Publicités
Connect with us

Reportages

Nuit Des Champions 2015 : le courage au-delà de tout

Published

on

km

11057115_701113376692060_6029197455181142600_oA Foued Ezbiri, merci pour tes paroles

Ce 14 novembre restera comme une date symbole dans l’histoire de la Nuit Des Champions, dans l’histoire du sport français de manière plus générale. S’il y a un mot qui résume parfaitement cette 22ème édition c’est courage. Car il en fallu a tous les acteurs de cette « Nuit ». S’il n’est pas seul dans cette entreprise qu’est la NDC, il faut saluer la volonté d’Erick Roméas à maintenir le show avec le soutien de la mairie de Marseille. Avec le flegme qu’on lu connait, presque britannique, le promoteur marseillais a fait le choix de la vie face à la barbarie. Il nous confiait être confronté pour la première fois à une telle situation ; sans se laisser abattre, il a tenu bon. Merci à lui ! Les boxeurs ont suivi comme un seul homme, preuve de la confiance placée en Erick. Alors devant toute la grande famille du pieds-poings (Nadir Allouache, Christian Robert, Olivier Muller, Medhi Amar, Mohamed Amara, Zef Dalomba, Jacques Quaglia, Hervé Busonéra, Thomas Adamandopoulos……la liste est très longue), les boxeurs se sont produits ont donné le meilleur d’eux-même pour le plus grand plaisir des spectateurs qui ont eux aussi répondu présents.

12241110_911078585648786_3577010731831120077_oBennoui griffe le tigre

Ce fight tant attendu par le deux protagonistes et les milliers spectateurs présents a tenu toutes ses promesses. Quel fight ! Quel engagement ! La science du combat face au fighting spirit, voilà ce que Karim Bennoui et Javier Hernandez ont offert. Battu sur le fil lors du premier choc, le français s’est montré une fois encore chirurgicale dans sa manière de faire ; précis comme jamais, ses genoux et ses lows kicks ont été décisifs devant les charges de Javier qui travaille des deux mains et conclue en jambe. L’espagnol se montrera plus efficace au corps qu’a la face où la garde compacte de son adversaire n’a pas laissé de place à son efficacité. Poussé par son coin, Bennoui contre durement avec ce genoux, use du low kick intérieur / extérieur. Si en terme de débit les choses sont équilibrées, le sociétaire de la team NAS-R.K est le plus efficace. En toute logique il s’impose aux points et signe son 5ème succès de rang à la Nuit Des Champions.

12240394_910955435661101_979080454055202203_oEt puis vainc Benmansour

Cette fois Karim Benmansour a clos le bec des plus sceptiques qui se refusaient à voir le talent chez ce boxeur. En battant Darryl Sichtman, le nîmois a mis tout le Monde d’accord et prouvé une fois encore au passage qu’il a sa place dans la cour des grands. Karim a fait mal et imposé son rythme tout au long du combat. Touchant durement en poing, faisant mal en low kick, il n’a jamais laissé le hollandais placé ses redoutables coups de genoux. Le game plan, établi avec son coach Habib Bakir, était le bon. Car les frappes adverses sont lourdes et redoutables notamment dans la cinquième reprise où le français connaît une nette baisse de régime. Il y va à l’énergie, c’est impossible de perdre ce fight qu’il a rondement mené. Il s’impose logiquement aux points devant les yeux de nombreux spécialistes qui ne tarissent pas d’éloges quant à la prestation de Karim Benmansour.

