Publicités
Connect with us

Interviews

Tahar Hadbi analyse sa victoire au Brave FC

Published

on

Par Mika A peine revenu en France, nous avons posé quelques questions à Tahar Hadbi après sa victoire au Brave FC. Engagé dans un match impressionnant, Tajhar est revenu pour sur cette soirée fantastique.

Salut Tahar ! Bravo pour ta victoire de vendredi soir face à Mohammad Fakhreddine. Peux-tu nous rappeler le contexte de ce combat…
Bonjour à tous ! Le contexte : Il y eu une grosse guerre médiatique entre nous et ce depuis que mon adversaire avait déclaré forfait la veille de son combat pour le titre mondial de l’organisation face au britannique Carl Booth en août 2017. Je l’avais alors accusé de s’être défilé et d’avoir ruiné l’événement du Brave au Brésil. S’en est suivi altercations à répétition sur les réseaux jusqu’à que cela prenne l’ampleur que l’on connaît et que le Brave décide de nous opposer.
Nous nous sommes alors affrontés lors de la neuvième édition du Brave au Bahreïn en novembre 2017. Le combat avait été déclaré no Contest suite à un coup de genoux accidentel reçu par mon adversaire sur les parties et d’un commun accord nous avions décidé de nous affronter à nouveau pour en terminer avec cette rivalité. Le Brave a alors organisé le rematch en mars 2018 pour sa dixième édition en Jordanie.

Tu restais sur 2 no Contest consécutif avec le Brave, cette victoire par KO doit avoir une saveur particulière pour toi…
Effectivement, je pense être le seul combattant au monde présentant une fiche professionnelle avec deux no Contest consécutifs donc cette victoire avant la limite soulage forcément ! De plus, personne ne me donnait victorieux face à ce combattant classé fightmatrix numéro un au moyen orient et dans le top 100 mondial de la catégorie.

Le Brave avait titré au sujet de ce combat que c’était la plus grosse rivalité de l’organisation. As-tu abordé ce combat avec une pression particulière ?
Ce sont les dires du président Mohamed Shahid en personne et je pense qu’il n’a pas tort. Il y a eu beaucoup d’engouement autour de ce combat. Comme je le disais précédemment, beaucoup de clashs médiatiques entre nous, les fans ont également pris part à tout ça. Au final, tout le monde attendait ce combat, et c’est bon pour les affaires !
Pour ma part, je n’avais aucune pression particulière. J’ai abordé mon camp d’entraînement comme à l’habitude avec une grosse motivation de finir ce combattant que personne n’avait réussi à finaliser avant moi.

Il faut quand même préciser que ton adversaire était quand même un « client » avec 7 victoires par KO en 10 victoires. Cette fois-ci cela a été son tour…
Oui, un gros client aux vues de son palmarès et de son rang au classement mondial. Je présente également une fiche de 8 ko’s en 14 victoires. Aujourd’hui, il fait partie de mes stats, je suis le seul à l’avoir finalisé.

Il y avait ton partenaire de club, David Bear et le Montpelliérain Elias Boudegzdame à l’affiche de cette édition du Brave, on se sent un peu plus à l’aise quand il y’a des compatriotes dans la même soirée ?
La présence de compatriotes facilite la tâche c’est sûr. Nous nous retrouvons tous ensemble pour un même objectif, l’atmosphère est donc plus détendue, la pression du résultat se ressent moins et le séjour devient vite plus confortable.

Après un passage à vide en 2011, tu es revenu très fort par la suite quelles sont tes objectifs pour la suite de ta carrière ?
Une année noire que j’avais décidé de vite oublier avec une grande remise en question et un changement de catégorie passant de 84kg à 77kg. Aujourd’hui, mes objectifs sont clairs, je veux combattre les plus grands et pour ça, il n’y a que l’UFC.

Tu as effectué ton 20ème combats pro, peut-on dire que tu commences à faire partie des anciens ?
Non, je ne pense pas. Si on parle palmarès, je pense que 20 combats ce n’est pas énorme. Et si on parle âge, je me sens encore capable de combattre une décennie de plus !
Je ne fais pas parti des anciens même si cela fait un moment que je suis professionnel au contraire, je suis l’actualité !

