Publicités
Connect with us

Reportages

Susperregui en impose au Phenix Boxing Only

Published

on

IMG_6126A Manuela Gross

Pascal Pastor a tenu son pari : proposer une soirée équilibrée et explosive mais que ce fût compliqué. Imposer un casting logique relevait plus du casse-tête chinois que de la prise de plaisir que peut procurer l’exercice quand il se passe dans de bonnes conditions. Et pourtant, la soirée fût bonne devant un public venu en nombre soutenir les boxeurs présents et parmi des hommes tel qu’Abdellah Ezbiri ou encore Olivier Muller, promoteur de la Fight Night Saint Tropez qui a regardé tous les combats avec un réel intérêt. Sous les caméras de VXS Production pour les chaînes du groupe Canal+, les combats se sont enchaînés à une allure folle offrant tour à tour le lot de sensations qu’étaient venus chercher les spectateurs.

Et des sensations fortes il y en a eût dans le main event qui opposait Stéphane Susperregui au Moldave Pavel Voronin. Ces deux-là ont offert un vrai fight sans se dérober ni chercher la bassesse dans l’attitude. Non, ils étaient dans la générosité et la volonté de gagner dans les règles de l’art. « A ce jeu là » même si le ring n’est sûrement pas un jeu, Stéphane Susperregui s’est montré efficace et redoutable, infligeant un down sur un high kick magnifique dans la première reprise. On aurait pu croire le match plié mais Pavel est un dur, un costaud qui ne lâche jamais et il le prouve dans la deuxième, posant problème avec une anglaise lourde mais aussi en jambes. Le français a compris qu’il fallait construire et rien d’autre. Inutile de chercher le coup dur avec ce genre d’opposant. Alors il va poursuivre son travail sur un rythme soutenu et varié. Imposant clairement son timing dans la dernière reprise, il impose aussi sa distance et son coup d’oeil ce qui constitue le bon choix pour la victoire puisqu’au terme des 3 rounds, il est logiquement déclaré vainqueur. Test réussi pour Stéphane Susperregui qui confirme plus que jamais qu’il faut compter avec lui.

IMG_6115

Antonio Gomez (Espagne) et Mohamed Hendouf (Belgique) ont eux aussi mis leur pierre à l’édifice dans la réussite de cette soirée. Les deux hommes ont offert un match identique tout en agressivité même si c’est dans la gestion qu’ils ont été différent. Antonio démarre mieux son fight et place son travail à mi-distance. Hendouf peine à rentrer dans son fight, et se montre un peu emprunter dans cette première reprise. Mais à mi-combat les choses changent, il reprend sa distance sort les frappes lourdes dans les jambes et travaille bien des deux mains. Gomez ne s’en laisse pas compter, cherche à placer ses poings mais encaisse les genoux. Il est pris de vitesse par le belge qui est bien dans son match. Mohamed Hendouf sera finalement déclaré vainqueur sur le fil même si un match nul convenait mieux en regard du très bon début de fight de l’espagnol.

Rayan Mekki a accepté au pied levé ou presque cette confrontation avec Vang Moua, un match qui a surpris par son intensité et la volonté des deux hommes d’en découdre. Mekki a ce culot de la jeunesse et il n’a jamais douté et ce dès l’entame de match. Il impose son rythme, sa vitesse et nous aurions pu croire que le match allait être « tranquille ». C’est mal connaître Vang Moua qui a démontré que le temps n’avait pas d’emprise avec des frappes lourdes et un finish digne d’un jeune boxeur. Rayan concédant même la dernière à son adversaire au micro de Philippe Velghe (Canal+). Il s’impose logiquement aux points, s’enrichissant au passage d’une belle expérience en K-1.

