Qui n’a pas rêvé de voir Tyson boxer ?

A l’annonce d’un probable retour sur le ring du grand, de l’immense, du plus grand champion de l’histoire de la boxe avec Mohamed Ali, je me suis posé la question : qui n’a pas envie de voir Mike Tyson boxer ? Et en réfléchissant un peu, je fais un bon de quelques années en arrière et je me souviens.

Je me souviens de ces heures à veiller dans l’attente de voir ce boxeur hors du commun qui nous faisait parler beaucoup parler du gamin que j’étais au collège et que l’on parlait à baton rompu avec monsieur De Marco professeur de techno ancien boxeur lui-même très adepte du style Tyson qu’il prononçait Tison. C’était une époque où l’on échangeait sans réseau sociaux, loin des bloggers autoproclamés spécialistes. on refaisait les matchs aussi courts étaient-ils et cela faisait rêver. Depuis qu’il a franchi les portes d’un gym de boxe, Michael Gerard Tyson, né le 30 juin 1966, a fait parlé de lui. Pas toujours en bien il est vrai mais l’homme s’est rapidement détaché du commun des mortels pour construire une histoire pugilistique hors du commun.

A 53 ans, rattrapé par le virus du combat, l’annonce de son retour a fait l’effet d’une bombe que seul il pet provoquer. Les réseaux sociaux se sont déchaînés sans compassion ou respect pour un homme qui a placé le noble art dans tous les foyers de la planète. Avec un ratio de 75% de KO, l’américain a conquis le Monde avec un style agressif et terriblement efficace.

N’importe quel amateur de ce sport vous parlera de frisson, de fièvre, de cris, d’hurlements à chaque sortie de Mike. C’est quelques chose d’inné chez lui. Alors l’idée de le revoir estompe facilement la peur du combat de trop. Il a l’âge de raison, l’âge de choisir ce qu’il veut et savoir ce qui est bon ou mauvais pour lui. Les champions du clavier doivent garder un mot à l’esprit quand on parle de Mike Tyson : le respect.

Telle une rock star, Iron Mike travaille ses gammes sous la houlette de Rafael Cordeiro qui a collaboré par le passé avec Wanderlei Silva, une autre légende du combat. Affûté comme jamais, Tyson fait les choses sérieusement pour assurer une fois entre les cordes. Evidemment, il y a encore beaucoup de travail et une bonne leçon ne doit pas occulter les manques de repères et la nécessité de retrouver ses automatismes en situation réelle. C’est là où le multiple champion du Monde des lourds marque les esprits. Il prend son temps !

Si son but est de lever des fonds, il ne veut pas faire n’importe quoi et écorner son palmarès avec des combats sans préparation. Où ? Quand ? Contre qui ? Les questions fusent, les hypothèses vont bon train mais finalement c’est comme ça quand un phénomène revient aux affaires. Pour combattre face aux meilleurs ? Non ! Pour faire lever le public aux quatre coins de la planète, évidemment oui. Il en a l’aura, le talent et l’envie et personne ne s’en plaindra.

Author: Admin