Connect with us

Interviews

Sariah Saidi révolutionne le ring avec Les Sweet’dancers

12188502_10153616102504020_1028852750_nElle s’appelle Sariah Saidi, elle est à la tête des Sweet’dancers et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle révolutionne depuis quelques mois, le rôle des rounds girls lors des événements pugilistiques.

En effet, Sariah propose de véritables shows lorsqu’elle est sur le ring avec sa troupe, donnant une dimension supplémentaire et une touche féminine dans ce milieu souvent machiste. Nous vous proposons de découvrir Sariah Saidi, danseuse, chorégraphe mais aussi amatrice de pieds-poings.

Comment ça va ?

Je vais très bien et vous ?

Pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Les Sweet’dancers est un groupe de danseuses professionnelles, spécialisés dans les galas de boxe. Ce groupe a été créé en 2014 par le biais de l’association Sweet’art basé dans le 93 (Drancy/ Bobigny).

Vous êtes très active avec votre troupe comme nous avons pu le voir au World GBC Tour 9. Suivez-vous une préparation physique spécifique ?

C’est exact, avec les nombreuses répétitions (environ 3h00 par répétition), les danseuses restent actives physiquement. Nombreuses font, en plus, du sport à côté (fitness, footing, gym). Ce qui prime pour avoir du résultat c’est le régime alimentaire, comme tous sportifs de métier.

12178982_10153616102829020_491912669_nPuisque l’on parle du World GBC Tour 9. Quel est le secret des gants illuminés lol ?

Ça c’est un secret…. lol
Il faut tout simplement une source d’alimentation électrique ( batterie ou pile), le tout relié à des leds ou comme sur les gants à des iodes ( plus puissant).

Vous présenter à chaque fois ou presque des shows originaux. Quelle est la charge de travail pour arriver au top le jour J ?

Premièrement, le niveau des danseuses, comme je l’ai dit plus haut ce sont toutes des danseuses professionnelles, merci à elles car elles font du bon travail. Deuxièmement, ce sont les entraînements et répétitions qui nous permettent d’être prête le jour j. Les répétitions sont filmées et ,chacune , en plus des entraînements en groupe, s’entraîne chez elle.
Enfin pour les shows originaux, étant la chorégraphe du groupe, je peux vous dire que c’est un travail assez conséquent. Entre le choix des musiques, les montages, la création des chorégraphies et pour finir les costumes, tout cela demande du temps et de la créativité, donc il est nécessaire de  me donner à fond , de puiser dans mes connaissances , et de m’ouvrir afin d’apporter des shows toujours différents.

12179891_10153616102894020_738234441_nEst-ce difficile d’évoluer dans un univers très masculin où le public n’est pas toujours très élégant avec la gente féminine ?

Il est vrai que parfois le public nous voit comme des simples petites plantes au milieu de ce monde de dur. Surtout lorsqu’on nous demande de faire seulement ring girl, une minorité à parfois un jugement facile. Cependant, les gens apprécient notre présence, car on apporte un peu de douceur dans ce monde. La danse apporte de l’animation et du prestige à l’événement, le public est sensible à ça.

Quelle est une soirée type pour vous lorsque vous intervenez dans un événement pugilistique ?

Nous nous  présentons directement dans le lieu où se passe l’événement quelques heures avant l’ouverture des portes. Nous regardons la configuration , afin de se projeter, et de préparer nos entrées dans la salle et sur le ring. Puis nous répétons , pour définir nos placements, et nos entrées en musique.  Ensuite nous nous préparons et on dîne avant le commencement.

12178208_10153616102919020_403075616_nDurant la soirée, nous commençons par une chorégraphie d’ouverture. Puis nous alternons entre l’entrée des boxeurs , les rounds, l’entrée des drapeaux pour les hymnes ainsi que la présentation des ceintures. Pour l’entracte nous nous changeons , et nous dansons a nouveau pour l’ouverture de la deuxième partie , on reprend tout jusqu’à la fin de la soirée. Lorsque nous sommes un nombre suffisant il y a un roulement naturel, pas contre lorsque nous sommes en nombre insuffisant,  c’est la course , mais nous finissons toujours ce que nous devons faire au mieux.
Puis à la fin du gala, soit nous retournons chez nous, soit nous restons sur place à l’hôtel, selon la distance qu’il y a.

