Connect with us

Reportages

Octogone 1ère édition : pari réussi pour les Roméas

Published

on

Le nom de Roméas est lié intrinsèquement au pieds-poings depuis plusieurs décennies. La Nuit Des Champions rendez-vous phare de nos disciplines, vitrines du savoir faire français à l’étranger, paraissait finalement être le point d’orgue d’une famille qui a fait le choix de dédier son savoir au K-1 rules, full contact, kick boxing et à la boxe thaïlandaise. Et puis vint le pancrace ! Discipline proposée pour palier à l’interdiction du MMA, elle fait des émules aux quatre coin de France et il lui manquait une vitrine depuis l’arrêt du PFC. L’Octogone a été proposé pour cela par Anthony et Erick Roméas qui ont pris le temps de murir ce choix. Car c’est une véritable aventure que de donner un nouveau virage à une aventure qui dure depuis plus de 30 ans. Evidemment, lié au ring comme personne, Erick voulait du K-1 malgré tout, histoire de de na pas oublié ses racines mais également fédérer un public plus large.

Ce 13 mai, c’est un véritable nouveau départ dans lequel se sont lancés les Roméas père et fils. Le public allait-il répondre présent ? Les combats seront-ils de qualité ? Marseille, habitué à la Nuit Des Champions allait-elle accepté ce nouveau concept ? A toutes ces questions, les réponses ont été positives. Avec environ 3.000 personnes présentes, des chocs parfois époustouflants et la ferveur des travées du Palais des Sports de Marseille, le succès a été au rendez-vous. Un reportage photo un peu particulier vous proposé prochainement.

Les coups quand ils vous arrivent …

…Oh oui, ça fait mal (Johnny Hallyday . Les Coups . 1998). Car la soirée a été pimentée de coups fantastiques comme ce crochet de Timour Mousayev qui n’aura mis qu’un seul coup pour battre son adversaire en une poignée de seconde. Que dire des coups de genoux de Moktar Benkaci face à Salman Magomedov qui n’a pu opposer que son courage. Amine Ayoub a lui aussi secoué le PSM en mettant KO le pourtant très prometteur Morgan Heraud. Ces trois-là ont parfaitement saisi la signification du mot frapper.

La soumission ou la construction comme solution

Le pancrace est sans aucun le sport de combat le plus permissif qui soit en France. Si le succès peut s’obtenir par KO, il l’est parfois par soumission ou à la décision. Yvan Sorel a fait un choix, celui de la lutte ! Lui qui est à l’aise avec ses jambes, pas maladroit avec ses mains, il est allé au sol pour soumettre l’italien Luca Rochetti. Le marseillais a prouvé combien son travail à la salle paie. Ghiles Oudelha n’est pas tombé dans le piège du striking tendu par Geysim Derouiche qui va subir un étranglement dans la 1ère reprise. Ghiles confirme sa science du sol mais également sa montée en puissance. Fedik Sargsyan, Charles-Henri Tchoungi, Benoit Blanc ont eux aussi affiché leur préférence pour le sol. Ils ont imposé leur domaine de prédilection à leur opposant du jour tous dans la première reprise. De science il en était question avec Mickael Lebout : quelle vision mais surtout quelle intelligence dans la construction de la victoire. Le français a impressionné par cette maîtrise technico-tactique. Ce fût une véritable chance de le voir sur ce ring octogonale. Yves Landu et Yazid Chouchane ont pour leur part livré les prestations les plus aboutis et si Yves a fait la différence grâce à l’expérience, Yazid a été un bel animateur de cette rencontre gratifié d’un slam hors norme de Landu. Malek Ghrib et Yohan Marinier avaient la lourde d’ouvrir la soirée chez les pros. Ils ont offert un beau match de pancrace même si finalement la partition de Malek Ghrib a été récompensée à juste titre. Pour Vincent Del Guerra, opposé au russe Artem Nemakhov, les choses ont été compliqué puisqu’il s’est fait rapidement soumettre. Le marseillais a tout simplement manqué un peu de repères après une série de combat en K-1. Il a le coeur pour rebondir !

