Publicités
Connect with us

A la une

Le Niglo Fighting Championship enflamme le Pasino

Published

on

A Vang Moua

Photos par Nathan

Le Niglo Fighting Championship a tenu promesse. En faisant vibrer le Pasino de la Grande Motte avec une fight card équilibrée et un vrai show autour du ring, Paco Ibanes a réussi la première étape d’un projet qui se veut en plusieurs dates. D’ailleurs, à peine fini le premier opus, qu’il se penchait déjà sur l’avenir. Pour avancer dans ses projets, c’est une règle qui s’est vérifiée que celle de ne pas se reposer sur ses lauriers.  Ibanes aurait pu mais la vie lui appris qu’il n’y a pas pire ennemi que l’autosatisfaction.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De l’ambiance, quelle ambiance !!!!!

Humainement parlant, ce fût une soirée riche à souhait. Résolument familial, ce NFC a accueilli un public venu de tous horizons. Enfants, parents, grands-parents chacun a pu apprécier à sa façon ce show où l’ambiance a été fantastique. Devant 1400 personnes (la salle des spectacles du Pasino affichait complet) tour à tour les boxeurs ont offert ce qu’ils avaient de mieux pour le seul plaisir du public. De la voix et des applaudissements, chacun y aller de bon coeur, se laissant transporter par les différentes sensations que peut offrir le pieds-poings. Aucun bémol durant, aucun, l’effet NFC était passé par là. Et s’il fallait rendre un hommage, il serait rendu à tous les acteurs de la soirée qui ont su faire honneur à leur condition de boxeur, pas toujours évidente il est vrai.

Moua – Vivies : énorme !

Les combats vedettes ou main event n’offrent pas toujours le spectacle c’est ainsi. Attendu comme un roi, Vang Moua a pu apprécier l’accueil qui a lui a été fait. Face à lui, un jeune prétendant au mental en béton, Geoffrey Viviès. Ca ne pouvait que donner le match que l’on a eût. Débridé, engagé, violent et beau. C’est ainsi quand deux boxeurs de tempérament se croisent. Malgré la débauche d’énergie et de coups, le respect a dominé les débats. Pas un mauvais geste, ni même un regard méprisant. Ce pieds-poings là, il est terrible. C’est celui qui doit être enseigner dans les écoles, celui que l’on oublie parfois. Des valeurs il y en a eût dans ce combats, dans le programme, dans la soirée. Le match a tenu son rang de tête d’affiche avec une victoire logique de Geoffrey après un premier round cauchemardesque. Il fallait aller chercher Vang sur son terrain de prédilection, c’est ce qu’il a fait. Victoire pour l’un, défaite pour l’autre mais un seul aux deux : merci !

Bohbot prend sa revanche sur le fil

Antonin Bohbot retrouvait Tristan Bénard pour une revanche qu’il attendait depuis cette finale perdue en février 2017 lors de la Stars Night. Le combat fût une fois encore équilibré et généreux, il ne pouvait en être autrement. Les deux hommes ont livré leur partition sans jamais tricher. Aucun des deux n’a jamais voulu lâché compliquant sérieusement la tâche des juges qui ont tout de même livré le bon verdict. Antonin s’est imposé aux points grâce à ce débit constant. Si Tristan n’a pas rechigné à la tâche, il a observé certaines phases où son adversaire prenait systématiquement l’initiative. Il faut dire qu’il revenait après 10 mois d’inactivité ce qui n’est pas rien. Une belle s’impose entre les deux hommes, titre ISKA en jeu ou pas.

Des KO, encore des KO !

La première édition du NFC a été riche en KO. Sur les 9 affrontements de la soirée, 5 ont pris fin prématurément (4 par KO). Du coup de genoux, à la série des deux mains en passant par le crochet, le panel a été large pour ceux qui ont pu abréger leur opposition. Ce qui est marquant à chaque fois c’est que les débats étaient équilibrés avant de basculer. Dans les différents combats évoqués ici, les échanges ont été plaisant et solides. Il n’y a qu’a voir le re-match qui a mis face à face Nicolas Chaussière et Wladimir Dinardo pour comprendre ce qu’on été ces joutes. Le KO le plus impressionnant est signé Mohamed Denjedou qui a contré avec un genoux redoutable son adversaire. Ca a été dur, terrible mais Houssine Ben Bouazza a bien récupéré. Le ring c’est aussi ça. De la puissance il y en avait chez Thibault Vedel et l’espagnol Mohamed Knidil. Les deux hommes ont construit différemment mais la finalité est restée la même. un KO. Eddy Cuervas s’est lui aussi imposé avant la limite mais c’est sur l’abandon de Yohan Dechraoui blessé à l’épaule.

Valverde bouillant, Macia au mental

Anthony Valverde pouvait compter sur l’appui d’une centaine de supporters pour le duel qui l’a opposé à Lahce Cherdoub. Ce dernier a accepté au pied levé lé défi de croiser le fer avec Anthony enthousiaste à souhait. Peut être trop comme le lui a rappelé son coach qui lui demande de poser sa boxe. C’est ce qu’il a fait et c’est avec la victoire en poche qu’il est descendu du ring. Kevin Macia a été compté dans la première face à Loris André très à l’aise en jambe. La réaction du premier nommé s’est fait en low kick sur les injonctions de Francis Tavares. Coaching payant pour Macia qui va casser les appuis pour placer ses genoux et ses poings malgré de belles réactions adverses.

La prochaine soirée signée Paco Ibanes est déjà attendue. Il y en aura une dédiée aux amateurs avant de retrouver un show conséquent programmant des pointures et quelques noms du pieds-poings français. De quoi tenir en haleine les nombreux supporters du NFC qui n’a pas fini de faire parler.

Résultats

Carte principale

  • Geoffrey Viviès bat Vang Moua aux points
  • Antonin Bohbot bat Tristan Bénard aux points
  • Thibault Vedel bat Mael Monchauzou par KO2
  • Mohamed Knidil bat Maxime Bonamy par KO1

Carte préliminaire

  • Eddy Cuervas bat Yohan Dechraoui par abandon R3
  • Mohamed Benjedou bat Houssine Ben Bouazza par KO2
  • Nicolas Chaussière bat Wladimir Dinardo par KO2
  • Kevin Macia bat Loris André aux points
  • Anthony Valverde bat Lahce Cherdoub aux points
Publicités
Continue Reading
Advertisement

Facebook

Partenaires

Best