Connect with us

Interviews

Superfight #4 : Cédrick Peynaud, l’homme à battre

Published

on

Cédrick Peynaud va défendre son titre le 24 novembre prochain. Le parisien revient pour nous sur cette échéance mais nous livre son langue de bois une analyse sans concession sur son parcours et ses aspirations.

Comment vas-tu ? Salut Jérôme, je vais très bien merci

Tu vas disputer de nouveau un tournoi au Superfight 4. Tu as remporté celui de l’édition précédente, tu viens de gagner le partouche Kickboxing Tour. Le tournoi est devenu une spécialité ? Je ne dirais pas que ce soit ma spécialité, mais cela me convient car je sais m’adapter et pendant un tournoi il faut savoir s’adapter au différente situation que l’on peut rencontrer, changement d’adversaire de dernière minute, blessure etc… Sur 11 tournoi où j’ai participé j’en ai remporté 8 donc je dirais que cela me réussit bien lol.

Est-ce que tu es celui qu’il faut battre le 24 novembre prochain ? Evidement je suis l’homme à battre, car je suis le vainqueur de la précédente édition, donc le champion et tout le monde veut battre le champion.

Quelques mots sur la soirée en elle-même ? C’est une très belle soirée à venir, avec une super organisation, je remercie beaucoup Mourad et Aïssa pour m’avoir permis de me réaliser dans ces soirées. Ce sont des personnes que je connais depuis plusieurs année avec lesquels nous faisions déjà des échanges, c’est un plaisir pour moi de pouvoir faire le spectacle dans leur soirée.

Tu réalises de grandes performances en pieds-poings comme en boxe et le paradoxe c’est que l’on ne te voit pas dans les grands circuits où les grands événement hexagonaux. Comment tu l’expliques ? Alors pour ce qui est dû pieds-poings, je suis actuellement champion du monde en Kick Boxing, K1 et Full Contact de la même fédération ISKA. Avec ma victoire au Partouche Kickboxing Tour, je réalise un parcours de 3 ans sans avoir perdu un seul combat, (je remercie Kader Marouf de m’avoir permis d’y participer cette année). Ma team et moi sommes ouvert à toute les propositions de combat.
Pour la petite anecdote, en 2015 j’ai été approché par le GLORY qui avait lieu à Bercy. Prévenu seulement 2 semaines avant et étant déjà programmé dans une soirée à Charleville Mézières pour un combat, titre de champion du Monde de kick boxing en jeu que Yacine Berrabah m’organisait. Je le remercie au passage car avec lui et monsieur Calvez Jean Pierre, ce sont les 2 seules personnes qui m’ont donné la chance et m’ont permis de devenir champion du monde en l’organisant, sans oublier bien sûr mon entraîneur Philipe Magnol en organisant des galas avec le peu de moyen qu’il avait.
J’ai refusé la proposition du GLORY car j’étais engagé avec Yacine ; ma team et moi avions donner notre parole pour sa soirée, et GLORY ou pas quand on donne sa parole on se doit de la respecter.
Maintenant en étant la plus grande organisation de kickboxing au monde, le GLORY se doit de recruter les meilleurs combattants au Monde. Sans exagéré, je pense faire partie des meilleurs combattants de la planète, étant invaincu en 3 ans. De plus, je suis champion ISKA, la fédération sous laquelle le GLORY se fait, je pense que j’ai ma place dans cette soirée. Il faut arrête l’es copinage et parler vraiment sport.

Et pour la boxe ? Pour ceux qui est de l’anglaise, j’avais débuté il y a quelques années et venant du pieds-poings nous avions rencontré des difficultés notamment dans les décisions arbitrales qui nous ont déclaré perdant ou donnaient match nul pour des combats gagnants. Je me souviens même d’un combat, où la décision avait été litigieuse, l’organisateur m’avait déclaré que je n’avais pas besoin d’être champion car je l’était déjà en pieds-poings, il pensait peut être que je m’étais mis à l’anglaise seulement pour travailler mes poings mais ils se trompaient, la preuve mon parcours aujourd’hui. Ce système nous avait déçu et nous avions mis de coter l’anglaise. Et depuis 3 ans nous avons remis le couvert mais en prenant une licence au Luxembourg. Cela marche très bien ! Nous sommes en contact avec l’international, ce qui m’a permis cette été de disputer un titre WBA continental à Londres.
Je pense aussi que les médias sont des outils essentiels pour pouvoir mettre en avant les boxeurs. En France nous sommes en retard et je n’apprend rien en disant ça.

