Connect with us

Infos

Old School : les années Wustenberg

Published

on

Les années Wustenberg ont débuté bien avant que je n’arrive dans le pieds-poings. Elles portent le nom de Jean Claude et William Wustenberg qui, sur plusieurs décennies ont proposé de nombreux événements, le K-1 reconnu par les instances japonaises. A l’époque cela voulait dire quelques choses puisque l’organisation japonaise était la référence en matière de promotion de ce K-1 qui est devenu désormais une discipline.

Les années Wustenberg c’étaient bien entendu des tournois. Père et fils avaient fait des tournois à 8 une spécialité, conviant des boxeurs du Monde entier. Marseille a vu défiler une pléiade de boxeurs d’Europe de l’est et pas des moindres. Alexander Ustinov, Vitaly Akhramenko, Alexei Ignashov, Sergei Gur ont marqué les esprits, Sergei un peu plus que les autres puisqu’ils comptent le plus grand nombre de participations au K-1 ou au Kick Tournament. Evidemment, des ces épreuves à élimination directe, les français étaient conviés. Grégory Tony s’est distingué pour avoir remporté 2 fois le K-1 Marseille et disputé 2 finales. Greg a laissé de manière indélébile, son empreinte dans ces shows où le public de la salle Vallier et du Palais des Sports de Marseille donnaient de la voix sans compter. Il avait su conquérir le public marseillais avec deux finales épiques en 2002 et en 2003 face au suisse Azem Maksutaj, un guerrier hors du commun.

Car les ambiances étaient chaudes comme jamais à Marseille. Les travées des enceintes évoquées n’avaient rien à envier à celles du vélodrome à l’époque. Il y avait très peu de débordement même quand les décisions n’allaient pas dans le sens espérer. Le ton montait un peu plus encore quand les Berbachi faisaient leur entrée.

Rany et Samir étaient indissociable des shows proposés par les Wustenberg père et fils. Les boxeurs marseillais étaient de véritables icônes sur et en dehors du ring, se produisant partout dans le Monde face aux meilleurs de la planète. C’était comme ça : pas de calcul mais du fight, seulement du fight. Rany et Samir enchaînaient les KO où les matchs d’hommes. Qui a oublié l’intensité de l’opposition entre Rani Berbachi et Sergei Gur. Au-delà de l’issue de cette confrontation, c’est un combat qui marqué tant les deux protagonistes avaient tout donné.

Il y a une vraie nostalgie de ces années-là. Il faut dire que le duo familial avait donné l’habitude de faire venir des noms : Jérôme Le Banner, Mark De Witt, Alexei Ignashov, Freddy Kemayo, Mathias Riccio, Petar Majstorovic, Brice Guidon…. sont de ceux-là. 

Il y aussi ces trams que l’on avait l’habitude de voir comme le KO Verdun, le Carcharias Boxing, la team Notari ,  des clubs du Nord de la France et bien entendu les grandes écoles marseillaises. Une anecdote s’impose : le petit Sandor Martin s’y est fait connaître avant de devenir le champion qu’il est actuellement.

C’est un peu ça l’histoire des années Wustenberg. Des productions familiales où les talents se révélaient où se confirmaient.

Le destin nous dirige vers une production Wustenberg puisque William prépare une soirée  sur laquelle nous reviendrons très vite. 

Continue Reading
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Ultimate Fight Night : – Les Infos Du Fight

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos

Pas de Power Trophy en 2020

Published

on

By

Il n’y aura pas de Power Trophy en 2020. Dans un contexte sanitaire plus que compliqué, Nicolas Bouisson et Gilbert Donati ont muri leur décision de finalement ne pas faire le Power Trophy le 29 mai prochain comme cela était prévu. Le duo organisateur a déjà annoncé la date de report et ce sera le 13 mars 2021 prochain.

Communiqué de presse

C’est avec un pincement au coeur que
Nicolas et moi avons pris la logique et sage décision d’annuler le Power Trophy du 29 mai 2020 vue la situation de confinement actuelle.
Le gala sera tout simplement repoussé au 13 Mars 2021.

Mêmes conditions :

  • Pour les clubs : les mêmes boxeurs et leurs conditions d’engagement.

  • Pour les intermittents : Le même spectacle.

Vu les moments difficiles que nous traversons tous, nous comptons sur votre compréhension pour que de votre côté vous respectiez les engagements qui étaient les vôtres cette année et que vous nous donniez une réponse ferme rapidement.

Continue Reading

Infos

Enfusion : Branchu et Nait Slimani classés !

Published

on

By

Ils apparaissent tous les deux dans le top 5 de leur catégorie respective et installe un peu plus la France dans le Enfusion. Mathias Branchu et Eddy Nait Slimani sont classés numéro 3 et numéro 5 respectivement chez les -67kg et les -63kg, en ayant connu des fortunes diverses il est vrai.

Mathias Branchu qui boxe désormais sous les couleurs de l’Académies des Boxes de Villejuif après s’être rapproché de la capitale pour des raisons professionnelles, est sur la troisième marche du podium. Vainqueur de son match au Enfusion, il avait impressionné les dirigeants du circuit et se positionne dans la peau d’un challenger crédible dans les mois qui viennent, même si pour cela, il lui faudra confirmer dès son prochain match. Pour l’anecdote, ce premier match au Enfusion s’est déroulé en collaboration entre son club formateur l’AJSR et son nouveau club. Une belle histoire et surtout une belle transition pour un boxeur bourré de talent qui reste sur une belle série.

Pour Eddy Nait Slimani (Pro team GBL), le premier combat s’est soldé par une défaite à l’extra round face à un boxeur compliqué à boxer et qui n’usurpe pas sa 2ème place actuelle. Le protégé de David Blanc semble avoir fait l’impasse sur ce circuit en signant un contrat de 2 ans avec l’Arena Fight Championship. Eddy pourra néanmoins s’appuyer sur cette expérience pour la suit de sa carrière même si cette place de 5 peut le rassurer sur l’intérêt de grosses promotions à son égard.

Avec 2 boxeurs classés, la France se situe derrière le Maroc en terme de représentants dans ces deux divisions. Néanmoins, cette position est une belle reconnaissance en soi pour le made in France du pieds-poings.

Continue Reading

Trending