Aydin Tuncay a fait parler l’expérience mais également l’intelligence de ring face à Murseli Kadri. Aux frappes lourdes des poings de ce dernier, Aydin a fait le choix du travail en zone basse avec des low-kicks dévastateurs. La clef du match était bien dans ce secteur car dès lors, Kadri va baisser en rythme et essuyer le travail des deux mains de Tuncay qui s’impose en patron. Il signe une belle victoire aux points dans une catégorie où on ne l’attendait pas :  les -80kg.

Il était attendu, Lucien Gross, pour ce 4ème Phenix Boxing Only. Malgré la grève des transports, il a parcouru les 400 kilomètres en voiture finalement et s’est présenté au poids, 57,800kg. Pour le bon déroulement de l’organisation, son adversaire, Issam Arabat Ziane essuyait 700 grammes de trop, le combat ayant été conclu à 58kg pas un gramme de plus. Malgré, les discussions et des propositions, le combat ne s’est pas fait. Lucien n’a pas voulu compromettre une échéance à venir estimant à juste titre avoir rempli sa part du contrat. Son cheminement est logique puisqu’il vient de la catégorie du dessous. Finalement Issam Arabat Ziane a affronté et battu le moldave Victor Dosu qui n’a pas opposé que sa volonté de boxer devant les frappes lourdes du français vainqueur en deux rounds. Il faudra retenir que le niçois n’est pas fait pour cette catégorie des -58kg et que son poids de forme se situe autour de 60kg.

IMG_5902

Sammar Rachid a offert le match le plus expéditif face au suisse Pedro Barros. Après une série rapide, Barros ne reprendra pas le combat avant le dix fatidique.

Publicités
Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reportages

Doumbe, Meksen le règne sans partage !

Published

on

By

Crédit Photo : James Law, Glory Sports International Indéniablement, le règne est sans partage pour Cédric Doumbe comme pour Anissa Meksen. Ces deux-là sont au sommet de leur art et maitrise parfaitement leur sujet à tel point qu’il est devenu très difficile de leur trouver un challenger digne de ce nom.

Qui peut battre Cédric Doumbe ?

Après son impressionnant succès face à Alim Nabiyev au Glory 66, Cédric Doumbe a franchi un cap en entrant un peu plus dans la légende. Jamais un boxeur n’avait connu une ascension aussi fulgurante. Homme de caractère mais surtout homme de séduction, Cédric a su apprendre de ce qu’il fait pour pouvoir grandir. Il a repoussé tous les codes imaginables et ouvert une nouvelle voie aux combattants de la génération qui suit. Car plus que jamais, de la communication à son style devenu terriblement efficace (sur ses 5 derniers combats il en a remporté 4 avant la limite), il s’est métamorphosé pour devenir une machine de combat ultra-perfectionnée. Il maîtrise tout parfaitement et soigne chaque détail de ce qu’il entreprend ce qui impose une capacité d’analyse poussée à son paroxysme. Physiquement, mentalement il n’est plus le même homme et de toute évidence, même si le ring ne met pas à l’abri d’une surprise, il n’a pas de rival qui puisse le renverser actuellement. Cette situation force à l’interrogation. Quel peut être l’avenir de Cédric ? Il est à un stade où il a battu les meilleurs de sa catégorie. Il jouie désormais d’un statut à part avec cette ceinture des welters qui ne le quitte plus.

C’est un combattant phare du Glory qui génère une véritable interaction avec le public (samedi soir en l’espace de quelques minutes, il a réalisé un nombre conséquent de photos avec les fans sous le charme de celui qui allait devenir quintuple champion du Glory). Quoi qu’il en soit, l’avenir est doré pour Cédric Doumbe qui est bel et bien la grande star française dont le pipées-poings avait besoin.

