au même titre que le Muay Boran, la boxe Khmère, …., un réel retour au source s’impose car ce sont avant tout de réels arts martiaux et de nobles disciplines.

Penses-tu que le Kard Chuek sera introduit en France ?

Sincèrement je le souhaite, mais on va se heurter à beaucoup de règles (port des protections, arbitrage, … ) qui dénaturent parfois l’esprit même de ce style de combat. Pourtant bien encadré par des règles strictes ceci correspondrait tout à fait à celles et ceux qui défendent la culture Thaï.

De nos jours, le muay thaï doit faire face au K1 et au MMA, voilà pourquoi le Kard CHUEK serait une alternative pour revaloriser la boxe Thaïlandaise.

Connais-tu ton adversaire ?

Je l’ai croisé en Chine dans une grosse soirée ou de son côté  il avait combattu en MMA, je sais aussi qu’il a boxé au Glory, je ne néglige pas ses qualités et ses capacités, nous verrons cela demain sur le ring.

Publicités