Photo par Nathan

Modibo Diarra est un mal aimé du pieds-poings. Talentueux au-delà du possible, le toulousain est technicien hors pair, un styuliste fantastique capable de prouesses hors normes sur le ring. Le 11 février il dispute un match au sommet face à Eddy Naït Slimani que l’on ne présente plus. Voici une interview exclusive de Modibo Diarra qui fait son grand retour à Vitrolles avec évidemment l’ambition du champion qu’il est.

dsc06131

Comment vas-tu ?

Salut Jérôme. Ça va super merci !

Pas de blessure particulière après ton dernier combat ?

Non pas de blessure après pour le combat.

Tu vas affronter Eddy Nait Slimani. Que penses-tu de ce combat ?

Oui je vais affronter Eddy. C’est un gros combat en perspective et j’aime bien ça. Je le prends comme tous mes combats sereinement bien préparé et sûr de moi. C’est un bon boxeur, très technique ; Il a fait de gros combats et il peut aller très loin car il a le talent.

A quel genre de confrontation tu t’attends ?

Ce combat est une bonne chose pour moi il me faut des combats comme ça pour voir ou j’en suis car j’aime les challenges et j’accepte ce combat avec plaisir. Ça va être un combat je pense physique où l’on voudra avoir les derniers mots il faudra pas dormir….

De vous deux, tu es le plus expérimenté. C’est une force ou une faiblesse ?

Sans doute je suis le plus expérimenté. Ca va y jouer un peu. Pour moi c’est une force, il faudra que je m’en serve.

Qu’as-tu envie de dire à Eddy ?

Ce que je peux lui dire c’est que je suis là, je suis prèêt et je pense que l’on va faire un bon combat.

Tu reviens à la Stars Night. Quel sont les changements que tu as pu observer depuis ton passage ? Quel regard portes-tu sur le promoteur de l’événement Mohamed Amara ?

Je reviens à la Stars Night sixans après. Amara a bien changé au niveau des combats il était plus full. Il fait des grosses soirées avec des bons combats avec des boxeurs venus de toutes la France ce qui ne se fait plus trop maintenant. C’est un très grand organisateur je le le remercie de m’avoir proposé de faire ce combat chez lui.

Tu es un polyvalent du ring. Comment gères tu les différentes préparations ?

Mes combats je les gère comme ça vient. A Toulouse il y a beaucoup de boxeurs différents et de disciplines différentes donc en fonction de mes combats je m’entraîne avec les différents boxeurs et j’ai de quoi faire. Ce n’est pas trop facile avec le travail mais quand on aime on compte pas

Est-ce réellement un atout pour combattre ?

Je ne pense pas que ce soit un atout ; trop de boxes différents peu me perturber mais avec les facilités que j’ai, ça passe je m’adapte très bien j’ai de la chance. Et ça fait du bien de changer un peu avant la fin.

Tu as déjà lancé 2017, quels sont tes objectifs pour cette année ?

2017 a moyennement commencé mais je le prends bien. Il faut de la défaite pour bien repartir c’est que du plaisir tant que que prends pas des vraies raclées et que je sors du ring intact c’est le principal. Mais je dois pas m’habituer à perdre.

Quelques mots pour finir ?

Je me souhaite une bonne saison sportive la santé la joie je remercie ceux qui me suivent et me soutiennent, Mohamed Ben Siriki et tous les autres…

Publicités