Connect with us

Reportages

Le Partouche Kickboxing Tour enflamme la Grande Motte

Published

on

DSC01242Dédicace à José et Nabil

Kader Marouf a une fois encore été bien inspiré. Nous l’écrivons souvent mais le promoteur lyonnais sait raison garder même devant la difficulté, pour offrir au final, des soirées à sensations. Peu épargné par les forfaits, le promoteur du Partouche Kickboxing Tour a su trouver l’alchimie parfaite pour offrir au public du Pasino le spectacle qu’il était venu chercher. Des tournois aux superfights, chacun a trouvé ce qu’il voulait voir dans une soirée de K-1 qui a tenu son rang.

Nordine Mahieddine impérial

Le marseillais est un homme de tournoi, qu’on se le dise. Après le K-1 Event, il a réussi à prendre cette étape grand-mottoise, qualificative pour la grande finale qui aura lieu à Lyon. Nordine Mahieddine n’a pas laissé de place au doute en signant 2 victoires avant la limite. Les deux, il les a signé par des high-kicks à la Rani Berbachi. Farid Nair n’a pas eût le temps de s’exprimer en demi-finale ce qui ne fût pas le cas du moldave Dragos Zubco qui s’est montré vaillant dans l’ultime combat, dangereux avec ses contres mais qui n’a rien pu faire face au coup d’oeil du français. C’est d’abord en poing que le moldave va subir un premier décompte. Il repart au combat mais le match est géré de main de maître par Mahieddine qui varie bien et fait mal sur chaque coup. Sur une série des deux mains, il aurait pu infliger un deuxième décompte dans cette deuxième reprise si le gong n’avait pas retenti. Les jeux ont faits désormais et sur un énième high kick, le marseillais abrège la rencontre. Fin du tournoi et beaux succès de Nordine qui se positionne comme un vrai prétendant à la victoire à Lyon.

Julien Deboisrollin, un client sérieux pour la finale

Julien Deboisrollin s’est révélé au grand public dans ce tournoi dédié au -75kg. D’abord en demi finale face à Aydin Tuncay, éternel joker de luxe. En infligeant deux décomptes à Aydin, Julien a eu raison de ne pas s’enflammer. Tuncay a réalisé une seconde reprise fantastique, cassant les appuis de son adversaire qui tente la réplique en poing et reste un peu trop en face de cet adversaire rugueux à souhait. Il comprend qu’il doit revenir au rythme de la première reprise pour les trois dernières minutes de combats où les débats se sont équilibrés malgré un gros forcing d’Aydin Tuncay qui s’incline avec les honneurs. Entre temps, Kadri Murseli venait à bout du très solide Toufik Essarahoui. Dans un combat où Kadri a su faire mouche grâce à sa puissance, l’engagement aura été total. Les deux hommes ne se sont pas ménagés à tel point que Murseli n’a pu faire la finale. Son pied étant cassé, ila dû se résoudre au forfait. Julien Deboisrollin affronte finalement Toufik Essarahoui repêché. Ce dernier pars courageusement au combat mais essuie rapidement un contre en genoux duquel il ne pourra se relever. Victoire en 1 round pour Julien Deboisrollin qu’il faudra surveiller de très près à Lyon en octobre prochain.

Gross, Bohbot, Ridene, trio vainqueur en superfight

Trois superfights que l’on peut aisément qualifier de chocs étaient proposés en ouverture de soirée. Trois affrontements qui ont clairement placé la soirée sur les rails du succès car les 6 protagonistes n’ont pas fait dans la dentelle.

Lucien Gross et Olivier Moriano ont offert un match de haute volée. Quel régal même s’il y avait des interrogations autour des deux hommes. Olivier disputait son deuxième affrontement seulement depuis son retour il y a quelques semaines. Lucien allait-il résister aux frappes redoutables en jambe de son adversaire ? La réponse aux deux questions est oui ! Les deux hommes ont rempli leur contrat avec la manière même si finalement, Lucien Gross a été le plus fort. Moriano n’a rien perdu de sa puissance et de son fighting spirit mais il faut bien admettre que Lucien réussi à merveille son com back, bloquant les low-kicks, plaçant son anglaise chirurgicale. Explosif à souhait, Lucien impose peu à peu son rythme et sa puissance, gratifiant le public de technique spectaculaire qui vont faire définitivement basculé la rencontre en se faveur. Victoire aux points de Lucien Gross qui est plus que jamais de retour au premier plan. Gros coup de chapeau à Olivier Moriano pour cette opposition musclée.