Du K-1 évidemment

Fiorenti – Djanoyan ont donné ou presque, chacun n’ayant jamais lâché. Ils ont fait honneur à leur discipline dans cette partie K-1 judicieusement disséminée dans le programme. Djany et Mathis ont impressionné par leur générosité et clairement, un deuxième opus serait de bon aloi, ne serait-ce que pour le spectacle. Aissa Boualem a fait le job face à Mohamed Ben Salem qui est arrêté dans la 3ème reprise. C’est un match qui va faire du bien à l’arlésien qui a besoin de prendre confiance pour s’épanouir dans cette division reine. Pour Karim Zeghad, le revers est amer mais pas dramatique. Il va devoir s’appuyer sur cela pour rebondir. Il avait face à lui un boxeur d’expérience,Viktor Vasic qui a su perturber le game plan du marseillais qui manquait un peu de ring. Maxime Sanchez poursuit son ascension chez les -77kg. En prenant la mesure de Mohamed Mahfoud, lui infligeant un knock down dans la première reprise, le protégé d’Hervé Busonéra confirme que l’avenir se conjugue avec lui. Sofian Hadj Brahim est dans le même cas ; en signant son troisième succès de rang en 2017 face à Anthony Langlasse, l’alésien fait de plus en plus parler de lui. Globalement, le pari de la jeunesse sur cette partie de la fight card  a été judicieux et il est fort à parier que l’on reverra rapidement ces boxeurs.

A quand l’Octogone 2 ?

C’est une question qui mérite d’être posé car Erick Roméas avait affiché sa volonté de pérenniser ce show. Avec cette première édition, ils ont une base solide pour la suite car il y aura forcément une suite. Il y a une véritable attente du public, des sportifs mais également des puristes du genre qui ne tarissent pas d’éloges à l’encontre de cette Octogone premier du nom.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reportages

Panda Master Tour : une belle fête du pieds-poings

Published

on

By

De nombreuses photos ici

Crédit photo : Xavier David Durant 2 jours, la ligue Rhône Alpes Auvergne a proposé la première édition du Panda Master Tour, une compétition entièrement dédiée aux pieds-poings version light contact. Pas moins de 850 compétiteurs ont participé à cette grande fête du sport. Car ce fut une fête où une majorité d’enfants et un nombre conséquent d’adultes sont venus se tester ou dépasser leurs limites. Chef d’orchestre du projet, Steven Denizot a proposé une organisation de main de maître avec un timing parfait et un sens aigu de l’organisation..

L’événement a été soutenu par de nombreux champions : Chafia Djouahra, Guerric Billet, Abdellah Ezbiri ont tenu leur rôle (respectivement juge-arbitre et coach). Leur présence symbolise une véritable transmission auprès des plus jeunes. Chacun a joué son rôle durant ces deux jours et ces soutiens de poids ont donné une dimension supplémentaire au Panda Master.

Une semaine après leur combat au Glory de Lyon, Abdellah Ezbiri et Guerric Billet ont pu constater la notoriété qui est la leur. Les deux hommes ont été sollicité à de nombreuses reprises en signant des autographes et en réalisant des selfies.

Au-delà de l’esprit convivial qui a régné durant la compétition, il faut noter le niveau des compétiteurs. On y a vu beaucoup de beaux gestes et des panels techniques assez large que ce soit chez les enfants ou les adultes. Cela démontre à quel point le travail dans les salles est bon. Il y a un vrai nivellement vers le haut, ce qui laisse entrevoir une certaine sérénité quant à l’évolution de ces champions en devenir même si tous n’aspirent pas à la même chose.

A l’origine du projet, Nabil Mazari a pu mesurer l’impact du Panda Master Tour dans le paysage pieds-poings français. Le succès de cette première édition en appelle une deuxième avec une bonne base pour construire l’avenir.

Le Panda Master Tour a permis de sortir le pieds-poings hors des salles de boxe. On a pu croiser des loisirs franchissant le cap de l’épreuve sportive pour se tester ou encore repousser ses limites. Ce concept a permis de faire émerger des ambitions et démontré au passage que l’on peut pratiquer en toute quiétude sans crainte de blessure grave . Venu soutenir cette initiative, Christian Robert, vice président de la FFKMDA s’est dit satisfait de voir cette évolution.

Le mot qui résumé ces deux jours ? Passion ! Celle des pratiquants repartis riches d’une nouvelle expérience. Celle des coachs qui ont su apprendre à leurs compétiteurs la prise de plaisir. Celle des parents venus soutenir dans le plus grand respect leurs enfants, amis, cousins etc…Celle du corps arbitral qui a joué pleinement son rôle d’éducateur en matière de règle. Celle de tous les bénévoles qui ont contribué avant et pendant au PMT sans compter les efforts. Et enfin celle du docteur Abdelhamid Saidi qui a pu constater que les « bobos » habituels que peut engendrer un tel événement. Le docteur a encore une fois su rassurer et insuffler la confiance nécessaire pour mieux rebondir. Le rendez-vous est déjà pris pour le Panda Master Tour 2 !

