Publicités
Connect with us

Interviews

Mounir Bounouhi : Trajectoire d’une force tranquille

Published

on

Par Luxo . Crédit photo : L’excellent Yann Lévy – Hans luca

Chez les poids lourds, la maturité vient tard paraît-il. Les risques sont grands à s’exposer trop tôt aux coups des hommes forts. Aussi, nombreux sont ceux qui dans l’ombre des salles font leurs armes, patiemment et sans verbe haut. On dit même que certains parviendraient à atteindre un haut niveau sans « trash talking » ni mise en scène puérile… Incroyable, de nos jours, n’est-ce pas ?  Ces sportifs là retirent de leur art martial un véritable art de vivre, un état d’esprit qui fait à terme de grands athlètes et plus tard de grands hommes.

Notre athlète ici interviewé fera-t-il parti des grands noms de demain ? Nous n’en savons rien et cela a-t-il vraiment de l’importance ?  Aux côtés des membres de la Team Alamos, Mounir BOUNOUHI modèle à sa façon l’adage « Deviens ce que tu es », conscient que la route est longue…

Salut Mounir et merci de jouer le jeu de cette interview ! Peux-tu te présenter aux lecteurs et évoquer tes débuts en Muaythai ?

Je m’appelle Mounir Bounouhi, j’ai 30 ans.  J’ai commencé la boxe en 2005, il y a donc 12 ans au « Sampahlang Gym » avec Alain Do-Truong dans le 9ème arrondissement de PARIS. Au départ, j’étais dans ce club le seul à vouloir faire de la compétition.  J’ai commencé à boxer sans protection avec Alain, cela se faisait à l’époque en gala, en cas d’arrangement avec le coin adverse.  Mais c’était plutôt compliqué et rare de trouver des combats en classe « C » dans ce format. J’ai donc rarement combattu en Amateur.  En 2015, Alain a donc décidé de me faire disputer les championnats de France classe « A » -de 91KG où j’ai eu l’occasion de boxer Ludovic Providence et Samih Bachar.  J’ai par la suite rencontré Rodrigo Alamos par le biais de mon ami Adyl Kodja. J’ai rejoins l’école du « Team Alamos », une suite logique en lien avec ma recherche d’évolution.  Je suis donc passé de 3 entraînements par semaine à 6 (voir 10 en préparation pré-combat).  La transition s’est faite naturellement, j’étais demandeur et Rodrigo est une bête de travail.  J’ai intégré une équipe de combattant chevronné.

Quel est ton combat le plus important à ce jour ?

Le combat le plus marquant est celui contre Karim Bidouch combattant expérimenté que je respect beaucoup.  C’était ma première fois pour retransmis à la télé, mon premier combat dans les règles du K 1 et aussi une première avec Rodrigo dans mon coin. On avait beaucoup travaillé ce format et la transition s’est plutôt bien passée avec une victoire avant la limite.

Le Muaythai, est ce dû au hasard ou un choix ?

J’ai entendu parler pour la première fois du Muay dans le film « Kickboxer », comme pas mal de jeunes je pense. Plus sérieusement, mon oncle pratiquait ce sport à Oran, en Algérie, et c’est d’ailleurs là que j’ai fait mon premier cours. En rentrant en France, un ami m’a conduit dans le 9ème. Et c’est la que ça a commencé, depuis ce jour là on « vit » boxe.

C’est-à-dire ? Tu organises ta vie professionnelle et privée en fonction de ton sport ?

Sur le plan professionnel, je travaille chez ORANGE en tant qu’administrateur système. On a entrainement du lundi au Samedi, avec Rodigo et l’ensemble du team, on fait en sorte d’être le plus professionnel possible en étant présent un maximum. Après le travail et avant l’entrainement, je me pose un peu (sieste et collation), rester devant un ordinateur toute la journée ça fatigue bien l’esprit. Quand un gros combat se présente je suis obligé de prendre des jours de congés pour pouvoir me préparer à fond. Pour le coté famille, avec tous ça c’est vrai que les moments en famille ou avec les amis se font plus rare, mais mes proches connaissent la passion que j’ai pour ce sport donc on fait en fonction !

Quel intérêt pour ce sport, son pays d’origine et sa culture ?

J’ai visité la Thaïlande tardivement, la première fut un voyage solitaire pendant un mois au camp « Sitsongpeenong » de Bangkok. Depuis que je suis avec Rodrigo je n’éprouve plus vraiment le besoin de passer un mois dans un camp. On a ce qu’il faut ici, il me semble, si on s’en donne les moyens.

La structure où tu t’entraines actuellement, peux tu nous la présenter ? En quoi sert-elle tes objectifs ?