En conclusion ? Avec 119 combat en pieds-poings je suis en plein tournant de ma carrière avec la boxe anglaise et j’aimerai finir ma carrière en pieds-poings par de gros combats. Je veux prouver au monde entier que je mérite ma place parmi l’élite. Car je suis en place en boxe anglaise nous préparons de grands projets et pour pouvoir performer à 100% je me dois de me mettre à fond dedans car pratiquant 4 discipline à haut niveau je ne peux me permettre de naviguer entre elles. Ne serais ce que pour le respect des organisateurs, du public et pour pouvoir donner le meilleur de moi même.

Est-ce que la situation pourrais-te faire évoluer uniquement en boxe ? Je compte me diriger totalement vers la boxe anglaise mais j’aimerais prouver ma place parmi les meilleurs en pieds-poings.

Quel message tu aimerais faire passer aux grandes organisations ? (Il s’adresse au Glory) Vous êtes là meilleure organisation de kick boxing au monde, vous vous devez de recrutez les meilleurs, je comprend que les contact sont importants mais là je vous parle sport.

Programme

Championnat d’Europe ISKA . Kick boxing . 5x3mn . -61kg
Nicolas Hulin (France) vs Hassan Arquiquil

Superfight . Muay thai . 3x3mn . -53,500kg
Delphine Guénon (France) vs Cindy Silvestre (France)

Superfight . K-1 rules . 3x3mn . -53,500kg . -71kg
Zakarian Hovic (Time Fight Gym) vs Cosmin Tutu (Académies des Boxes Villejuif)

Superfight . K-1 rules . 3x3mn . -81kg
Karim Belhadda (Team ASKB Mureaux) vs Lamine Niang (KFBC)

Superfight . K-1 rules . 3x3mn . -72kg
Nathan Issaad (Team OGB) vs Karim Kondua (KFBC)

Tournoi Time Fight . K-1 . 3x3mn . -65kg

Cédrick Peynaud (Team Cenvint)
Guillaume Pascal (Team OGB)
Suliman Vazeilles (Team ASKB Mureaux)
Kamal Aousti (Team Alamos)

Informations

Superfight IV
Date : 24 novembre 2018
Horaire : 17h00
Lieu : Théâtre Rutebeuf
Adresse : 18 allée Léon Gambetta
Ville : 92 110 Clichy

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Interviews

Passion Pieds Poings : Portrait de Clément Nisole

Published

on

By

Par Luxo – Photos : copyright Tonino Crapiz – Antoine Jahier

Fight Infos met en lumière des athlètes dont les qualités pugilistiques sont reconnues ou en devenir. Dans les clubs où le travail de formation se mène pour accéder au plus haut niveau, l’ambiance est saine et le coach sait où il va : il n’est donc pas rare que plusieurs noms de champions apparaissent dans une seule structure… Au team « Double Impact » de Saintes, Brahim Hanafi a pu faire valoir les bons résultats de sa protégée Delphine Guénon. La méthode de travail de Brahim bénéficie à d’autres champions et Clément NISOLE, actuel champion de France PRO des – 60kg, fait peu à peu connaître son nom.
De l’avis général, il gagne à être connu et programmé plus souvent sur les rings. Nous engageons nos lecteurs à découvrir cet athlète opiniâtre et conquérant mais aussi d’une attitude sportive irréprochable. Une preuve supplémentaire que la formation du sportif déteint sur l’homme et que les sports d’opposition forment le corps autant que l’esprit.

Salut Clément, peux-tu te présenter en quelques mots ? On va surtout parler de ma passion pour les sports de combats ici, donc restons sur les thèmes sportifs ! Après 7/8 ans de pratique du Football, j’ai essayé au hasard la Boxe Pieds-Poings lorsque j’avais 16 ans, déjà au Team Hanafi.
On peut dire que j’avais une belle hérédité, mon père ayant boxé dans les années 90 face à divers athlètes reconnus (Zankifo, Soncourt…). Peut être est-ce en lien avec cette histoire sportive et familiale, mais en tout cas j’ai eu un vrai coup de foudre pour ces sports ! J’ai totalement décroché du foot et six mois après mes débuts, j’ai débuté en Light Contact.
J’ai surtout fait mes armes en attendant l’accès au plein contact, que j’ai pu découvrir chez Philippe AMAT, un organisateur expérimenté et reconnu en Sud Ouest. Disons juste que je n’étais pas des plus brillants en assaut, c’était dur de ne pas se faire reprendre par les arbitres.