Nait Slimani, Slavador : phénomènaux

La Nuit Des Champions 2015 a mis au programme les deux phénomènes du pieds-poings français, Eddy Nait Slimani et Dylan Salvador. Les deux jeunes étoiles n’ont pas failli à leur devoir. Opposé à Samir Mohamed pour un combat revanche, Eddy a fait parler la poudre, rendant le ring un peu plus impitoyable que d’habitude. Car Samir est un champion qui a donné beaucoup à nos sports mais c’est la boxe. Un coup de genoux sauté envoie Mohamed une première fois au tapis. Sonné, surpris mais guerrier, il repart. Le mal est fait, Nait Slimani l’a bien compris et il envoie de nouveau son adversaire au tapis sur un crochet droit d’un autre monde. Fin de débats, le coin de Samir jetant sagement l’éponge. Il faut souligne le bel hommage rendu par Eddy à Samir qui a rappelé, micro en main, quel champion il est. Dylan Salvador pour sa part croisait le fer avec le bouillant Philippe Salmon. Joker de Bruce Codron, Philippe est entreprenant, prend l’initiative et rend coup pour coup dans la première reprise. Salavador analyse, frappe dur sans s’enflammer. Dans la reprise suivante, il confirme rapidement cette boxe d’instinct qu’il nous avait annoncé dans une interview post fight. Un genoux sauté met fin au fight, Salmon étant sévèrement coupé à la pommette. Dylan laisse exploser sa joie de s’imposer dans ce palais des sports qu’il découvrait.

Doumbe fait parler les poings

Opposé à Mohamed Mafoud qui a accepté le combat quelques jours avant, Cédric Doumbe a rapidement pris la mesure de son adversaire. Un crochet au corps dans la première reprise est synonyme de premier knock down pour Mohamed. Trop timoré, ce dernier va faire front sans parvenir a cadrer son remuant adversaire qui va infligé deux nouveaux décomptes, le troisième mettant fin au combat. Belle entrée en matière pour Cédric Doumbe à la Nuit Des Champions qui reste invaincu cette saison mais devra resté méfiant en ce qui concerne le rythme des combats.

Aurieng, Chibani aux forceps

La vie de boxeur n’est pas un long fleuve tranquille et c’est encore plus vrai dans les catégories de poids avoisinant ou dépassant les 90kg. Opposé au gigantesque Mladen Brestovac, Fabrice Aurieng a connu une soirée difficile notamment dans la 4ème reprise. Le français essaiera de construire tout au long du combat mais se heurte sans cesse aux répliques lourdes de son immense opposant qui n’a pas poursuivi son effort du 4ème dans la 5ème, laissant revenir le français qui va finalement s’imposer aux points sur le fil. Une revanche s’impose ! Halim Chibani avait bien démarré son fight : il fait compté son adversaire sur une belle série en poing et on pense que le match va être vite plié. C’est mal connaître Corentin Jallon qui revient fort les minutes suivantes, s’adjugeant même la dernière reprise. Le décompte pèse lourd dans la décision finale qui va en faveur d’Halim Chibani qui manquait de ring.

La frayeur d’Abdellah Ezbiri

Il a fait le fight Abdellah Ezbiri devant Edouard Bernadou qui nous concédera un gros coup de fatigue après le combat. L’homme enchaîne les fights pros mais aussi ceux de l’équipe de France et cela s’est ressenti sur le ring. Abdellah Ezbiri, fidèle à lui-même, débite constamment dans tous les compartiments, imposant un rythme que son adversaire n’arrive pas à suivre. Les frappes d’Edouard sont plus lourdes mais trop sporadiques pour gêner en quoi que ce soit Ezbiri qui se dirige vers une victoire logique. Il n’en fût rien dans un premier temps, à la surprise générale. Le public fait part de son mécontentement. Finalement, la décision va logiquement en faveur d’Abdellah Ezbiri qui s’interroge sur ce qu’il doit faire gagner normalement.

