Publicités
Connect with us

Reportages

L’AS Passy, un club qui marche !

Published

on

image

Merci à Margot Dumant

Les boxes pieds-poings se développe peu et même se démocratise puisqu’elles touchent toutes les couches sociales. L’A.S. Passy en est le parfait exemple puisque ce club est basé dans le 16 ème arrondissement de Paris. Voici une présentation de ce club en pleine expension par son président Laurent Gerbault qui affiche clairement sa passion des arts pugilistiques.

L’A.S. Passy a été créée en 2002 par les deux professeurs du club de kick boxing de l’A.S. Evry. Au départ situé dans la salle de gymnastique de l’école St Jean de Passy, le club a peu à peu étendu ses horaires de cours dans l’enceinte du lycée La Fontaine, établissement scolaire réputé situé au niveau de la porte Molitor, à deux pas du Parc des Princes.
S’adressant aux habitants du 16ème mais aussi à toute la population parisienne, quelque soit ses origines sociales, moyennant des tarifs de cotisations très bas, l’A.S. Passy a rapidement connu un succès populaire éclatant. Son secret ? Des cours mêlant les principaux sports de combat pieds/poings (kick boxing, full contact, K1, boxe thaï …) à la portée de tous, même complètement débutants en matière de sports de combat, dans une ambiance très conviviale, presque familiale. Ces cours sont dirigés par Gilles Graftieaux, probablement l’un des meilleurs éducateurs sportifs du moment.
Démarrant à 8 adhérents en 2002 à ses débuts, l’A.S. Passy dépasse aujourd’hui les 400 adhérents ce qui en fait tout simplement l’un des plus gros clubs français dans le domaine des sports de combat pieds/poings. Loin des clichés qui voudraient que le 16ème arrondissement n’excelle que dans les sports « haut de gamme » comme le golf, le tennis, l’équitation voire les arts martiaux traditionnels, l’A.S. Passy prouve que les sports de combat peuvent s’adresser à tous les types de publics.

image

Fidèle à la tradition du club d’Evry qui avait ouvert au début des années 90 l’une des premières sections babyboxing de France, l’A.S. Passy propose des cours spéciaux pour les 4/6 ans et pour les 7/9 ans. Evidemment à cet âge-là, c’est l’aspect ludique qui prime.
La section jeune à partir de 10 ans compte environ 150 membres enthousiastes dont certains sont d’excellents compétiteurs. Quant à la section adulte, à partir de 16 ans et jusqu’à plus de 50 ans, elle se déroule dans un esprit plutôt loisir mais néanmoins très sportif. Ce qui marque aussi, c’est la présence de nombreuses femmes : près de 40% de l’effectif total ce qui est absolument remarquable tout sport confondu.

image

Les résultats aux compétitions sont loin d’être anecdotiques puisque l’A.S Passy peut se vanter d’avoir déjà récolté entre autre 13 titres de champion de France ainsi que 36 titres régionaux. Le club compte quelques leaders de très bon niveau comme le jeune Marco Barroux âgé de 18 ans et champion de France junior de K1 et Eytan Chiche, 15 ans, champion de France de kick boxing chez les cadets.
L’A.S. Passy s’est même permis de démocratiser le MMA en créant des cours d’initiation : même les gamins ont le droit à leurs cours de MMA et ils adorent ça d’autant plus que la pratique est parfaitement encadrée et se déroule dans des conditions de sécurité optimales.
L’objectif de l’A.S. Passy est maintenant d’avoir une salle de boxe dédiée dans le 16ème arrondissement. Voilà près de 15 ans que l’A.S. Passy évolue dans des écoles, avec de nombreuses contraintes, sans douches ni vestiaires ni possibilité d’aménagements. De plus, les créneaux horaires sont trop limités par rapport à la demande. Et l’effectif de l’A.S Passy est aujourd’hui bien trop important pour un lycée. D’autant plus que les demandes d’inscriptions sont considérables, à toute heure de la journée et de la semaine. Une belle salle de boxe dans le 16ème arrondissement qui répondrait enfin à l’attente de tous les adhérents et de tous les parisiens qui veulent nous rejoindre, voilà le beau projet que nous voulons construire avec la mairie de Paris et celle du 16ème. Pas de doute que sur ce sujet-là, le consensus est possible entre les deux …