Tu as donc commencé par le Full Contact ? Oui, comme l’ensemble de mon team mais nous étions alors en train de nous diriger vers le K.1 et le Kick Boxing, en essayant dans les années 2012/2015 de trouver des dates malgré les difficultés fédérales de l’époque. J’ai un bon souvenir de cette période et d’une participation aux championnats d’Europe WAKO en Full Contact, même si le format amateur en 3 rounds de 2 minutes ne me convient pas du tout. J’ai par le biais de l’Equipe de France vécu de belles rencontres, humaines et sportives. Les sparrings dans les regroupements sont de haut niveau, il faut clairement y gagner sa place.

Par la suite, que s’est-il passé pour toi ? J’ai avant toute chose préparé mon avenir via ma licence professionnelle comme Responsable de Distribution. J’ai la chance d’avoir affaire à un supérieur et une enseigne compréhensive par rapport à ma charge d’entrainement : merci au passage à Laurent CASAMIA qui soutient mon investissement sportif. Parallèlement, on s’est dirigé avec mon coach vers le format « Pro », qui me correspond davantage et j’ai consenti des efforts majeurs en préparation physique, une « spécialité » dira-t-on de Brahim.

Quelle forme cela prend il ? Sur certaines périodes, il faut être très organisé pour tenir le pari des deux entrainements journaliers. La réussite tient aussi aux efforts menés sur la nutrition, je profite de l’article pour remercier Dimitri Lamy qui me suit avec réussite sur ce point : je me suis senti puissant et endurant en -60kg, notamment lors de l’obtention du titre national.

Contre Sofiane MEDDAR, peux tu en parler en détails ? Il faut comprendre sur mon troisième combat Pro quels étaient les enjeux …Notre combat a retenu l’attention de la FFKMDA, lors du CAPITAL FIGHT et c’était un contexte particulier, car je boxais à la Halle Carpentier là où mon père boxait quelques décennies plus tôt.
Pour autant, je n’ai pas ressenti de pression malvenue, j’avais juste à cœur de faire briller notre dynastie de frappeurs, et le « game plan » était bien pensé, nous avions abordé les limites de mon adversaire et je savais comment l’emporter.
J’ai mis à profit une préparation physique intense, avec le soutien majeur de Malik Khadimi, qui lui aussi m’apporte beaucoup sur les questions technico-tactiques. Mon gros combat a démontré que le trio entre lui, Brahim et moi fonctionne bien…

Comment expliquer les bons résultats de ton club chez les Pro ? La structure a su relayer une bonne synergie régionale, les autres clubs n’hésitent pas à venir mettre les gants dans notre belle salle, très accueillante mais où l’ambiance est toujours au travail.

Que peut-on te souhaiter à l’avenir ? Me permettre d’accéder à ce qui me fait vibrer : être un outsider prêt à bouger les classements et donc…faire face à tous les défis sportifs ! Je vis ce sport comme un challenge, je sais que j’ai encore de quoi me surpasser sur les rings, pour mon plaisir et celui du public.


Les mots du coach Brahim Hanafi

Clément est passé par toutes les étapes nécessaires pour mener à bien cette carrière sportive professionnelle aujourd’hui. On a connu le succès très tôt avec titre en Amateur, Coupe de France mais on a connu des échecs qui l’ont fait grandir et nous ont permis d’aller chercher ce titre chez les Pro… Il est sérieux, respectueux, à l’écoute et ne triche pas, une détermination sans faille, je suis fier du boxeur qu’il est devenu aujourd’hui. Nous pouvons avoir de grandes ambitions avec le travail qu’il fournit et son mental.


Continue Reading

Interviews

Villejuif Boxing Show : Pascal Arène sait ce qu’il veut !

Published

on

By

C’est un homme passionné qui propose le Villejuif Boxing Show le 15 mars à venir. Pascal a la passion du ring et des boxeurs à tel point qu’il fait de son engagement un vrai sacerdoce. Représentant de la WMC en France, il n’en oublie pas son rôle de coach et celui de promoteur. Malgré un emploi du temps chargé à souhait et à quelques jours de la soirée, il a répondu à nos questions dans une entrevue exceptionnelle.