Continue Reading

Reportages

J+7 : Nait Slimani, un retour appliqué !

Published

on

By

Les temps forts n’ont pas manqué lors de cette 14ème édition du World GBC. L’édition soigneusement orchestrée par David Blanc et Bruce Codron a tenu toutes ses promesses et même au-delà dans une ambiance fantastique. Eddy Nait Slimani, héros de tout un peuple a soigné son retour, Luc Genieys y a franchi un cap, Nasser Boungab s’est révélé. Retour sur les temps forts de cette édition haute en action et en spectacle.

Eddy Nait Slimani soigne son retour

Rien n’a été facile dans ce combat face à Yvan Naccari. Eddy Nait Slimani n’a pas eût la partie facile même si sa victoire ne souffre d’aucune ambiguïté. L’italien est un expérimenté du ring qui a obligé E.N.S a rapidement retrouver ses marques et son spécial, le retourné-sauté qui a définitivement conquis le public mais était-ce nécessaire. L’audience lui était acquise et ses fans ont su poussé. Eddy a affiché la même décontraction avec néanmoins une application plus stricte des consignes. Cette victoire est clairement de bonne fracture avant un duel de haute volée face à Sergei Kuliaba à la Nuit Des Champions le 16 novembre prochain à Marseille.


Luc Genieys est sans aucun doute le boxeur qui a le plus marqué ce 14ème opus du World GBC Tour. Dans cette revanche accordée à Mathis Djanoyan, il a été appliqué et efficace. Son sens du timing s’est révélé déterminant dans ce combat où tout a basculé sur un splendide retourné au corps. Luc a franchi un cap de plus en démontrant qu’en plus de savoir boxer, il savait aussi frapper. Ce qui va compliquer un peu plus encore les affaires de ses prochains adversaires.


Nasser Boungab (AJSR) poursuit sur sa lancée. Auteur d’une dernière saison fantastique chez les amateurs avec un doublé championnat de France K-1 et muay thai, il avait passé son baptème du feu chez les pros avec une victoire en septembre dernier au Battle of Saint Raphaël. Cette fois, il a remporté la Bruce Codron Talent Cup en gréant parfaitement ses combats. Efficace face à Eddy Fedal notamment avec son back fist, il l’a également été en finale en infligeant deux décomptes au pourtant très solide Mathan Choinard (Gym Yaz). Boungab s’est très vite adapté au format pro et il va retrouver Mathieu Codron pour un combat revanche au 10 DEAL Event 2.


Mathan Choinard a réalisé un bon tournoi. Sa demi-finale face à Mathieu Codron a séduit un public pourtant acquis à la cause de son opposant. Dans ce combat, il a su imposer sa boxe très aggressive.


Des superfights à la hauteur étaient à l’affiche. Anthony Valverde a affiché une boxe plus posée, un style plus mature face au très solide Nemov Erdjanik. Valverde s’est appliqué à presser son adversaire constamment, en touchant durement avec ses genoux. Anthony a dû composer avec le mental à toute épreuve de Nemov, joker de dernière minute. Pour le français, la saison est lancée comme il se doit avant deux échéances importantes. Emma Gongora a elle aussi bien débuté l’épisode 2019 – 2020 face à Delphine Guénon. La marseillaise n’a pas eût pour autant la partie facile, Delphine usant allègrement du low kick. C’est une coupure qui a mis fin au débat prématurément, imposant finalement une revanche entre les deux boxeurs. Opposé à l’espagnol Julian Arias, Yoann Ha Van n’a pas pu imposer son allonge face à un adversaire intraitable à mi-distance. Yoann a sorti quelques gestes de classe mais de la bouche même de ce dernier, il est passé à côté de son match.


Le bilan du World GBC Tour 14 est bon. Que ce soit dans l’aspect sportif des choses ou dans l’aspect show, tout a été fait pour que le public en redemande. Et le rendez-vous est déjà pris pour la 20ème édition du Gym Boxe Challenge devenu World GBC Tour.


Continue Reading

Evénements

Pas d'événement actuellement programmé.

Best