image

Informations

A.S. Passy
Président : Laurent Gerbault
Téléphone : 0660531114
Cours lundi, jeudi, vendredi au lycée La Fontaine (17:30 à 21:30)
Samedi au lycée La Fontaine (14:00 à 16:30)
Mardi au 20 rue des Vignes (18:45 à 22:00)
Mail : aspassy@free.fr
Sites web : www.aspassy.com et www.fullkick.com

Publicités
Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reportages

Qui va gérer le MMA ?

Published

on

By

Qui va gérer le MMA ?En collaboration avec Mika C’est un espoir, une volonté de tous les pratiquants de voir la légalisation du MMA (ndlr : Mixed Martial Arts – arts martiaux mixtes en français) arrivée France. Notre pays étant de plus en plus isolé dans un archaïsme sans fondement si ce n’est la pression de grandes fédérations sur les pouvoirs publics. Et pourtant, malgré un rejet de ses mêmes structures, la guerre fait rage en coulisse quand à la gestion future du MMA.

De bonnes nouvelles espérées en septembre

La ministre des sports, Laura Flessel analyse pour l’instant les différents rapports effectués et devrait faire une annonce officielle courant septembre. C’est ce qui a mis en émoi le mundillo du MMA qui espère plus que jamais une véritable avancée. La situation française est complexe et il est difficile pour les organisateurs d’attirer des noms pour combattre dans notre version édulcorée du MMA, le pancrace qui n’autorise pas les frappes au sol. La France doit prendre une décision rapide pour combler les années de retard engendrées par un conflit que ne cesse de durer. Le MMA frappé d’interdiction est mis au ban du sport français au nom d’une certaine déontologie qui n’a aucun fondement si ce n’est ne pas faire d’ombre aux fédérations qui régissent les arts martiaux traditionnels;

Qui va gérer le MMA ?

Le paradoxe de la situation c’est que bon nombre de détracteurs sont néanmoins prêts à gérer le MMA, bien conscient des rentrées financières non négligeables car c’est une véritable raz de marrée qui es attendu en cas de légalisation. Les réseaux s’activent en coulisse, chacun faisant faire valoir son bon droit. De la FFKMDA qui a la délégation de pouvoir pour le pancrace à la fédération française de judo, en passant par celle de karaté, celle de lutte sans oublier le CNMMA, les prétendants s’affichent peu à peu. Si la FFKMDA est la mieux placée pour obtenir la délégation, il est évident que rien n’est fait loin de là. Des personnalités influentes comme Bertrand Amoussou (CNMMA), Jean Luc Rougé (Judo) ou encore Francis Didier (Karaté) ont pour leur part leurs entrées au ministère d’une façon ou d’une autre. Les discussions et les appels du pied sont en nombre et la seule chose qui peut être annoncée c’est l’intensification du conflit inter-fédéral. Le MMA n’existe pas encore en France d’un point de vue légalité et il est déjà l’objet de querelles et de convoitises. Dans la décision que Laura Flessel va prendre, il faudra laisser la logique orienter son choix en lieu et place des différents relationnels qui ne sont pas toujours à-même de gérer cette discipline sportive. Car nous parlons de sport et rien d’autre !