La Team Obyfight est une équipe très en vue, on vous sent tous assez proche…
Obyfight c’est le présent et l’avenir, croyez-moi !
Nous disposons d’une salle à l’américaine, avec une partie dédiée à la préparation physique et une autre aux sports de combat en général. A cette structure spacieuse et moderne, s’ajoute un staff très professionnel et performant, présent et à l’écoute de ses athlètes et dont le seul objectif est la recherche de l’excellence. Il y a également un fort vivier de futurs athlètes et une équipe de compétiteurs déjà bien présente dans diverses disciplines.
On a tous un objectif commun, celui de faire briller Obyfight à chacune de nos sorties, tout le monde s’entraide et veut le meilleur pour son partenaire, cela nous rapproche tous et crée une ambiance familiale.

Avant de nous quitter, Peux-tu nous dire quelques mots sur le combat a venir de Mickaël Lebout le 10 mars prochain au M-1..
Mickaël va combattre dans l’une des plus grosses organisations russes face à un adversaire coriace du nom de Faley. Encore une échéance importante pour tout le team et surtout pour lui-même, il aura à cœur de prouver qu’il est l’un des tous meilleurs combattants français. Il est prêt, nous avons préparé ce combat avec minutie, rien n’a été laissé au hasard. Il reviendra avec une belle victoire si Dieu veut.

Ça fait un petit moment que tu connais Mika…
On se connaît depuis près de 10 ans maintenant, on a fait nos armes ensembles, on a évolué ensemble, on a gagné et perdu ensemble… Mickaël c’est quelqu’un de très positif et réfléchi, il cherche toujours à progresser et tirer le meilleur de lui-même, il n’abandonne jamais.

Dernière question, que peut on te souhaiter pour cette année 2018 ?
La santé et le bonheur, le reste n’est que bonus !

As-tu des partenaires ou des amis à saluer avant de nous quitter ?
Je remercie tous ceux qui m’ont aidé de prêt ou de loin dans cette dernière préparation. Ceux qui me soutiennent et croient en moi depuis le départ.
Ma team Obyfight, le boss Abdel Kheznadji et son associé Jean-Karl Leo ainsi que chacun de ses membres. Mon préparateur physique, Sébastien Charreteur (que je conseil à tous ceux désirant améliorer leurs aptitudes physiques) sans qui je ne serai pas devenu l’athlète que je suis aujourd’hui.
Mes frères et partenaires d’entraînement depuis le départ David Bear, Yassine Belhadj et Mickaël Lebout ainsi que Fousseni Samake, Reda Oudgou et Abdelslem Serradj pour leur précieux conseils et accueil ! Merci également au Gym Mahmoudi pour la partie striking ! Merci à mes sponsors Rinkage et Les Sopranos !
Et le plus important, ma famille, mes premiers et plus importants supporters !

Publicités
Continue Reading

Interviews

Battle Aréna : les nouvelles fonctions de Johnny Frachey

Published

on

By

Comme évoqué dans nos colonnes il y a quelques jours, l’organisation Battle Arena de James Price a récemment nommé Johnny Frachey (Combattant Pro MMA & Coach Atch Academy/ LSA) au poste de sélectionneur des combattants Français. En effet, ces derniers pourront désormais participer à des compétitions de MMA Semi-Professionnel en Angleterre. Nous évoquerons avec Johnny sa nouvelle fonction ainsi que le projet ‘’mental code’’ et MMA Fusion. Interview avec un garçon bien occupé…

Salut Johnny, tout d’abord félicitation pour tes nouvelles fonctions.  Peux-tu nous en dire plus sur tes projets avec le Battle Arena ? Salut Mike. Pour sa 51ème édition, le Battle Arena aura lieu à Birmingham le 07 Juillet prochain A cette occasion il y aura 3 titres Français qui seront disputés. Cet événement se déroulera dans les règles du MMA Amateur (sans coude, et sans genou au visage) en cage, 3 rounds de 3 minutes. Pour le moment l’événement ne paie que les déplacements des combattants Anglais, mais le développement de l’événement laisse à prédire que cela changera d’ici peu.

Hormis l’aspect financier, combattre pour une telle organisation permettra à nos représentants d’acquérir une expérience significative en MMA… Tout à fait, c’est une formidable opportunité pour les combattants Français de faire la transition du Pancrace, Grappling-Fight, Kenpo au MMA. Cela leur permet aussi de prendre de l’expérience (voyage, régime, interview…) et de se faire une fan base en Angleterre, pays qui est une vitrine du MMA Européen.

Comment peut-on faire pour postuler aux sélections ? Si vous êtes intéressés, envoyé votre CV à : candidature.battlearena.fr@gmail.com. Une sélection sera faite sur une séance de détection à Paris et dans le Sud de la France (Miramas).

Le message est passé ! Je crois savoir que tu travailles également sur d’autres projets Effectivement, passionné par l’optimisation du potentiel humain nous avons créé ‘’Mental Code’’ avec Romain Navarro qui est formateur en communication et préparateur mental de sportif professionnel.