Antonin Bohbot pour sa part retrouvait un Manuel Vuillamy particulièrement remonté. Ce dernier se rue sur son adversaire dès le coup de gong. Il tente les genoux, fait front devant un Bohbot appliqué, qui se montre patient avant de faire mouche sur un coup de genoux. Le match bascule et dès lors, l’arlésien impose sa boxe agressive et puissante. Il compte de nouveau son adversaire avec un genoux au corps cette fois avant de plier définitivement le match avec un autre genoux dans la deuxième reprise.  Antonin Bohbot confirme ainsi son premier succès face à Manuel Vuillamy qui aurait peut être chercher à construire plus ce combat revanche.

Dans l’ordre chronologique des faits, Hamza Ridene, joker de dernière minute affrontait Mathieu Bernadet qui était pour le coup, le régional de l’étape dans ce qui constituait le premier combat de la soirée. Mathieu démarre bien son combat fait mal en poing et envoie son adversaire au tapis dans la première avec un solide crochet. Hamza est compté mais repart au combat, la mâchoire serrée. Il impose l’épreuve de force et fait compter son adversaire sur une droite magistrale. Bernadet repart au combat mais ne récupère pas complètement de ce knock down. Quelques secondes plus tard, il encaisse un back fist qui le met KO pour le compte. Belle victoire d’Hamza Ridène qui n’a pas fait le déplacement pour rien.

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reportages

Glory : Mickael Palandre, se révèle et intègre le Top 10 !

Published

on

By

S’il y a un boxeur qui a marqué le Glory à Paris le week-end passé, c’est bien Mickael Palandre qui a donné bien des leçons en 3 rounds de 3 minutes. Bien sûr que Wlad Tuinov était le favori de cette rencontre mais il fallait être ignorant pour ne pas voir la possibilité d’une victoire en faveur du français. En même c’est un sport national chez nous que de « dézinguer » un boxeur là où la solidarité devrait être de mise autour de lui.

Palandre et sa team ont fait fi de tour pour répondre sur le ring, rien que sur le ring. Les rois du clavier n’ont pu que constater que « Mikk » n’était pas là par hasard. Par le passé il avait déjà battu des solides comme le russe. Gaëtan Dambo, Yazid Boussaha sont de ceux-là. Palandre a une qualité maîtresse dans sa panoplie de boxeur : un mental à toute épreuve. Cette force de caractère lui a servi tout au long du match qu’il a mal démarré.

Mais quel retour dans la deuxième reprise où ses frappes en zone basse et médiane ont été efficace sans oublier ses genoux. Malgré les missiles des deux mains de Tuinov, le pensionnaire du BT 42 a boxé en patron, imposant sa distance et son rythme ce qui n’était pas au goût de son rival qui s’énervait à la minute de repos. Palandre s’est transcender durant le match poussé par les siens, motivé à l’idée de gagner et gravir les échelons.

Le Glory l’a bien compris et l’a intégré dans le Top 10 des -70kg (il est classé challenger numéro 9). C’est une belle récompense qui plus est méritée pour le français qui voit que le travail porte ses fruits même si le plus dur reste à venir. Il a franchi un cap mais il y a encore du chemin à faire.

Mickael est nié entouré avec Irwyn Baltazar Dias qui sait se montrer patient. La leçon à retenir de ce que réalise Palandre actuellement est là : il faut construire et ne pas se précipiter en écoutant le chant des sirènes. Les faits donnent raison au duo et leur team qui n’ont pas fini de faire parler d’eux !

Continue Reading

Reportages

Doumbe, Meksen le règne sans partage !

Published

on

By

Crédit Photo : James Law, Glory Sports International Indéniablement, le règne est sans partage pour Cédric Doumbe comme pour Anissa Meksen. Ces deux-là sont au sommet de leur art et maîtrisent parfaitement leur sujet à tel point qu’il est devenu très difficile de leur trouver un challenger digne de ce nom.