Actuellement, je m’entraîne entre Quincy sous Sénart et le club Daumesnil Paris XIIème. Les deux lieux combinés, nous arrivons à faire des séances de condition physique et des séances de boxe et de techniques. On tourne souvent avec divers sparrings partners : les poids vont de 57 à 130kg dans ce team, il y a de quoi faire ! J’ai l’occasion de tourner avec des boxeurs expérimentés comme Mohamed Souane, Yassine Ahaggan qui est dans la juste en dessous de moi en terme de poids (-86Kg) ou encore Malik Aliane.

Sur le plan de la préparation, que peux tu dévoiler de la méthode de Rodrigo Alamos ? Est-ce que cela t’incite à te projeter comme coach toi aussi ?

Rodrigo ne nous dit pas ce que l’on va faire pendant les séances… c’est surprise lol Des fois ça fait mal, ça nous permet aussi de nous sortir de notre zone de confort mais ça reste toujours bien organisé, par exemple on ne fera jamais 2 jours de fractionné au sac d’affilée, notre temps de récupération est pris en compte.
Dans une semaine d’entrainement il y a des circuits training, des sparrings, du travail à thème et technique, des paos, des fractionnés sac/piste… Pas le temps de s’ennuyer !
Pour la partie enseignement, j’aide de temps à autre mais je reste compétiteur avant tout et cela prend du temps. Après ma carrière en compétition, pourquoi pas, on verra bien.

Ton intérêt pour le Muay est-il exclusif ? Te voit-on aussi en K-1 ?

Avant t’intégrer la Team j’étais plutôt frileux sur le K-1. Mais au final j’aime les 2. Même si le muay est mon premier amour.

A ton poids, l’accès à des grosses organisations est-il un objectif ?

Mon objectif premier est de boxer, les lieux importent peu…Si un jour j’arrive à être dans de grosses organisations, j’imagine que ce sera bénéfique mais doit-on focaliser sur cela ? On fait d’ici là notre petit bout de chemin, sans prétentions et avec de l’engagement, c’est déjà pas mal !

Quels objectifs pour cette saison ? Sur le plan sportif et personnel ?

Mon seul objectif, c’est de boxer… j’ai déjà remporté le championnat de France classe A FFKMDA en Muay l’an passé, et j’avais échoué dans celui de l’AFMT. Donc décrocher la ceinture classe « A » de l’AFMT serait une bonne suite, j’ai le désir que les organisateurs de combat aient mon nom en tête dans les années à venir donc j’ai besoin de davantage de visibilité et de titres.

Publicités
Continue Reading

Interviews

Battle Aréna : les nouvelles fonctions de Johnny Frachey

Published

on

By

Comme évoqué dans nos colonnes il y a quelques jours, l’organisation Battle Arena de James Price a récemment nommé Johnny Frachey (Combattant Pro MMA & Coach Atch Academy/ LSA) au poste de sélectionneur des combattants Français. En effet, ces derniers pourront désormais participer à des compétitions de MMA Semi-Professionnel en Angleterre. Nous évoquerons avec Johnny sa nouvelle fonction ainsi que le projet ‘’mental code’’ et MMA Fusion. Interview avec un garçon bien occupé…

Salut Johnny, tout d’abord félicitation pour tes nouvelles fonctions.  Peux-tu nous en dire plus sur tes projets avec le Battle Arena ? Salut Mike. Pour sa 51ème édition, le Battle Arena aura lieu à Birmingham le 07 Juillet prochain A cette occasion il y aura 3 titres Français qui seront disputés. Cet événement se déroulera dans les règles du MMA Amateur (sans coude, et sans genou au visage) en cage, 3 rounds de 3 minutes. Pour le moment l’événement ne paie que les déplacements des combattants Anglais, mais le développement de l’événement laisse à prédire que cela changera d’ici peu.

Hormis l’aspect financier, combattre pour une telle organisation permettra à nos représentants d’acquérir une expérience significative en MMA… Tout à fait, c’est une formidable opportunité pour les combattants Français de faire la transition du Pancrace, Grappling-Fight, Kenpo au MMA. Cela leur permet aussi de prendre de l’expérience (voyage, régime, interview…) et de se faire une fan base en Angleterre, pays qui est une vitrine du MMA Européen.

Comment peut-on faire pour postuler aux sélections ? Si vous êtes intéressés, envoyé votre CV à : candidature.battlearena.fr@gmail.com. Une sélection sera faite sur une séance de détection à Paris et dans le Sud de la France (Miramas).

