Rocky !

Ce soir Rocky retrouve Apollo ! Schématiquement c’est presque ça ! Tony Yoka la superstar, celui qui a tout remporté chez les amateurs, affronte le plus méchant, le plus agressif, le plus teigneux des adversaires en la personne de Johann Duhaupas. C’est « The Duel » comme dirait les « englishs », le combat qui va te faire lever à 3h00 du mat et arracher à maman les grognements habituels quand tu te lèves la nuit. Cet affrontement les deux hommes, c’est le lien qui unit la boxe aux fans dans une période de crise qui use et brise peu à peu.

Tony Yoka face Johann Duhaupas c’est le match que tout l’hexagone voulait voir. Lassé des non-matchs, les fans du noble art en voulaient, voulaient su combat avec des promesses, du match avec des corones comme on dit en Espagne. Et il va en falloir des deux côtés, Yoka affiche ses ambitions, maladroit dans ses commentaires, habile des deux mains. En face c’est Rocky Duhaupas. Un coeur gros comme ça, un mental aussi dur que son menton. Porté par le peuple, c’est l’antithèse du champion  ! Duhaupas vient de l’usine où l’on apprend les valeurs dans le dur, rien que le dur !

Pourtant Tony n’est pas le méchant de l’affaire ! Il est lancé, confiant, ambitieux. Est-ce un tort de dire ce que l’on fait, aux fans de juger. Finalement ce soir deux écoles, deux générations s’affrontent. Attention aux frasques et à la fausse modestie, la chute est lourde parfois. Tu peux mettre tous les moyens que tu veux dans un combat, si le coeur n’y est pas…. La durée ne favorisera pas Tony, le début de match ne sera pas pour Johann. A chacun son tempo, son rythme pourvu que l’affiche soit belle.

Le risque est finalement plus important pour Tony Yoka. Perdre contre un ancien aussi jeune soit-il serait un vrai coup d’arrêt, une marche loupée difficilement rattrapable à une époque où les lourds ne sont plus rois, il ne faut pas se mentir. Duhaupas revient et combat, c’est l’histoire de sa carrière même si un revers ferait mal pour lui aussi. La défaite fera plus mal moralement que physiquement pour les deux concernés.

Les pour et les contres, à chacun de les faire. Depuis quelques semaines il y a des millions de coachs qui ont analysé un match entre deux humains, deux hommes au même objectif : mettre une branlée à l’autre. Comment affirmé quelque chose avec des paramètres aussi imparfaits que l’être humain lui-même. Ca n’a pas de sens. Deux générations s’entrechoquent disais-je, l’une ultra communicante, l’autre qui préfèrent les actes à la parole. Peu importe l’issue même si la déception sera proche de la satisfaction, il y a quand même des mercis à faire. Aux deux boxeurs d’accepter ce match même si Yoka a besoin de Duhaupas, pas sur de l’inverse, finalement quand même un peu. Au promoteur bien inspiré d’offrir un tel match. A Canal+ qui renoue enfin avec le crédible après avoir vendu des affiches qui ne l’étaient pas.

Dans quelques heures avec mon pote Florent, je vais donner de la voix, bouger, sauter, beugler dans tous les sens pour mon favori parce que j’en ai un comment il peut en être autrement. On parle du choc des chocs, du match que même les pouvoirs publics ne peuvent arrêter. Ce match dépasse même le cadre du sport tant son impact est violent, puissant comme un poids lourd. Que le meilleur gagne finalement parce que la France sortira grandit d’un tel affrontement. Le coeur aura ses raisons mais devra garder raison et s’incliner devant le vainqueur qui méritera le preste et l’amour des amoureux du noble art.

 

Author: Admin