Avez des favoris parmi les boxeurs ? D’ailleurs est-ce que vous avez le temps de regarder les combats ?

Oui j’en ai en France mais aussi à l’international, et j’aime un style de boxe en particulier…  lorsque nous sommes en ring girl oui nous avons le temps d’apprécier les combats.

Que peut-on vous souhaiter pour cette saison ?

Faire beaucoup de galas, avec une satisfaction de tous les organisateurs, et vous surprendre encore plus.

Publicités
Continue Reading
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Interviews

Fighting Live Edition : Arthur Meyer, sans pression !

Fighting Live Edition : Arthur Meyer, sans pression !Par Jean Paul  Quand un roi du micro interview un des nakmuays français les plus demandés actuellement, il en résulte une interview sans langue de bois mais empreinte de respect. Jean Paul Demarcq a posé quelques questions à Arthur Meyer, qui, a quelques jours du combat, affiche une décontraction totale avant de retrouver un boxeur qu’il connaît : Brandon Vieira

Bonjour Arthur, comment vas-tu et comment te sets tu à quelques jours de ton prochain fight ?

Bonjour. Je me sens très bien. Je me réveille tout juste et je vais faire mon footing matinal. Je me sens très bien à quelques jours du fight.

Cette année 2018 démarre très fort pour toi avec de gros challenges, la confrontation avec SUPERBANK le 6 janvier à Coubertin et ensuite ta victoire le premier février.

Oui l’année commence fort et bien. J’ai perdu contre Superbank mais fais bonne impression donc je relativise malgré la défaite. Et concernant Momotaro il avait une ceinture de champion du monde WBC -57kg donc c’est toujours bon pour la confiance et le moral de battre un adversaire titré (même si je connais la valeur parfois fausse de certaines ceintures en boxe thai)

Comment compte aborder cette revanche que tu accordes à Brandon ?

Pour ma revanche face à Brandon ?  Je compte aborder ce combat en 3×3 à fond.  Je ne lui laisserai pas le temps de s’exprimer !

Quels sont tes sentiments suite à votre combat du 10 juin dernier et que penses-tu de ton adversaire ?

Mes sentiments par rapport à notre première rencontre … un adversaire coriace et dur au mal qui ne cesse d’avancer. J’étais meilleur techniquement donc j’ai réussi à gérer au pointage. C’est le boxeur français qui m’a donné le plus de fil à retordre et le meilleur que j’ai boxé. Il est vaillant !!

Es-tu déjà venu boxer dans le département du Nord ?

Non je n’ai jamais boxé dans le Nord de la France (au-dessus de la Normandie)

Ressens-tu une pression particulière à 3 jours de l’échéance surtout que ce gala est l’un des plus gros jamais organisé dans le département du Nord ?

Aucune pression. La pression viendra à 20 minutes du combat pas avant.

Pour ce gala, deux grands promoteurs Thaïlandais font le déplacement avec les nak muay, Pour toi qui a fait ta carrière là-bas que cela représente-t-il pour toi ?

Oui j’ai lu ça hier dans une publication facebook du promoteur. Eh bien en toute sincérité je ne connais pas ces promoteurs lol et qu’ils soient là ou pas ça ne change rien. J’espère faire un beau fight et si ils aiment mon style peut être m’appelleront ils en Thaïlande.

Merci à toi pour ces quelques mots et en attendant les pesées et la conférence de presse de vendredi soir au Pasino de St Amand les Eaux, je te laisse le mot de la fin.

Merci à toi pour l’interview à vendredi !
Je fais une dédicace à tous ceux qui me suivent et me soutiennent, à ma famille, à mes coaches, au team Coulibaly, à LH Sport Club et à mon sponsor Street Fight !!