La dimension Meksen

Pour Anissa Meksen les choses sont quelques peu différentes même si elle aussi affiche une maîtrise du ring inégalée à ce jour. Anissa a ouvert des portes en prenant la ceinture du Glory et en la conservant aussi longtemps. Après avoir battu tous ses challengers, elles se retrouvent sans rivales à sa hauteur et la tâche est ardue de lui trouver des boxeuses dignes de ce nom et qu’elle n’a pas déjà battu. Sa plus grand force est sa détermination sans faille. C’est quelque chose que l’on voit souvent dans les autres disciplines sportives, un peu moins en pieds-poings où la carrière plus accessible. Meksen se distingue en cela mais aussi de part son expérience (elle affiche 120 combats environ). Le Glory va devoir remuer ciel et terre pour lui trouver des challengers crédibles car elle a déjà battu tout le Monde. A 31 ans, Anissa est au sommet de son art et elle est partie pour durer. Les challenges n’ont jamais été un obstacle car après la savate boxe française, c’est en muay thai qu’elle s’est illustré. Elle s’est essayée à la boxe où elle a pris le titre de championne de France, elle peut donc envisager sereinement son avenir. Elle est une boxeuse incontournable du Glory, elle est même fer de lance des féminines. Meksen connaît bien les circuits et leur fonctionnement (elle a remporté le Enfusion et fait une finale au Kunlun Fight). Elle a apporté une nouvelle dimension à la boxe féminine et susciter bien des carrières. A chaque période sa championne même si de ce côté là, elle réalise ce que personne ou peu avaient réalisé avant.

La difficile mission du Glory

Le Glory va devoir faire des efforts colossaux pour dynamiser ces catégories pour les rendre toujours plus attractive et sortir des combats comme ceux de samedi soir. La concurrence est rude avec le One Championship, l’Enfusion etc…. même si certaines de ces organisations n’ont pas les moyens du circuit de Pierre Andurand, elles agissent de plus en plus avec des contrats pour conserver leurs boxeurs. La difficile mission du Glory est de recruter des boxeurs les faire évoluer rapidement pour en faire des challengers crédibles et capables de battre des champions tels que Cédric Doumbe et Anissa Meksen. Et pour l’instant, nous ne sommes pas loin du mission impossible !

Publicités
Continue Reading

Reportages

Monica Torchio : à l’assaut !

Published

on

By

Par Luxo – Photos Droits réservés Tonino Crapiz

Se tenir éloigné des rings, quand on est atteint par le virus du combat de longue date, n’est pas toujours chose facile. Ni souhaitable, quand on est doué…  Il n’est pas rare de croiser des athlètes qui, malgré les difficultés que connaissent les athlètes du pieds-poings en France, gravitent près des rings à attendre leur heure. La jeune femme du jour a le sens des priorités et a su prioriser ses études puis sa carrière professionnelle…
Mais, quand les conditions le permettent, pourquoi résister à l’envie de briller quand on déborde de tonus ? Désormais, le punch naturel de Monica Torchio s’exprime et la combattante bordelaise signe une grosse saison 2018/2019 !
Rencontre avec la combattante du club « Impacts 33 » : championne de France classe A en Full Contact/Kick Boxing/K1.
Ajoutons à cela de belles prestations en Savate PRO et une victoire nette à l’Open de France de Savate BF, bref…. 52 kg de tonus à revendre !

Salut Monica ! Comment présenterais-tu ton parcours pugilistique à nos lecteurs ? De la façon la plus simple possible, en évoquant ma vie d’adolescente plutôt sportive, je pense que cela parlera à beaucoup ! Je vivais alors avec ma famille dans le 13ème à PARIS et j’ai découvert les sports pieds-poings avec Philippe MAGNOL au club CENVINT, au départ juste pour le plaisir. La vie de club et la passion du professeur m’a conduit assez rapidement vers la compétition, un an après mes débuts, en Savate Boxe Française, en Full Contact aussi.
J’ai de bons souvenirs de ce parcours parisien et je me rends compte que j’ai toujours eu affaire à des coachs passionnées…et passionnants. Cela m’a sans doute influencé pour la suite.