Peux-tu nous en dire plus sur le concept ? L’idée du concept est de partager des idées et des thèmes de développement personnel autour des approches complémentaires que nous avons avec Romain. Nous créons un espace qui offre la possibilité d’avoir des échanges ainsi chaque personne s’enrichit du savoir des autres et créer une synergie d’entraide, une palette d’outils centrés autour du développement personnel.

Comment se déroule une séance type ? La première phase des sessions est d’utiliser la puissance du questionnement afin de mettre la personne en mouvement et ainsi de lui permettre de créer ses propres solutions. Cela créé un état d’introspection portant vers un état d’hypnose conversationnel qui est par la suite amplifier afin de créer les apprentissages nécessaires à l’évolution. En complément, nous avons recours à l’Awakening Moove System (A.M.S) qui réunit plusieurs familles de mouvements (Arts Martiaux- Gym Douce- Respiration) afin d’ancrer et vivre les changements apportés par l’hypnose et la PNL de manière immédiate.

As-tu des dates de session à nous communiquer ? Nous organisons un événement en région parisienne dans un gite en pension complète du 9 au 13 Juillet 2018. Le but est de proposer un camp pro-actif afin de permettre aux participants de découvrir et d’utiliser les méthodes de développement personnel, de reprendre en main leurs vie, de résoudre leurs problématiques personnelles et d’augmenter leurs productivités. Cette session est bien sur ouverte à tous. Rendez-vous sur notre page Facebook pour plus d’infos.

Pour terminer, peux-tu nous parler de ton actualité en tant que combattant et de celles de tes élèves du MMA Fusion ? Pour ma part, je descends de catégorie pour mon futur combat, j’aurai des nouvelles très bientôt à vous donner.  Concernant ma méthode d’entraînement ‘’MMA Fusion’’, nous avons de plus en plus de succès au niveau amateur et semi -pro. Chez le professionnelles, Peter Ligier, Eva Dourthe, Julien Gracco et Salahdine Parnasse entre autres ont des résultats plus que brillant en ce moment.
Je travaille également avec l’HBI, un évènement de Grappling à la soumission, pour développer encore plus notre équipe de compétition en Grappling notamment avec mes élèves Jérôme Jougnot, Thibault Brunet, Sébastien Berger, Lucas Cinglant, Julien Delabriere, Cooper Frachey… pour ne citer qu’eux qui ramène beaucoup de titre en Pancrase et Grappling.

Publicités
Continue Reading

Interviews

Sylvain Chambaudry : ouvrier du ring en action !

Published

on

By

Sylvain Chambaudry : ouvrier du ring en action !Crédits Photos : ORDIGRAPH.COM / Patrick Lecoq / Fred Landell

Par Luxo Pour écrire un portrait qui retienne les lecteurs quelques minutes sur notre page, il faut divers ingrédients… Imaginons tout d’abord que la valeur du combattant se mesure au courage, sur le ring et en dehors. Par la suite, l’athlète doit avoir bonne dose d’ambition, dans des sports d’opposition aussi rude, c’est incontournable ! Enfin, nous avons le goût des personnalités modestes, qui connaissent leurs qualités mais n’en font pas toute une affaire.
Nos objectifs sont atteints avec Sylvain Chambaudry, laissons lui la parole !

Bonjour Sylvain, peux-tu te présenter via un bref état des lieux sur ta carrière ? Salut à tous ! Le sport a toujours fait partie de ma vie mais j’avais comme tous l’impératif de me construire professionnellement, j’étais donc engagé chez les Pompiers, il n’y a pas si longtemps…Ainsi, en Août 2017, j’ai eu le choix entre renouveler mon contrat chez les Sapeurs Pompiers de Paris ou tout lâcher pour la boxe. Un choix entre la raison et la passion, en quelque sorte.
J’ai choisi la boxe bien que je sois très passionné par le monde des camions rouges et je reste d’ailleurs pompier volontaire à Bordeaux. Mais cela faisait plusieurs mois que je n’avais pas combattu, suite à un enchainement de défaites, en lien avec à un rythme de vie intenable, qui ne me permettait pas de faire évoluer ma boxe à haut niveau. Pour donner un exemple, mes allers-retours avaient lieu tous les deux jours sur Paris, sans compter des horaires changeants, pour besoin du service. Le terme de soldat du feu n’est pas volé, croyez moi !
J’ai donc décidé de partir plusieurs mois en Thaïlande pour vivre pleinement ma passion pour la boxe et m’entrainer durement, pour ainsi me « remettre en ordre de marche ».