Qui peut battre Cédric Doumbe ?

Après son impressionnant succès face à Alim Nabiyev au Glory 66, Cédric Doumbe a franchi un cap en entrant un peu plus dans la légende. Jamais un boxeur n’avait connu une ascension aussi fulgurante. Homme de caractère mais surtout homme de séduction, Cédric a su apprendre de ce qu’il fait pour pouvoir grandir. Il a repoussé tous les codes imaginables et ouvert une nouvelle voie aux combattants de la génération qui suit. Car plus que jamais, de la communication à son style devenu terriblement efficace (sur ses 5 derniers combats il en a remporté 4 avant la limite), il s’est métamorphosé pour devenir une machine de combat ultra-perfectionnée. Il maîtrise tout parfaitement et soigne chaque détail de ce qu’il entreprend ce qui impose une capacité d’analyse poussée à son paroxysme. Physiquement, mentalement il n’est plus le même homme et de toute évidence, même si le ring ne met pas à l’abri d’une surprise, il n’a pas de rival qui puisse le renverser actuellement. Cette situation force à l’interrogation. Quel peut être l’avenir de Cédric ? Il est à un stade où il a battu les meilleurs de sa catégorie. Il jouie désormais d’un statut à part avec cette ceinture des welters qui ne le quitte plus.

C’est un combattant phare du Glory qui génère une véritable interaction avec le public (samedi soir en l’espace de quelques minutes, il a réalisé un nombre conséquent de photos avec les fans sous le charme de celui qui allait devenir quintuple champion du Glory). Quoi qu’il en soit, l’avenir est doré pour Cédric Doumbe qui est bel et bien la grande star française dont le pieds-poings avait besoin.

La dimension Meksen

Pour Anissa Meksen les choses sont quelques peu différentes même si elle aussi affiche une maîtrise du ring inégalée à ce jour. Anissa a ouvert des portes en prenant la ceinture du Glory et en la conservant aussi longtemps. Après avoir battu tous ses challengers, elle se retrouve sans rivales à sa hauteur et la tâche est ardue de lui trouver des boxeuses dignes de ce nom et qu’elle n’a pas déjà battu. Sa plus grande force est sa détermination sans faille. C’est quelque chose que l’on voit souvent dans les autres disciplines sportives, un peu moins en pieds-poings où la carrière est plus accessible. Meksen se distingue en cela mais aussi de part son expérience (elle affiche 120 combats environ). Le Glory va devoir remuer ciel et terre pour lui trouver des challengers crédibles car elle a déjà battu tout le Monde. A 31 ans, Anissa est au sommet de son art et elle est partie pour durer. Les challenges n’ont jamais été un obstacle car après la savate boxe française, c’est en muay thai qu’elle s’est illustrée. Elle s’est essayée à la boxe où elle a pris le titre de championne de France, elle peut donc envisager sereinement son avenir. C’est une boxeuse incontournable du Glory, elle est même fer de lance des féminines. Meksen connaît bien les circuits et leur fonctionnement (elle a remporté le Enfusion et fait une finale au Kunlun Fight). Elle a apporté une nouvelle dimension à la boxe féminine et susciter bien des carrières. A chaque période sa championne même si de ce côté là, elle réalise ce que personne ou peu avait réalisé avant.

La difficile mission du Glory

Le Glory va devoir faire des efforts colossaux pour dynamiser ces catégories pour les rendre toujours plus attractive et sortir des combats comme ceux de samedi soir. La concurrence est rude avec le One Championship, l’Enfusion etc…. même si certaines de ces organisations n’ont pas les moyens du circuit de Pierre Andurand, elles agissent de plus en plus avec des contrats pour conserver leurs boxeurs. La difficile mission du Glory est de recruter des boxeurs les faire évoluer rapidement pour en faire des challengers crédibles et capables de battre des champions tels que Cédric Doumbe et Anissa Meksen. Et pour l’instant, nous ne sommes pas loin du mission impossible !

Continue Reading

Evénements

juillet 2019
Aucun événement trouvé !

Best