Publicités
Connect with us

Infos

Old School : les années Wustenberg

Published

on

Les années Wustenberg ont débuté bien avant que je n’arrive dans le pieds-poings. Elles portent le nom de Jean Claude et William Wustenberg qui, sur plusieurs décennies ont proposé de nombreux événements, le K-1 reconnu par les instances japonaises. A l’époque cela voulait dire quelques choses puisque l’organisation japonaise était la référence en matière de promotion de ce K-1 qui est devenu désormais une discipline.

Les années Wustenberg c’étaient bien entendu des tournois. Père et fils avaient fait des tournois à 8 une spécialité, conviant des boxeurs du Monde entier. Marseille a vu défiler une pléiade de boxeurs d’Europe de l’est et pas des moindres. Alexander Ustinov, Vitaly Akhramenko, Alexei Ignashov, Sergei Gur ont marqué les esprits, Sergei un peu plus que les autres puisqu’ils comptent le plus grand nombre de participations au K-1 ou au Kick Tournament. Evidemment, des ces épreuves à élimination directe, les français étaient conviés. Grégory Tony s’est distingué pour avoir remporté 2 fois le K-1 Marseille et disputé 2 finales. Greg a laissé de manière indélébile, son empreinte dans ces shows où le public de la salle Vallier et du Palais des Sports de Marseille donnaient de la voix sans compter. Il avait su conquérir le public marseillais avec deux finales épiques en 2002 et en 2003 face au suisse Azem Maksutaj, un guerrier hors du commun.

Car les ambiances étaient chaudes comme jamais à Marseille. Les travées des enceintes évoquées n’avaient rien à envier à celles du vélodrome à l’époque. Il y avait très peu de débordement même quand les décisions n’allaient pas dans le sens espérer. Le ton montait un peu plus encore quand les Berbachi faisaient leur entrée.

Rany et Samir étaient indissociable des shows proposés par les Wustenberg père et fils. Les boxeurs marseillais étaient de véritables icônes sur et en dehors du ring, se produisant partout dans le Monde face aux meilleurs de la planète. C’était comme ça : pas de calcul mais du fight, seulement du fight. Rany et Samir enchaînaient les KO où les matchs d’hommes. Qui a oublié l’intensité de l’opposition entre Rani Berbachi et Sergei Gur. Au-delà de l’issue de cette confrontation, c’est un combat qui marqué tant les deux protagonistes avaient tout donné.

Il y a une vraie nostalgie de ces années-là. Il faut dire que le duo familial avait donné l’habitude de faire venir des noms : Jérôme Le Banner, Mark De Witt, Alexei Ignashov, Freddy Kemayo, Mathias Riccio, Petar Majstorovic, Brice Guidon…. sont de ceux-là. 

Il y aussi ces trams que l’on avait l’habitude de voir comme le KO Verdun, le Carcharias Boxing, la team Notari ,  des clubs du Nord de la France et bien entendu les grandes écoles marseillaises. Une anecdote s’impose : le petit Sandor Martin s’y est fait connaître avant de devenir le champion qu’il est actuellement.

C’est un peu ça l’histoire des années Wustenberg. Des productions familiales où les talents se révélaient où se confirmaient.

Le destin nous dirige vers une production Wustenberg puisque William prépare une soirée  sur laquelle nous reviendrons très vite. 

Publicités
Continue Reading
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Ultimate Fight Night : – Les Infos Du Fight

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos

Vidéo : Garrido vs Benson, le combat

Published

on

By

Hier soir en Ecosse, le français Rénald Garrido affrontait Lewis Benson sur le distance de 8 reprises de 3 minutes. Fidèle à lui-même, le français a pressé son adversaire avec des frappes larges, Benson usant bien de son jab et de son jeu de jambe sans pour autant emballé la rencontre. Le français n’a pas été récompensé de ses efforts !

Publicités
Continue Reading

Infos

Djouahra, Madi prennent la couronne européenne ISKA

Published

on

By

Hier soir à Cusset, Ali Kanfouah proposait la 9ème édition du C-FIGHT. Au programme plusieurs combats et deux championnats d’Europe ISKA en K-1. Chafia Djouhara et Bbrahim Madi étaient engagés dans ces joutes européennes qui ont bien réussi puisque les deux français se sont imposés dans des scénarios différents.

Chafia Djouahra a du batailler ferme pour venir à bout de son adversaire, la polonaise Hanna Guyvan qui l’a poussé à une victoire aux points à la majorité. Chafia prend ici son premier titre international en K-1 ce qui est une belle concrétisation pour une fulleuse dans l’âme qui s’est mise sur le tard dans les disciplines avec frappes dans les jambes. Si d’autres rendez-vous sont à venir d’ici la fin de l’année, un combat pour le titre mondial est dans les tuyaux.

Brahim Madi a pour sa part expédié les choses en deux rounds en battant le polonais Kamil Szczepaniak par KO à la deuxième reprise. Le français est un boxeur très intelligent qui a déjà signé ce genre de résultats. Désormais champion d’Europe il aura le choix entre étrenner son titre ou regarder à l’échelon supérieur ce qui peut se faire. Dans sa catégorie et dans les disciplines qui lui correspondent, les champions s’appellent Tristan Bénard ou Koji Tanaka.

Rappel

Championnat d’Europe ISKA . K-1 . -52kg
Chafia Djouhara (France) vs Hanna Guyvan (Pologne)
Vainqueur : Chafia Djouhara aux points

Championnat d’Europe ISKA . K-1 . -61kg
Brahim Madhi (France) vs Kamil Szczepaniak (Pologne)
Vainqueur : Brahim Mahdi par KO2

En bref

Kevin Sicot bat Umar Tukaev par KO2
Guekaev Movlet bat Kessouroy Kanoute par guillotine
Sofiane Gaham bat Gianluca Bortolotti
Saber Charniere bat Ayoub Abdelkader par KO2
Ludivine lasnier bat Juliette Lacroix

Publicités
Continue Reading
Publicités

Events Calendar

Aucun événement trouvé !

Best