L’urgente nécessité de la légalisation

Le MMA se porte bien en Europe avec de nombreux événements qui se sont déroulés sur le vieux continent depuis quelques semaines.
En effet, nos combattants Français s’expatrient assidûment hors de l’hexagone pour se mesurer à nos voisins.
C’est au Royaume-unis, au Danemark, en Suisse, ainsi qu’au Portugal que ça ce passait avec notamment le retour de Karl Amoussou en Irlande pour ses débuts manqués avec l’organisation qui monte (très) vite, le Brave CF.
Comme vous avez pu le constater par ailleurs, nos combattants ont vécu récemment différentes fortunes avec des résultats globalement en dents de scie. Le MMA Français, selon certains de nos représentants, est plus que jamais proche de gagner sa liberté sur notre territoire. Cela semble devenir véritablement une nécessité sportive tant le niveau augmente rapidement chez nos voisins. Rappelons que nos athlètes se retrouvent systématiquement dans des oppositions à l’extérieur, très souvent face à des locaux. Inutile de vous faire un dessin en terme de pointage des juges si les combats vont jusqu’à la décision… A suivre.

Publicités
Continue Reading

Reportages

La fête fût totale au Choc Des Etoiles !

Published

on

By

Crédit photo : Christian Mazzonello

La fête fût totale au Choc Des Etoiles !

Dimanche 1er juillet, on ne parlait que de passion au Choc Des Etoiles de Lionel Spica. S’il n’était pas seul à organiser cette belle soirée de pieds-poings, force est de constater qu’il a su transmettre son amour du pieds-poings mais également sa vision des sports qu’il promeut depuis plusieurs. Avec un parrain d’exception, Olivier Cerdan, un parterre d’acteurs majeurs de nos disciplines, incarné par Mehdi Amar, Christian Robert, Mohamed Amara, Jp Arthur, etc….l’événement a pris la dimension nécessaire à nourrir l’ambition affiché par Lionel Spica qui mérite mille félicitations de mettre en avant les talents de demain.

Bouchiber confirme !

Amhed Bouchiber a conclue sa carrière amateur en remportant le tournoi où étaient engagés Ludovic Pascual, Nelson Massock et Mathieu Lombard. Percutant, volontaire même s’il en a parfois oublié sa boxe, Ahmed a démontré que sa réputation de frappeur n’est pas usurpée. Il avait annoncé vouloir finir comme il faut son parcours amateurs c’est chose faite devant un public conquis par ses frappes dévastatrices et son fighting spirit à toute épreuve. Négocier un tournoi en fin de saison n’est jamais simple qui plus quand le match making est équilibré à souhait. Force est de constater que le promoteur avait réalisé le casting parfait puisque chacun à apporté son savoir faire en matière de ring pour offrir l’opposition qu’il fallait. Il fallait un vainqueur, Ahmed Bouchiber est celui-ci et boucle sa saison avec la satisfaction du devoir accompli.

La fête fût totale au Choc Des Etoiles !

Olivier Cerdan, parrain d’exception

Multiple champion du Monde de full contact, Olivier cerdan a remporté deux fois le tournoi de la Nuit Des Champions dont la fameuse édition où il avait battu dans la même soirée, Ignacio Sanchez, Franck Mezzaache et Perry Ubeda. Fulleur pur jus, il a croisé sur le ring à deux reprises Lionel Spica avec qui il entretien une véritable amitié.

Des superfights qui en disent long

De Fabien Bignell à Dylan Delpha en passant par Steven Taleb et Aymeric Lazizi, les vainqueurs de la soirée ont su animé cette carte principale avec la manière et beaucoup de générosité. Pour certains d’entre eux, ce sera les rangs pros pour la prochaine saison, il fallait donc faire bonne figure. Il y a eût donc de belles découvertes mais aussi un peu de frustration, le ring réservant toujours son lot d’incertitude. Pour la carte préliminaire, Tarek Ben Ahmed s’est illustré, impressionnant de maîtrise technique et de sens tactique. Et puis il y a Sandro (ndlr : Spica) petit prodige d’une dizaine d’année qui continue de ravir avec un panel de mouvements hors du commun pour son âge. Du classe A aux « minots », chacun a pu se faire plaisir devant parent, amis ou famille faisant de troisième Choc Des Etoiles une belle fête du pieds-poings.

Publicités
Continue Reading

Partenaires

Best

Battle of Saint Raphaël 6 Groupe Facebook Twitter Instagram Pinterest Google+ Tumblr