Drai et Boudegzdam font parler leur jeunesse

Yohan Drai et Elias Boudegzdame ont fait bonne impression lors de cette NDC 2015. Opposé à Cédric Castagna, Yohan a fait parler sa puissance face à un Castagna guerrier de tous les instants, gênés par une bosse énorme sur le front. Drai est un costaud à la frappe lourde ; à la belle anglaise de son adversaire, il sort les lows kick et les genoux. Il s’impose logiquement aux points et gagne sa place au sein du show. Il en va de même pour Elias monstre de physique face à Araik Margarian qui a tout donné. Boudegzdame aura été percutant mais aussi puissant au sol. C’est d’ailleurs dans ce compartiment qu’il va s’imposer puisqu’il va soumettre son adversaire. Une vraie révélation ce jeune montpéllierain dont nous n’avons pas fini d’entendre parler.

Le film de la soirée

Publicités
Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reportages

Qui va gérer le MMA ?

Published

on

By

Qui va gérer le MMA ?En collaboration avec Mika C’est un espoir, une volonté de tous les pratiquants de voir la légalisation du MMA (ndlr : Mixed Martial Arts – arts martiaux mixtes en français) arrivée France. Notre pays étant de plus en plus isolé dans un archaïsme sans fondement si ce n’est la pression de grandes fédérations sur les pouvoirs publics. Et pourtant, malgré un rejet de ses mêmes structures, la guerre fait rage en coulisse quand à la gestion future du MMA.

De bonnes nouvelles espérées en septembre

La ministre des sports, Laura Flessel analyse pour l’instant les différents rapports effectués et devrait faire une annonce officielle courant septembre. C’est ce qui a mis en émoi le mundillo du MMA qui espère plus que jamais une véritable avancée. La situation française est complexe et il est difficile pour les organisateurs d’attirer des noms pour combattre dans notre version édulcorée du MMA, le pancrace qui n’autorise pas les frappes au sol. La France doit prendre une décision rapide pour combler les années de retard engendrées par un conflit que ne cesse de durer. Le MMA frappé d’interdiction est mis au ban du sport français au nom d’une certaine déontologie qui n’a aucun fondement si ce n’est ne pas faire d’ombre aux fédérations qui régissent les arts martiaux traditionnels;

Qui va gérer le MMA ?

Le paradoxe de la situation c’est que bon nombre de détracteurs sont néanmoins prêts à gérer le MMA, bien conscient des rentrées financières non négligeables car c’est une véritable raz de marrée qui es attendu en cas de légalisation. Les réseaux s’activent en coulisse, chacun faisant faire valoir son bon droit. De la FFKMDA qui a la délégation de pouvoir pour le pancrace à la fédération française de judo, en passant par celle de karaté, celle de lutte sans oublier le CNMMA, les prétendants s’affichent peu à peu. Si la FFKMDA est la mieux placée pour obtenir la délégation, il est évident que rien n’est fait loin de là. Des personnalités influentes comme Bertrand Amoussou (CNMMA), Jean Luc Rougé (Judo) ou encore Francis Didier (Karaté) ont pour leur part leurs entrées au ministère d’une façon ou d’une autre. Les discussions et les appels du pied sont en nombre et la seule chose qui peut être annoncée c’est l’intensification du conflit inter-fédéral. Le MMA n’existe pas encore en France d’un point de vue légalité et il est déjà l’objet de querelles et de convoitises. Dans la décision que Laura Flessel va prendre, il faudra laisser la logique orienter son choix en lieu et place des différents relationnels qui ne sont pas toujours à-même de gérer cette discipline sportive. Car nous parlons de sport et rien d’autre !

L’urgente nécessité de la légalisation

Le MMA se porte bien en Europe avec de nombreux événements qui se sont déroulés sur le vieux continent depuis quelques semaines.
En effet, nos combattants Français s’expatrient assidûment hors de l’hexagone pour se mesurer à nos voisins.
C’est au Royaume-unis, au Danemark, en Suisse, ainsi qu’au Portugal que ça ce passait avec notamment le retour de Karl Amoussou en Irlande pour ses débuts manqués avec l’organisation qui monte (très) vite, le Brave CF.
Comme vous avez pu le constater par ailleurs, nos combattants ont vécu récemment différentes fortunes avec des résultats globalement en dents de scie. Le MMA Français, selon certains de nos représentants, est plus que jamais proche de gagner sa liberté sur notre territoire. Cela semble devenir véritablement une nécessité sportive tant le niveau augmente rapidement chez nos voisins. Rappelons que nos athlètes se retrouvent systématiquement dans des oppositions à l’extérieur, très souvent face à des locaux. Inutile de vous faire un dessin en terme de pointage des juges si les combats vont jusqu’à la décision… A suivre.