Le message est passé ! Je crois savoir que tu travailles également sur d’autres projets Effectivement, passionné par l’optimisation du potentiel humain nous avons créé ‘’Mental Code’’ avec Romain Navarro qui est formateur en communication et préparateur mental de sportif professionnel.

Peux-tu nous en dire plus sur le concept ? L’idée du concept est de partager des idées et des thèmes de développement personnel autour des approches complémentaires que nous avons avec Romain. Nous créons un espace qui offre la possibilité d’avoir des échanges ainsi chaque personne s’enrichit du savoir des autres et créer une synergie d’entraide, une palette d’outils centrés autour du développement personnel.

Comment se déroule une séance type ? La première phase des sessions est d’utiliser la puissance du questionnement afin de mettre la personne en mouvement et ainsi de lui permettre de créer ses propres solutions. Cela créé un état d’introspection portant vers un état d’hypnose conversationnel qui est par la suite amplifier afin de créer les apprentissages nécessaires à l’évolution. En complément, nous avons recours à l’Awakening Moove System (A.M.S) qui réunit plusieurs familles de mouvements (Arts Martiaux- Gym Douce- Respiration) afin d’ancrer et vivre les changements apportés par l’hypnose et la PNL de manière immédiate.

As-tu des dates de session à nous communiquer ? Nous organisons un événement en région parisienne dans un gite en pension complète du 9 au 13 Juillet 2018. Le but est de proposer un camp pro-actif afin de permettre aux participants de découvrir et d’utiliser les méthodes de développement personnel, de reprendre en main leurs vie, de résoudre leurs problématiques personnelles et d’augmenter leurs productivités. Cette session est bien sur ouverte à tous. Rendez-vous sur notre page Facebook pour plus d’infos.

Pour terminer, peux-tu nous parler de ton actualité en tant que combattant et de celles de tes élèves du MMA Fusion ? Pour ma part, je descends de catégorie pour mon futur combat, j’aurai des nouvelles très bientôt à vous donner.  Concernant ma méthode d’entraînement ‘’MMA Fusion’’, nous avons de plus en plus de succès au niveau amateur et semi -pro. Chez le professionnelles, Peter Ligier, Eva Dourthe, Julien Gracco et Salahdine Parnasse entre autres ont des résultats plus que brillant en ce moment.
Je travaille également avec l’HBI, un évènement de Grappling à la soumission, pour développer encore plus notre équipe de compétition en Grappling notamment avec mes élèves Jérôme Jougnot, Thibault Brunet, Sébastien Berger, Lucas Cinglant, Julien Delabriere, Cooper Frachey… pour ne citer qu’eux qui ramène beaucoup de titre en Pancrase et Grappling.

Publicités
Continue Reading

Interviews

Sylvain Chambaudry : ouvrier du ring en action !

Published

on

By

Sylvain Chambaudry : ouvrier du ring en action !Crédits Photos : ORDIGRAPH.COM / Patrick Lecoq / Fred Landell

Par Luxo Pour écrire un portrait qui retienne les lecteurs quelques minutes sur notre page, il faut divers ingrédients… Imaginons tout d’abord que la valeur du combattant se mesure au courage, sur le ring et en dehors. Par la suite, l’athlète doit avoir bonne dose d’ambition, dans des sports d’opposition aussi rude, c’est incontournable ! Enfin, nous avons le goût des personnalités modestes, qui connaissent leurs qualités mais n’en font pas toute une affaire.
Nos objectifs sont atteints avec Sylvain Chambaudry, laissons lui la parole !

Bonjour Sylvain, peux-tu te présenter via un bref état des lieux sur ta carrière ? Salut à tous ! Le sport a toujours fait partie de ma vie mais j’avais comme tous l’impératif de me construire professionnellement, j’étais donc engagé chez les Pompiers, il n’y a pas si longtemps…Ainsi, en Août 2017, j’ai eu le choix entre renouveler mon contrat chez les Sapeurs Pompiers de Paris ou tout lâcher pour la boxe. Un choix entre la raison et la passion, en quelque sorte.
J’ai choisi la boxe bien que je sois très passionné par le monde des camions rouges et je reste d’ailleurs pompier volontaire à Bordeaux. Mais cela faisait plusieurs mois que je n’avais pas combattu, suite à un enchainement de défaites, en lien avec à un rythme de vie intenable, qui ne me permettait pas de faire évoluer ma boxe à haut niveau. Pour donner un exemple, mes allers-retours avaient lieu tous les deux jours sur Paris, sans compter des horaires changeants, pour besoin du service. Le terme de soldat du feu n’est pas volé, croyez moi !
J’ai donc décidé de partir plusieurs mois en Thaïlande pour vivre pleinement ma passion pour la boxe et m’entrainer durement, pour ainsi me « remettre en ordre de marche ».