Sylvain Chambaudry : ouvrier du ring en action !Le terme  » d’ouvrier du ring », comment l’illustres-tu ? Disons que l’ouvrier loue ses services dans le cadre d’un travail manuel, en échange d’un salaire. Il vend sa force de travail et la classe ouvrière travaille beaucoup, dans des conditions souvent difficiles, pour très peu de reconnaissance. N’est ce pas là une belle comparaison avec le vécu du boxeur ?
Pour illustrer les choses, et comme tant d’autres athlètes, faisant quelques comptes rapides : après avoir mené plus de 70 combats amateurs, semi-pros et pros confondus, dans 5 disciplines et 4 catégories de poids différentes, en Europe , en Asie et en Afrique… Après avoir accepté quasiment tout ce qui se présentait sans arrangement de carrière, trop souvent avec seulement deux semaines de repos entre des combats  (cela m’a couté des défaites), je vis le quotidien du travailleur de l’ombre, de l’ouvrier qui chaque jour remet son ouvrage sur le métier. C’est dur, ingrat et en même temps totalement lié à ma passion.
Je mène cela dans l’espoir de me faire repérer, pour l’instant sans grand succès mais les choses peu à peu évoluent, si j’en crois mon actualité. Je resterais de toute façon fidèle à cette expression d’ouvrier du ring, cela me correspond bien !

Comment la collaboration avec le team IMPACTS et Willy Borrel s’est elle mise en œuvre ? J’ai boxé durant douze ans pour la Team Amat de Lormont et du fait de mes allers-retours sur Paris, j’ai eu la chance d’être accueilli dans d’autres clubs, dans les salles des teams d’Albert Chey ou de Mohamed Khaliss, que je remercie pour leurs investissements.
Adolescent, Willy Borrel était mon exemple, on me prend souvent d’ailleurs pour son fils… Nous avons une boxe similaire et une même vision du combat, je voulais me stabiliser sur une seule salle, aussi mon choix s’est porté sur lui. Ceci dit, Phillipe Amat reste un repère essentiel dans ma vie, il va partir tranquillement à la retraite après une très belle carrière d’entraineur.
Willy s’investit beaucoup pour moi, nous avons la passion en commun, comme Khalid Rafi et Mo Kouleon qui m’accompagnent aussi dans cette aventure.

Sylvain Chambaudry : ouvrier du ring en action !

Tu es très actif actuellement , quels sont les échéances importantes à venir ? Je boxerai Au «  Choc des Titans » à Lormont le 24 mars, je ne sais pas encore contre qui. D’autres bonnes échéances en pieds-poings sont en négociation mais j’attends confirmation, c’est notre lot quotidien ! Par ailleurs, je suis professionnel en Boxe Anglaise, licencié au Ring Villenavais de Phillipe Cazeaux et Jean Paul Bonatou. Je mènerais les choses en parallèle, donc j’espère que nous aurons l’occasion d’en reparler.

Que vises tu en cette fin de saison 2018/2019 ? Aujourd’hui je possède la vie et les structures qu’il me faut pour évoluer, il ne manque je crois qu’un travail de promotion pour me projeter dans le monde du haut niveau. Je veux accéder à de plus gros défis sportifs, j’aime et vise la victoire mais aussi de grosses oppositions. Je suis un bagarreur qui veut marquer les esprits.
Mon but est de viser des primes décentes, qui me permettront d’investir financièrement dans mes préparations, de rémunérer mes coachs pour l’instant bénévoles, car ils le méritent …Et que sans eux, je ne suis rien … Au passage, j’avais boxé sur l’Enfusion live, deux catégories au dessus de la mienne, j’aimerais donc que les organisateurs m’offrent ma chance dans ma catégorie réelle !
J’ai affronté et battu parfois des boxeurs qui ont brillé à l’Enfusion, au Glory, au Max Muay Thai, au Thai Fight et au Partouche Kick Boxing Tour…. Vous imaginez donc à quel point j’aimerais pouvoir moi aussi avoir la chance de me produire dans ces grosses organisations !  Et pour être le meilleur, il faut battre les meilleurs, non ?
Alors, autant être lisible et se projeter vers de beaux défis sportifs : j’aimerais  aller chercher la ceinture européenne de Guillaume Pascal et/ou la ceinture mondiale de Yannick Reine. Ami organisateur, si tu me lis, pense à moi !

Publicités
Continue Reading
Advertisement

Google+

Facebook

Partenaires

Best