Programme

Mohamed BENYACOUB vs Wilfried COUTURIER
Salavatore SCALETTA vs alim SEID
Jordy LARET vs Rafik KASSI
Majid AMAROUCHE vs Ahmed IDOUCHE
Magomed MUNAYEV vs Mehdi AIT ELHADJ
Amandine LAMBOUR vs Laurine GEEREBAERT
Marouane BOUNABI vs Sofiane LAÏDOUNI
Kristian MALOCAJ vs Sidy BARRY
Mika TAHITU vs Mathieu MASQUELET
Mac RAKKONG vs Aurélien HOUDART
Rungrat PUMPANMUANG vs Nauzet TRUJILLO HERNANDEZ
Chai SO. JO. TOY PAED RIW vs Malik ARROUM
Arthur MEYER vs Brandon VIERA
Matee SO. JO. TOY PAED RIW vs Hakim HAMECH
Yodwiya SOSIRILAK vs Gaylor MONTIER

Publicités
Continue Reading

Interviews

Multifight Night 4 : Gaétan Delacher, le début d’une nouvelle aventure

Multifight Night 4 : Gaétan Delacher, le début d'une nouvelle aventureA quelques jours de son premier combat en K-1 à la Multifight Night 4, Gaétan Delacher a répondu à nos questions. Boxeur humble par excellence, c’est un homme déterminé entre les cordes. Mieux encore, il progresse à chaque combat avec désormais un statut de champion du Monde ISKA de full contact à défendre. Boxeur de talent mais également de coeur, il se lance dans une nouvelle aventure où il sait que son baptème du feu se fera forcément dans la douleur.

Comment vas-tu Gaétan ?

Je vais très bien merci.

Quelles ont été tes sensations lors de ton dernier combat ?

Ce n’était pas un combat facile car je suis tombé contre un boxeur bien solide, mais j’ai réussi à faire la différence grâce à mon expérience.

Tu vas combattre pour la première fois en K-1. Quel est ton état d’esprit ?

J’appréhende un peu mais je pense avoir bien préparé mon combat grâce à mes coachs et de bons partenaires de salle comme Herbert Womaleu et Sidy Barry. Mais après je prends ce combat comme un autre..

Que connais-tu de ton adversaire ?

Je l’ai déjà boxé en full contact il y a quelques années où j’avais remporté le combat, mais avec l’expérience je ne sais pas ce que ça va donner en étant dans une autre discipline..

Y-a-t-il des choses que tu redoutes ?

La blessure pendant et après le combat car j’ai encore des combats de prévus prochainement.

Est-ce que tu regrettes de faire ce choix du pluralisme ?

Non pas du tout car si on veut progresser et boxer dans de plus gros galas, il faut savoir se diversifier.

Quelle est la place du full contact dans ta carrière désormais ?

Je ne l’abandonne pas, j’ai encore des combats de prévus en full contact, mais je pense qu’il est temps de se lancer dans le K1.

Tu seras en main event Multifight Night 4. Quel regard portes-tu sur ce show que tu connais ?

Être le main event n’est pas tout nouveau pour moi car je l’ai été l’année dernière pour mon championnat du Monde.  Et cela ne me déplaît pas car j’aime boxer devant mon public.

Est-ce qu’il est spécial pour toi ?

Oui car je boxe chez moi devant mes supporters, ma famille, mes amis…

Tu soutiens beaucoup l’handiboxe. Quel rôle as-tu précisément ?

Pour moi le sport est ouvert à tous, on a voulu mettre en avant le fait que même avec un handicap, on peut faire ce sport.

Quel est ton regard sur la Multifight Night 4 ?

J’espère que le Multifight Night va encore continuer et qu’il ne s’arrêtera pas là. Je pense que c’est un gala qui permet à mes partenaires et moi-même de boxer à la maison devant notre public, de faire passer une soirée aux habitants de Saint Quentin et d’en faire profiter les amateurs.

Quelques mots pour finir ?

Je souhaite que pour la 4ème édition tout se passe comme d’habitude et que tout le monde sera satisfait de cette soirée organisée par Frédéric Demoulin. Et j’espère la victoire pour tous mes partenaires de salle ainsi que pour moi-même.

Publicités
Continue Reading

Partenaires

Best