Sylvain Chambaudry : ouvrier du ring en action !Le terme  » d’ouvrier du ring », comment l’illustres-tu ? Disons que l’ouvrier loue ses services dans le cadre d’un travail manuel, en échange d’un salaire. Il vend sa force de travail et la classe ouvrière travaille beaucoup, dans des conditions souvent difficiles, pour très peu de reconnaissance. N’est ce pas là une belle comparaison avec le vécu du boxeur ?
Pour illustrer les choses, et comme tant d’autres athlètes, faisant quelques comptes rapides : après avoir mené plus de 70 combats amateurs, semi-pros et pros confondus, dans 5 disciplines et 4 catégories de poids différentes, en Europe , en Asie et en Afrique… Après avoir accepté quasiment tout ce qui se présentait sans arrangement de carrière, trop souvent avec seulement deux semaines de repos entre des combats  (cela m’a couté des défaites), je vis le quotidien du travailleur de l’ombre, de l’ouvrier qui chaque jour remet son ouvrage sur le métier. C’est dur, ingrat et en même temps totalement lié à ma passion.
Je mène cela dans l’espoir de me faire repérer, pour l’instant sans grand succès mais les choses peu à peu évoluent, si j’en crois mon actualité. Je resterais de toute façon fidèle à cette expression d’ouvrier du ring, cela me correspond bien !

Comment la collaboration avec le team IMPACTS et Willy Borrel s’est elle mise en œuvre ? J’ai boxé durant douze ans pour la Team Amat de Lormont et du fait de mes allers-retours sur Paris, j’ai eu la chance d’être accueilli dans d’autres clubs, dans les salles des teams d’Albert Chey ou de Mohamed Khaliss, que je remercie pour leurs investissements.
Adolescent, Willy Borrel était mon exemple, on me prend souvent d’ailleurs pour son fils… Nous avons une boxe similaire et une même vision du combat, je voulais me stabiliser sur une seule salle, aussi mon choix s’est porté sur lui. Ceci dit, Phillipe Amat reste un repère essentiel dans ma vie, il va partir tranquillement à la retraite après une très belle carrière d’entraineur.
Willy s’investit beaucoup pour moi, nous avons la passion en commun, comme Khalid Rafi et Mo Kouleon qui m’accompagnent aussi dans cette aventure.

Sylvain Chambaudry : ouvrier du ring en action !

Tu es très actif actuellement , quels sont les échéances importantes à venir ? Je boxerai Au «  Choc des Titans » à Lormont le 24 mars, je ne sais pas encore contre qui. D’autres bonnes échéances en pieds-poings sont en négociation mais j’attends confirmation, c’est notre lot quotidien ! Par ailleurs, je suis professionnel en Boxe Anglaise, licencié au Ring Villenavais de Phillipe Cazeaux et Jean Paul Bonatou. Je mènerais les choses en parallèle, donc j’espère que nous aurons l’occasion d’en reparler.

Que vises tu en cette fin de saison 2018/2019 ? Aujourd’hui je possède la vie et les structures qu’il me faut pour évoluer, il ne manque je crois qu’un travail de promotion pour me projeter dans le monde du haut niveau. Je veux accéder à de plus gros défis sportifs, j’aime et vise la victoire mais aussi de grosses oppositions. Je suis un bagarreur qui veut marquer les esprits.
Mon but est de viser des primes décentes, qui me permettront d’investir financièrement dans mes préparations, de rémunérer mes coachs pour l’instant bénévoles, car ils le méritent …Et que sans eux, je ne suis rien … Au passage, j’avais boxé sur l’Enfusion live, deux catégories au dessus de la mienne, j’aimerais donc que les organisateurs m’offrent ma chance dans ma catégorie réelle !
J’ai affronté et battu parfois des boxeurs qui ont brillé à l’Enfusion, au Glory, au Max Muay Thai, au Thai Fight et au Partouche Kick Boxing Tour…. Vous imaginez donc à quel point j’aimerais pouvoir moi aussi avoir la chance de me produire dans ces grosses organisations !  Et pour être le meilleur, il faut battre les meilleurs, non ?
Alors, autant être lisible et se projeter vers de beaux défis sportifs : j’aimerais  aller chercher la ceinture européenne de Guillaume Pascal et/ou la ceinture mondiale de Yannick Reine. Ami organisateur, si tu me lis, pense à moi !

Publicités
Continue Reading
Advertisement

Google+

Facebook

Partenaires

Best