Galerie photo

Crédit photo : Artistic Pictures . World GBC Tour Quelle soirée ! Quelle passion dans ce 13ème opus du World GBC Tour. Le mot fort de cette édition concoctée par David Blanc et son équipe c’est ENGAGEMENT. Car chaque combat a été disputé comme il fallait avec une volonté de s’imposer qui a transpiré lors de chaque joute. Les puristes ont pu apprécié le spectacle : Amel Dehby, Jimmy Vienot, Karim Benmansour, Anthony Roméas etc.. étaient de ceux-là. Dans une salle de la Boiserie chauffée à blanc, l’événement parfaitement orchestré est passé vite, très vite et le public en redemande déjà. Si le rendez-vous est pris pour le 14ème opus, voici un retour sur une des éditions les plus décapantes de l’histoire de ce show.

La bonne copie d’Eddy !

Face à Dennis Wozik vainqueur du champion du Kunlun Fight 2 semaines avant, Eddy Nait Slimani devait livrer une copie convaincante face à un adversaire qui ne l’aura jamais lâché. Concentré comme jamais, le français a souvent accepté le pressing du hollandais pour mieux le surprendre avec ses techniques de jambes. De cette opposition de styles prévue, il y a finalement eût une explication plus âpre que ce que l’on a l’habitude de voir avec Nait Slimani. Dès son entrée, nous avons pu voir la détermination qui était la sienne pour ce premier match de la saison. Sortant son spécial, il a aussi fait preuve de précision, un facteur qui aura été essentiel pour l’issue de l’affrontement. Au final, il s’impose aux points et c’est fort de ce succès qu’il participera au Enfusion dans quelques jours.

Varela poursuit son ascension

Wilson Varela apprend de tous ses combats. Défaite ou victoire, il sort grandi de ses fights et il l’a prouvé face à Issam Hamdoune. Le nîmois passait un gros test pour son début de saison et il n’a pas été ridicule, loin de là. Il assumé pleinement ce défi, rendant coup pour coup, ébranlant même son adversaire en début de deuxième reprise. Mais Wilson est un dur au mal hors pair, capable de se montrer dangereux constamment. Cette charge d’Issam aura eût pour effet d’aiguiser l’instinct de combattant de Wilson qui va durcir considérablement les débats. Le match bascule à cet instant et les deux knock-downs infligés à Hamdoune scelleront définitivement la rencontre en faveur de Wilson Varela, plus que jamais prêt pour la Nuit Des Champions le 24 novembre prochain.

Luc Genieys, la révélation

Luc Genieys a surpris son monde samedi soir. Il a su saisir sa chance en offrant deux prestations empreintes d’intelligence et de réalisme. Dès le premier tour de cette première Bruce Codron Talent Cup, s’est montré intraitable face à Clément Adrover qui faisait figure de favori. Mais rien n’y a fait ni les frappes percutantes du montpellierain ni son envie de bien faire.Bien au contraire, Luc a usé notamment en low kcik et infligera deux décomptes à son adversaire qui finira la rencontre les appuis brisés. Plus patient, plus méthodique face à l’espagnol Ilias Mzioak en finale, le français s’est montré patient et n’est pas entré dans le piège de l’épreuve de force. Il est resté fidèle à ce qu’il sait faire : variation des zones de frappe, précision dans les coups. C’était la combinaison parfaite pour remporter cette première édition de BCTC qui va faire du bruit. L’autre demi finale opposait Christophe Hosteins à Ilias Mzioak. Ces deux-là ont offert le match le plus débridé, l’espagnol écopant même d’un point négatif pour technique interdite. Coupé profondément à l’arcade, Christophe a tout donné et le point négatif aurait pu faire la différence concernant la décision.

Fiorenti tout en stratégie

C’était le duel le plus attendu le plus attendu de la soirée. Djany Fiorenti et Giovanni Gross dans le même ring, c’est une affiche qui avait de la gueule. Et à ce niveau-là , il faut affiché une bonne maitrise tactique. Fiorenti est un maître dans son genre. Il ne s’est jamais laissé approché par Gross et son punch redoutable. Ce dernier s’est montré imprévisible notamment avec ce coup de pied retourné dans les jambes. Mais Djany est méthodique dans son approche et contre à merveille toutes les tentatives adverses. Il s’impose logiquement aux points et sera lui aussi à Marseille pour un véritable choc dans quelques semaines.

Sacré baptème du feu pour Valverde

Généreux, Anthony Valverde l’est et il l’est encore plus quand son public pousse comme il l’a fait. Opposé à Kevin Bavelard, le protégé de Christophe Tendil s’est montré bouillant mais plus pondéré qu’a l’accoutumée. Pressant à merveille des deux mains, ponctuant en genoux, on pense alors à une victoire « facile ».

C’est mal connaître Kevin qui démontre des ressources mentales hors normes qui le font revenir dans le match, répondant courageusement à cette guerre des tranchées que maîtrise parfaitement Valverde. Cette réaction viendra un peu tard pour prétendre à la victoire. Anthony Valverde signe un sacré baptème du feu ce 13 octobre. Affichant une condition physique exceptionnel, il a démontré une fois de plus sa volonté de jouer les troubles fêtes dans cette belle division des -95kg.

Ketaieb, Gongora, Yessad avant la limite

Il y a eût des victoires avant la limite. Emma Gongora s’est montré intraitable face à Fanny Foures, usant du low kick à répétition. Comptée, Fanny rejoindra son coin, les appuis amoindris et ne pourra reprendre le combat. Victoire en un round pour Emma particulièrement appliquée. Dans le choc de cogneurs qui opposait Hakim Ketaieb à Yassin Chtatou, c’est le premier nommé qui s’est imposé. Dangereux avec ses frappes lourds, Yassin se fait surprendre par le pressing d’Hakim qui oblige l’arbitre à compter dans la deuxième reprise. Hélas un choc de tête obligera le docteur à mettre fin à la rencontre. Cyril Yessad et Dimitri Besson faisait leur retour sur le ring. Après une entame où le manque de ring se faisait sentir, Cyril va s’appuyer sur son anglaise précise pour infliger de belles séries des deux mains et infligé un TKO dans la deuxième reprise.

 

Publicités