Pascal Arène et Xavier Lafaye (arbitre international WMC)

Comment ça va ? Ca va bien Jérôme, très bien.

Où en es-tu à quelques jours du Villejuif Boxing Show ?  On est en plein boulot, c’est la dernière ligne droite, les derniers réglages, entre l’organisation et la fin de préparation de nos boxeurs.

Le main event est le jubilé de Bakari Tounkara face à Karim Benmansour. Quelle est ton histoire avec « Bak » ?  Tout d’abord, je tiens a remercier Karim d’avoir accepté ce combat, c’est toujours difficile pour un entraîneur qui est a la fois le promoteur d’un gala de préparer la fightcard et encore plus quand il s’agit du dernier combat de son premier grand champion.
Mais avec la belle et longue carrière de Bakari, je ne pouvais pas présenter au public un combat contre un faire valoir, il fallait un champion, un champion avec des valeurs. Karim correspondait a ce que je recherchais et il était disponible.
Ils se sont déjà rencontrés tous les deux, c’était un très beau combat, je suis certain que cette revanche et donc ce jubilé sera sensationnel.
Bakari est avec moi depuis qu’il fait des combats au KO, aujourd’hui son palmarès affiche 115 fights, cela fait plus de 20 ans !
On s’est construit ensemble, lui en tant qu’athlète moi en tant que coach ! Bakari a boxé sur les plus grands plateaux Français, les Bercy de l’époque du grand Canal+ et de Samy Kebchi, les TK2 de Aix… et voyagé dans de très nombreux pays et pris
des titres, des ceintures, des médailles, jusqu’au SportGames à Pékin. On a gagné, on a perdu mais on s’est toujours régalé. On a pris du plaisir et c’est cela le plus important comme ce magnifique gala Ile-Maurice Vs France avec Johnny Halliday en parrain de la soirée avec nous dans les vestiaires !

C’est un événement où dans tous les combats il y aura un boxeur de ta team, l’Academies des Boxes de Villejuif. Ca te tenait à coeur de promouvoir les membres de ton club ? C’est clair, nous avons une grosse team, mais il nous manquait notre gala, chez nous a Villejuif. Je tiens a remercier Monsieur Le Bohellec Maire de notre commune pour son engagement à notre côté, sans son appui le VBS n’aurait pas vu le jour.
Je remercie également nos deux élus aux sports et les Services de la Jeunesse et des Sports et de la Communication pour l’énorme travail et soutien qu’ils nous ont apporté depuis le début de l’organisation de ce grand gala International.

Quelle relation il y a entre toi et les membres de ta team ? C’est un lien fort essentiel dans ton fonctionnement ? Nous avons une relation forte entre entraîneurs et boxeurs, pour moi je dirais même qu’elle est essentielle.
Avec l’ensemble du staff de l’Académie, messieurs Sidy Koné, Laurent Lutz, Samake Tomboron, Florent Guilon, Mamadou Diambang et Flavien Granet nous veillons à conserver cet état d’esprit. Nous sommes un club formateur, une famille d’ailleurs après le départ de notre président historique Francis Hamdaoui, c’est son neveu Jeremy qui a pris la présidence.
Les Berthely, Reine, Kébir, Saoudi pour ne citer qu’eux ont étés formé chez nous et sont encore là, des années et des années après…c’est cela notre force. C’est aussi ce que nous voulons transmettre. Nos coachs aussi sont d’anciens compétiteurs de notre team, ils ont choisis de rester, de passer leurs diplômes et de continuer le boulot.

Tu restes néanmoins un coach exigeant. C’est une qualité fondamentale pour amener des boxeurs au plus haut niveau ? Oui l’exigence et la discipline, sans ces 2 éléments tu ne peux pas avoir de très bons résultats, c’est même impossible. La boxe demande beaucoup, de sacrifices, du temps, de la souffrance mais au bout c’est tellement beau que cela mérite de les faire, mais il faut avoir faim !

Quel est le rôle le plus dur : coach ou promoteur ? Promoteur tu montes un plateau, une organisation, tu as une date, un objectif, tu bosses dessus et une fois que c’est fait tu souffles.
Coach c’est un engagement, tu as des boxeurs à faire évoluer qui ont confiance en toi, tu les accompagne dans leurs choix, dans un moment de leur vie plus ou moins long mais pendant cette durée tu vies avec eux. Tu les vois plus que ta famille et eux la leur ! C’est autre chose…

Quel est ton but avec le Villejuif Boxing Show ?  Mon but avec le Villejuif Boxing Show est de donner à nos boxeurs un gala à la hauteur de leur team, de notre Académie et de permettre comme le souhaitait également Monsieur Le Maire aux Villejuifois de voir leurs champions boxer à domicile.