Publicités
Continue Reading

Reportages

La fête fût totale au Choc Des Etoiles !

Published

on

By

Crédit photo : Christian Mazzonello

La fête fût totale au Choc Des Etoiles !

Dimanche 1er juillet, on ne parlait que de passion au Choc Des Etoiles de Lionel Spica. S’il n’était pas seul à organiser cette belle soirée de pieds-poings, force est de constater qu’il a su transmettre son amour du pieds-poings mais également sa vision des sports qu’il promeut depuis plusieurs. Avec un parrain d’exception, Olivier Cerdan, un parterre d’acteurs majeurs de nos disciplines, incarné par Mehdi Amar, Christian Robert, Mohamed Amara, Jp Arthur, etc….l’événement a pris la dimension nécessaire à nourrir l’ambition affiché par Lionel Spica qui mérite mille félicitations de mettre en avant les talents de demain.

Bouchiber confirme !

Amhed Bouchiber a conclue sa carrière amateur en remportant le tournoi où étaient engagés Ludovic Pascual, Nelson Massock et Mathieu Lombard. Percutant, volontaire même s’il en a parfois oublié sa boxe, Ahmed a démontré que sa réputation de frappeur n’est pas usurpée. Il avait annoncé vouloir finir comme il faut son parcours amateurs c’est chose faite devant un public conquis par ses frappes dévastatrices et son fighting spirit à toute épreuve. Négocier un tournoi en fin de saison n’est jamais simple qui plus quand le match making est équilibré à souhait. Force est de constater que le promoteur avait réalisé le casting parfait puisque chacun à apporté son savoir faire en matière de ring pour offrir l’opposition qu’il fallait. Il fallait un vainqueur, Ahmed Bouchiber est celui-ci et boucle sa saison avec la satisfaction du devoir accompli.

La fête fût totale au Choc Des Etoiles !

Olivier Cerdan, parrain d’exception

Multiple champion du Monde de full contact, Olivier cerdan a remporté deux fois le tournoi de la Nuit Des Champions dont la fameuse édition où il avait battu dans la même soirée, Ignacio Sanchez, Franck Mezzaache et Perry Ubeda. Fulleur pur jus, il a croisé sur le ring à deux reprises Lionel Spica avec qui il entretien une véritable amitié.

Des superfights qui en disent long

De Fabien Bignell à Dylan Delpha en passant par Steven Taleb et Aymeric Lazizi, les vainqueurs de la soirée ont su animé cette carte principale avec la manière et beaucoup de générosité. Pour certains d’entre eux, ce sera les rangs pros pour la prochaine saison, il fallait donc faire bonne figure. Il y a eût donc de belles découvertes mais aussi un peu de frustration, le ring réservant toujours son lot d’incertitude. Pour la carte préliminaire, Tarek Ben Ahmed s’est illustré, impressionnant de maîtrise technique et de sens tactique. Et puis il y a Sandro (ndlr : Spica) petit prodige d’une dizaine d’année qui continue de ravir avec un panel de mouvements hors du commun pour son âge. Du classe A aux « minots », chacun a pu se faire plaisir devant parent, amis ou famille faisant de troisième Choc Des Etoiles une belle fête du pieds-poings.

Publicités
Continue Reading

Partenaires

Best

Battle of Saint Raphaël 6 Groupe Facebook Twitter Instagram Pinterest Google+ Tumblr