Publicités
Connect with us

Infos

Savate Boxe Française : Léger double la mise, Girodias en un round !

Published

on

Il y a quelques jours, le Lamantin (Martinique) accueillait deux finales mondiales de savate boxe française. Kanelle Léger et Cyrielle Girodias avaient rendez-vous avec le public martiniquais, deux ans quasiment jour pour jour après un sacre.

Les deux femmes sont adeptes du fameux « on ne change pas une équipe qui gagne  » car les deux se sont imposés avec la manière sous le regard de leurs coachs, Jérôme Huon et la légendaire Nancy Joseph.  Les deux femmes ont rempli leur contrat en prenant un nouveau sacre mondial (le deuxième pour Kanelle, le troisième pour Cyrielle). Les deux amies dans la vie ont analysé pour nous leur prestation en détail et sans langue de bois !

Cyrielle Girodias : « Quand à moi je m attendais à ce que le combat ne soit pas très engagé : la Croate avait jeté l’éponge contre moi (à la 1ere seconde) lors de notre combat de qualification en juin dernier en Croatie. Je pense donc qu’elle me craignait d’avance mais je ne suis pas pour autant arrivée les mains dans les poches. Je me suis préparée intensément à cette finale : avec mon coach Slimane, nous avons beaucoup travaillé les pointes piquées, les directs en lignes et les chassés. Et Jérôme Huon qui me connait tout aussi bien m’a fait retravaillé ces mêmes coups juste avant de monter sur le ring. Ce qu’il appelle LES BASES !
Le combat est allé très vite. Je ne m’attendais pas à avoir si peu d’opposition. J’avais une telle énergie en moi que je me suis précipitée sur mon adversaire.. quand je revois la vidéo j’ai l’impression de voir un animal (moi) se jeter sur sa proie comme s’il n avait pas mangé depuis des mois ! On a tous une part animalité en nous, ce que Victor Senastiano (préparateur mental de l’équipe de France) appelle le totem de férocité. Personnellement, je me sens proche de la louve lorsque je suis sur le ring. Le soucis c’est que samedi soir dernier la louve a pris le dessus sur le boxeuse et m’en a fait oublier toute ma technique… si j avais su mieux dompter cette animal je n’aurais pas mis ces horribles crochets de cow-boy et j’aurai construits d’avantage avec des enchaînements en jambes. Et ma fameuse droite en ligne serait passée toute seule si j avais été moins pressée.
Je vais néanmoins garder en memoire le résultat à défaut de me satisfaire de ma prestation.
En tout cas je garderai un souvenir encore plus beau que la finale précédente : l’organisation de Titi et Kanelle a vraiment été exceptionnelle, l’ambiance plus que conviviale, le coaching de Jérôme et Nancy Joseph au top (pour ne rien changer ). D’ailleurs je les remercie une fois de plus de nous avoir accompagné humainement et sportivement pour cette finale. »

Kanelle Léger : « Je m’attendais pas à ça. Je m’attendais à moins de difficulté. A partir du moment au je suis rentrée au vestiaire, je me suis concentrée et j’étais dedans.  Avec ses parades tibiales, j’ai eu du mal à enchaîner mes combinaisons. Au niveau du coaching j’ai écouté à la lettre je suis restée concentrée sur tout le combat à part quand le public a crié à la 3ème reprise je suis aller chercher la férocité. A la fin de la 2ème reprise quand mon coin me dit il faut aller au combat car la on perd et de boxer pendant 2 minutes ça m’a fait peur. Jérôme Huon et Nancy Joseph l’on vu. Ils m’ont demandé de faire une minute à fond avant de gérer mais surtout il fallait que je la fasse douter. J’ai fais ce qui était demandé.
J’avoue que j’écoute Nancy dans le coin. Quand elle a été compté, il y a de nouvelles consignes qui m’ont été donné mais je n’ai pas assez appuyé mes coups, je pensais que ça ne passera pas. J’ai kiffé avec le public seulement quand j’ai retiré les gants.
Sinon de mon combat je suis déçu je pensais être plus efficace. C’était différent de 2015 je suis moins aller au combat à part quand Jérôme me l’a demandé car c’était nécessaire.
Mon spécial est passé je suis contente dommage que ce soit qu’une seule fois. Lors de mon premier titre j’avais travaillé en zone haute, samedi soir, c’était surtout le pied bas et médian. Je suis assez déçu sur ça. Je n’ai pas encore revu la vidéo en tous cas merci à Nancy et Jérôme de m’avoir géré comme il fallait. Ce n’était pas simple pour moi et je ne voulais pas perdre. »

Publicités
Continue Reading

Infos

Stéphane Susperregui reprend le chemin de la salle

Published

on

By

Privé du Glory 66 par un mauvais virus, Stéphane Susperregui avait été contraint au forfait. La nouvelle était terrible pour le basque et sa team qui avait fait une préparation optimale pour cette échéance qu’ils attendaient de pied ferme. Les nouvelles sont rassurantes puisqu’il reprend prochainement le chemin de la salle.

Rencontré au Zénith, son coach Sylvan Troitino est revenu sur la situation : « Stéphane a eût beaucoup de fièvre et perdu énormément de poids car il ne parvenait pas s’alimenter correctement. La situation est contrariante car nous avions fait une super préparation pour ce combat. Mais la santé du boxeur avant tout, il ne s’agissait pas de faire n’importe quoi.  » Sylvain Troitino a fait le choix de la raison car boxer amoindri n’amène rien de bon si ce n’est une mauvaise performance et un mauvais résultat à la clef.

Stéphane Susperregui est un sportif accompli qui retrouvera vite son niveau physique pour préparer son prochain combat. Force à lui et sa team pour le retour !

Publicités
Continue Reading

Infos

Vidéo : Garrido vs Benson, le combat

Published

on

By

Hier soir en Ecosse, le français Rénald Garrido affrontait Lewis Benson sur le distance de 8 reprises de 3 minutes. Fidèle à lui-même, le français a pressé son adversaire avec des frappes larges, Benson usant bien de son jab et de son jeu de jambe sans pour autant emballé la rencontre. Le français n’a pas été récompensé de ses efforts !

Publicités
Continue Reading
Publicités

Events Calendar

Aucun événement trouvé !

Best