Quelques mots pour finir ? Pour terminer Jérôme, je tiens a remercier ceux qui ont toujours étés à nos cotés, et j’ai une pensée pour ceux qui ne sont plus là. Merci à l’ensemble de nos partenaires et je vous donne rendez-vous le 15 mars. Nous sommes déjà à guichet fermé mais pour ceux qui ne peuvent assister à notre gala Canal+ notre diffuseur proposera un premier passage le mercredi 20 mars.

Continue Reading

Evénements

29 février 2020

Glory 75 Utrecht+ de 5 combats pros

Central Studios Evenementenlocatie, Utrecht, Gietijzerstraat 3, 3534 AV Utrecht, Pays-Bas

Pas d'événement actuellement programmé.

Tags

Abdallah Ezbiri Abdallah Mabel Actualité agde aix en provence Akihiro Gono Alain Parlanti A la une Amel Dehby amoussou angleterre Anthony Roméas antwerp anvers arena arena fight championship asloum Aziz Ali Kada Badr Hari banchamek basque battle battle arena Belgique belgium bellator belt benzema best BILLET boiserie bordeaux bourges boxe boxe thaïlandaise Boxing bravecf Brest arena Bruce Codron BT 42 buakaw Business cage Camera Canal Carl Emery cfmma challenge champion championnat d'europe championnat du Monde Championne du Monde champions championship charity Charles Bongiovanni Charles François Cheick Sidibe cherragi china choc coach collision collision 2 combat Comeback dakar Dany Coquet dark demi finale denizot derouiche Djimé Coulibaly doumbe doumced draguignan duel défi Emmanuel Payet enfusion european championship Events ezbiri Fabrice Aurieng fair play featured ffkmda fight Fight Club fighting finale fouadezbiri FRANCE full contact Full Contact Kickboxing Gagny Baradji gentleman gerland Giorgio Petrosyan Glory Glory 75 Glory 76 grenoble groenhart guerriers Hari HBO heavyweight HENDOUF holland humour infos Instagram ippo italie Japon Jonathan Chalut Jo Prestia Josh Jauncey June 20th Jérémy Ragazzacci  k-1 K-1 Event K-1 Event VIP 2 K-1 rules K-1 World Grand Prix K-1 World Max k1 rules Kader Marouf Karim Ghajji kasmanagement KB9 Kelly Campbell kickboxing ko Krush Yamazaki ladies laughing le banner legend levallois Los Angeles Louis Lavally louna lourd Ludovic Millet lumberjack lumpinee luxembourg lyon mahieddine Manny Pacquiao marcel cerdan maroc marseille Martial Arts match Maximo Suarez Max Muaythai mazan meaux Mixed Martial Arts mma Model Mohamed Galaoui Mohamed Touatioui Monaco monte carlo Monte Carlo Fighting Masters morocco Moustafa Rousso muay thai nasser kacem News New York Nice Nice Fight Night Nicolas Parlanti night noble art novembre nuit Nuit Des Champions Nîmes one onehcampionship palais Palais Des Sports pancrace panda paris Parlanti partouche Pascal Iglicki Payet perpignan petrosyan phénomène pieds-poings pit bull gym podcast Politics power ranking Raphael Llodra re-match Report results revanche rhône alpes rico vs. badr ring Roger Federer roi de Thaïlande réaction région de France réunion Saint Denis Saint Raphael Saint Tropez saint Étienne saitama super arena salle vallier Samir Mohamed sanda Saro Presti sato savate savate boxe française Sergei Kouliaba show Sidibe Singmanee Kaewsamrit solidarité sparring Sport Sports stadium stars stars night Suisse Takedown Fighting Championship Tarek Guermoudi team thailand Tokyo tour Tournament tournoi trophy trophée troyes Tunisie TV ufc ultimate USA utrecht valence Verhoeven vienot villejuif vitrolles wagram warrior WKN WMC women touch World world championship World Grand Prix World Martial Arts world max Yohan Yohan Drai Yohan Lidon yokkao zone

Trending