La Grande Motte, le succès total du A-1 WGP

Il y a quelques jours, Kader Marouf avait sorti l’armada lourde pour le quatrième et dernier tour des qualifications pour la grande finale du A-1 WGP 2015. Avec au programme des hommes comme Chingiz Allazov ou Samir Mohamed, le promoteur lyonnais voulait marquer les esprits avec des pointures de renommées internationales mais également quelques révélations comme l’ukrainien Sergei Kouliaba ou le français Djibril Ehouo. Ces acteurs ont clairement marqué les esprits si tous n’ont pas obtenu leur ticket pour Lyon, chacun aura livré des prestations de haute volée.

DSC02413Sergei Kouliaba un bloc venu d’Ukraine

Souvenez-vous de cet homme, Sergei Kouliaba ! Il sera sans aucun doute la révélation de ce A1 WGP c’est une certitude. L’homme est un bloc à la Jo Prestia, un boxeur ultra puissant mais également un vrai encaisseur. Dès la demi finale face à Betrand Lambert, Sergei est impitoyable, malgré une belle réaction du français dans la seconde reprise, l’ukrainien va infliger trois décomptes à son adversaire sur des coups de genoux et un high kick. Lambert aurait dû être arrêté dans le deuxième down tant sa blessure à la bouche semblait profonde. Cela se confirmera le soir puisque Bertrand a dû passer par l’hôpital avant de retrouver ses pénates. L’arbitre en a décidé autrement, ne faisant au passage que repousser la fin d’un combat mené de main de maître par Kouliaba. Le ton était donné dans ce tournoi des -67kg où le favori était Samir Mohamed.

DSC02429Ce dernier affrontait le jeune Medhi Berisha en demi finale. Le catalan a joué sa chance à fond sans se dérober mais l’expérience était un avantage de taille pour le petit prince qui va n’avoir de cesse que de varier son travail pour trouver des failles et marquer de nombreux points. Il se retrouve en finale face à Sergei Kouliaba, la main blessée mais ça nous ne le savions pas encore. Compté 2 fois sur des séries, Samir gérait bien la première reprise malgré un handicap survenu en demi finale. Une cicatrice sur sa main a cédé sur un impact mais le « Petit Prince »voulait voir si ça pouvait passer. Hélas non, malgré un style en mouvement, sa main amoindrie ne lui permettait pas de gérer la puissance dévastatrice adverse. Et c’est la mort dans l’âme qu’il préfère renoncer à poursuivre le combat. Victoire de Sergei Kouliaba dans cette épreuve des -67kg où il fait figure de potentiel vainqueur lors de la grande finale.

DSC02454Et puis vainc Chingiz !

Chingiz Allazov fait figure d’extra-terrestre actuellement ! L’homme gagne tout, partout et semble inarrêtable. Malgré la difficulté des règles françaises en ce qui concerne le K-1 rules (il faut vraiment que la France se mette au diapason), Chingiz a impressionné. Face à lui, le jeune Mickael Pignolo ne s’est pas dérobé, il a assumé son rôle de boxeur mais ce n’était pas suffisant face à celui qui est considéré par les spécialistes comme le numéro un mondial des -70kg. Là aussi, le bélarus a infligé trois décomptes à son adversaire (sur un crochet, une série et un high kick magistral).  Allazov a été redoutable de puissance avec des jambes de bûcheron et des poings chirurgicaux. Pignolo n’a pas abdiqué mais la marche était haute face à son champion d’adversaire qui allait retrouver Kevin Renahy en finale. Ce dernier s’était défait rapidement du turc Evrim Karagoz sur un middel magistral. La finale ne sera pas du même acabit pour Kevin qui reconnaîtra avec une vraie sportivité, la supériorité sportive de son adversaire. Le bélarus s’est déchaîné au fil des rounds. Agressif, ce dernier balance du lourd en poing et en jambe, le français faisant front avec ses armes. Pourtant, dans la troisième reprise, une énième frappe au visage va avoir raison de la volonté de Rénahy qui s’écroule et ne repartira pas au combat. Victoire avant la limite pour Chriniz Allazov qui obtient son billet pour la grande finale avec une question que tous se pose : qui peut l’arrêter ?

DSC02470Djibril Ehouo, le grizzli a griffé

Il n’aura finalement disputé que 3 rounds sur le ring Djibril Ehouo plus connu sous le nom de Grizzli. Le sociétaire de la team Chouk de notre ami Choukri Ferradj. Dès la demi finale, Djibril fait parler ses techniques de jambes redoutables et touche son opposant, Unal Ozleme (Turquie) avec un splendide front kick au visage. Le mal est fait ! Unal est compté une première fois puis une seconde sur un crochet redoutable. Fin des débats. Djibril va retrouver Mirza Hodzic pour une finale là aussi rapidement expédié. Mirza qui avait été déclaré vainqueur à tort de sa demi finale face à Aydin Tuncay, est arrivé moins frais physiquement. Aydin avait fait un match plein imposant son rythme malgré quelques répliques lourdes d’Hodzic ; ça n’était pas suffisant aux yeux des juges qui ont donné la victoire à Mirza bien surpris lui aussi du verdict. Djibril, qui n’avait qu’un round dans les jambes, a pris d’emblée la mesure du match en variant son travail. Il trouve une faille sur un coup de genoux qui oblige l’arbitre à compter une première fois. Ehouo n’oublie les lows kick et dans la deuxième, c’est sur cette technique qu’il va mettre fin à la rencontre, Mirza ne pouvant plus poursuivre. Beau succès de Djibril Ehouo qui a d’ores et déjà donner rendez-vous à Cédric Doumbe pour la grande finale, tout un programme !

Retrouvez les photos de la soirée ci-dessous !