Quand t’es tu décidée à boxer en combat ? Dans une transition articulée avec ma vie d’étudiante, où j’avais d’une part besoin d’une pause, pour profiter de la vie avec insouciance. Et d’autre part, en toute sincérité, je n’ai pas su m’adapter à l’époque aux coups portés avec impact. Les choses sont venus peu à peu, et c’est ce qui fait ma force aujourd’hui : j’ai appris à aimer la « violence » de ce sport, j’ai appris à me remettre en question en profondeur et assumer pleinement mes envies. Ce que je n’étais pas capable de faire à l’époque. Après une longue pause de 5/6 ans, en lien avec mes études d’ostéopathie, j’ai repris car le sport faisait partie de mon équilibre personnel et au contact de Mo KOULEON et de Willy BORREL à Bordeaux, j’ai vite constaté que les boxes pieds-poings me manquaient… Je voulais surtout reprendre dans une logique d’insertion sociale, pour rencontrer des gens à Bordeaux mais au bout d’un an, Willy BORREL m’a présenté son approche et celle du club IMPACTS.
Dans ce club, on valorise une pratique multidiscipline au sein d’une même structure, en vue de gagner en expérience et en adaptabilité sur le ring. Cela m’a séduit a rappelé mes débuts à Paris, j’y ai vu aussi des opportunités pour boxer plus régulièrement.

L’agglomération bordelaise a été une place forte par le passé dans les sports de combats, est-ce toujours le cas ? Sur ce point, je ne peux répondre qu’en ce qui concerne mes ressentis, à partir de la saison 2015/2016 environ, où j’ai pu bénéficier du réseau de mes enseignants car j’étais alors bien impliquée.
Je te confirme que l’ambiance de travail est très saine dans la région, il n’y pas de concurrence stérile entre les clubs, et on s’aide en fonction de nos échéances. Nous faisons des mises de gants régulières avec d’autres structures et je peux compter sur des accueils utiles à ma préparation, par exemple chez Yassine MEITIRI (du club Chartrons Boxe) ou plus loin au club de PERIGUEUX. J’ai aussi la chance d’avoir un combattante de très bon niveau dans mon club (Ludivine GUILHOT, -48kg qui évalue en Elite A en BF).
En axant ma pratique surtout sur le K1, en 2015/52016 j’ai eu de bons résultats. J’ai participé au championnat d’Europe Amateurs WAKO avec l’équipe de France. Cela m’a démontré que j’avais le niveau mais qu’il restait encore une marge de progression pour briller.

On peut dire que la saison en cours est la plus aboutie ? Oui, j’utiliserais même à ce sujet une expression bordelaise typique ! Je me « gave » comme on dit ici ! Je profite des dates de combats, des expériences riches dans les disciplines que je pratique. Je remets les chaussons avec l’aide de mon coach actuel Clément BIBARD, passionné de BF qui reste néanmoins ouvert à l’esprit multiboxe qui a conduit mes débuts. On s’essaye à la Savate PRO et on s’interroge enfin sur une saison 2019/2020 avec d’autres objectifs plutôt …ambitieux dirais-je !

Le mot des coachs concernant Monica Torchio

Willy Borrel : « Monica est arrivée avec une bonne base de travail, elle a des qualités évidentes de souplesse ou d’agilité mais je crois avoir contribué à son explosivité. Dans tous les schémas tactiques que je lui ai proposé, elle exprime une frappe phénoménale en jambes et avec un bon entourage, elle aura un avenir probable à l’international.
Le potentiel et l’écoute en combat sont d’autres qualités, j’ai entraîné des boxeurs qui ont bien moins de lucidité que ce petit bout de femme de 52 kg. C’était pour moi une belle rencontre sportive, Monica mérite de réussir. »

Clément Bibard : «  Des ajustements techniques sont à parfaire mais clairement chez Monica, le punch est là ! Elle a aussi un sens technico-tactique évident, son intelligence lui permettra d’aller loin. C’est une bosseuse qui a tout compris de la pratique multiboxe et qui apprend de chaque discipline »

Publicités
Continue Reading
Publicités

Events Calendar

Aucun événement trouvé !

Best