L’année passée, tu avais été grand voir magique dans cette ambiance que tu procures à chacun de tes combats, chez toi à Nice. Cette salle Leyrit que tu connais tant, t’avait poussé, porté, transporté même jusqu’au coup de gong finale. Quelle libération après ces rounds à suspens où tu as prouvé encore et toujours que les règles des hommes ne sont pas en adéquation avec celles de la nature.

Crédit photo : Sape comme jamais

A ce moment précis, tu as été terriblement humain, offrant aux femmes, aux enfants, aux hommes présents un instant d’humanité si fort en une période si compliquée dans la société actuelle. Alors que nous réserves-tu Johny pour cette Nice Fight Night 7 ? Tu sais pertinemment qu’un client sera face à toi. Un boxeur qui aura envie comme Seamanut, de prendre ce que tu veux le plus à cet instant à venir, la ceinture. Cette année c’est la plus prestigieuse que la boxe thaïlandaise peut offrir parmi les fédérations internationales. La WMC (ndlr : World Muaythai Council) est réputée pour l’âpreté mais également pour la recherche permanente d’équilibre dans les oppositions qu’elle sanctionne.

Vahid Shahbazi, nakmuay iranien qui a roulé sa bosse comme le veut l’adage populaire, va te pousser dans tes retranchements, te tester, surement te faire mal pour gagner. La gagne, ce moteur qui te motive comme jamais, qui te fait faire des choses là où beaucoup auraient baisser les bras. Toi l’homme au visage qui s’éclaire d’un sourire quand tout est fini, toi Johny le réunionnais tu ne tricheras pas, tu seras prêt. C’est ta marque de fabrique, ta façon d’être. Tu ne conçois pas combattre sans être prêt physiquement, stratégiquement et mentalement même si de ce côté-là, il n’y a pas de soucis à se faire. Ton mental tu l’as forgé dans la douleur, la difficulté comme c’est la règle sur le ring. Et puis il y a ce soutien inconditionnel de ton coach et ami, Xavier Lafaye. On peut aisément parler de fraternité entre vous deux. Il y a le Kime Dojo, Vincent ce guerrier hors du commun mais aussi ta famille, tes amis toujours présents !

Un an après, le public, ton public t’attend de pied ferme pour finalement faire corps avec toi pour ce championnat intercontinental qui t’oblige à beaucoup sacrifier ces derniers jours. Tu l’entends Johny, cette ambiance chaude et heureuse ? La salle Leyrit t’acclame déjà Johny ! Elle vient voir son héros, sans chichis ou manière, dans la simplicité celle que tu as fédéré par ton comportement exemplaire au fil des années. Tu peux déjà sourire Johny parce que ces gens-là savent pourquoi ils sont là !