Publicités

Kalachnikoff et Susperregui enflamment le Monte Carlo Fighting Trophy

Pour ce cinquième opus du Monte Carlo Fighting Trophy, Cécile Gélabale, Félicia et Claude Pouget se sont astreint au devoir d’excellence qu’impose Monaco en conviant des combattants dans le feu de l’actualité au niveau mondial pour certains d’entre eux. En faisant en choix d’offrir la carte principale en première partie de soirée, l’organisation a pour sa part fait un pari gagnant, l’élite démontrant à merveille qu’elle ne l’est pas par hasard. Kryklia – Kalachnikoff était le duo de la soirée en ce qui concerne les titres mondiaux, Susperregui a pour sa part ravi une ceinture des masters qui lui va comme un gant. Retour sur ce show détonant à souhait.

Kalachnikoff et Susperregui enflamment le Monte Carlo Fighting Trophy

Kalachnikoff, intraitable !

Kalachnikoff et Susperregui enflamment le Monte Carlo Fighting Trophy

Mallaury Kalachnikoff était déterminée comme jamais pour ce championnat du Monde WAKO Pro face à la serbe Teodora Manic. Souvent la première au centre du ring, elle a dû composer avec un départ canon de son opposante qui a payé justement une entame de match complètement folle. Après une première reprise où Manic a usé allègrement du low kick et frappes des deux mains, Mallaury a opéré un pressing de tous les instants avec une combinaison corps face qui a souvent fait mouche, notamment avec l’uppercut. Teodora qui a laissé venir a subi et s’est souvent retrouvée dos aux cordes. Petit à petit, malgré quelques répliques bien senties, elle a laissé la française imposer le rythme avec de belles séries des deux mains et un travail de jambes varié. Victoire donc pour Mallaury Kalachnikoff qui devient championne du Monde après avoir ravi la couronne européenne en septembre dernier. Lauréate de la coupe Peace and Sport, la soirée fût belle pour la raphaëloise. Son prochain rendez-vous se fera le 4 août prochain pour un nouveau championnat du Monde WKN cette fois face à Laetitia Madjène.

Kryklia méthodique et puissant !

Après une première reprise où il a pris la mesure de son adversaire Daniel Zkvor, Roman Kryklia a plié le match sur un splendide direct du poing arrière. Sans forcer, il a parfaitement géré le match, prenant le temps de trouver l’ouverture. Kryklia est clairement un « grand » puisqu’il s’impose dans les grandes organisations. Pour la deuxième année consécutive, il remporte la coupe de SAS, le Prince Albert II, une belle consécration pour un boxeur qui s’est imposé pour la 38ème fois de sa carrière (il compte 45 sorties). Boxeur apprécié du public français il relèvera des challenges de conséquence dans les mois à venir.

Kalachnikoff et Susperregui enflamment le Monte Carlo Fighting Trophy

Susperregui, impérial

Kalachnikoff et Susperregui enflamment le Monte Carlo Fighting Trophy

Crédit photo : Stéphane Susperregui

Il était attendu au Monte Carlo Fighting Trophy, Stéphane Susperregui. Opposé au russe Mikhail Tiuterev, « Ippo » a livré une copie parfaite en ne se laissant jamais son adversaire s’installer dans un faux rythme avec des contres dévastateurs. Stéphane s’est montré plus tempéré que d’habitude dans le débit des coups. Imposant son rythme et sa distance il a dû composer avec les crochets redoutables du russe trop attentiste néanmoins. Stéphane, particulièrement affûté, a pu s’appuyer sur une condition physique exceptionnelle pour clairement étouffer son adversaire mais également ponctuer des frappes puissantes en jambe. Déterminé comme jamais, il n’a pas laissé la possibilité à Tiuterev de prendre le match à son compte même dans cette troisième reprise où le français a parfaitement géré la situation. Verdict, une belle victoire aux points pour Stéphane Susperregui qui peut préparer sereinement la Fight Night Saint Tropez où il est engagé dans un tournoi fou !

Oudelha – Morandi, le pancrace avec un grand P

Merci ! Merci à Ghiles Oudelha et Mathieu Morandi de nous avoir offert une telle rencontre de pancrace. Le plaisir fût total avec un débat qui s’est fait essentiellement au sol. Chacun a su se sortir des pièges de l’autre mais finalement Ghiles s’est montré patient, usant son adversaire pour mieux le soumettre dans la deuxième reprise. Et quel combat de Morandi qui a fait de nombreuses fois jeu égal avec son adversaire. Les deux hommes ce sont retrouvés un peu plus d’un an après leur première confrontation et force est de constater que ces deux-là ne peuvent qu’offrir de grands combats. Belle victoire de Ghiles mais gros, gros coup de chapeau à Mathieu.

Kalachnikoff et Susperregui enflamment le Monte Carlo Fighting Trophy

Crédit photo : Eric Simonini

Dans les règles du sanda, Antonio Robalo Borges Garcia s’est imposé aux points devant Yassine Hai, dans un match essentiellement tactique.

Tristan Bénard impose son métier

Kalachnikoff et Susperregui enflamment le Monte Carlo Fighting Trophy

Crédit photo : Team Payan

Face à Mohamed Rajifi, Tristan Bénard a dû s’en remettre à sa science du combat pour venir à bout d’un adversaire entreprenant et dangereux avec ses crochets larges. Avec un high kick magistral qui envoie Mohamed au tapis, il a rappelé qu’il est bien le patron sur le ring. Ajouter à cela, son sens de l’esquive – remise et un timing parfait sur les frappes et l’équation devenait difficile à résoudre pour Rajifi qui reste un boxeur à suivre. Tristan Benard s’impose aux points pour la quatrième fois depuis son retour sur le ring. Et de toute évidence, l’esprit de conquête est bien présent chez lui !

Belles performances de la team Payan. Avec deux victoires en deux combats (Tristan Benard et Matis Djanoyan), Jérémy Payan peut être satisfait de ses troupes.

La grinta de Djanoyan

Matis Djanoyan renouait avec le muay thai. Un an sans combattre lui a permis de réfléchir et de faire des choix. Opérant un changement de team, il disputait son premier combat sous les couleurs de la team Payan face au très solide Loïc Cahuzac. Ebranlé dans la 1ère reprise, Mathis va prendre le taureau par les cornes en prenant systématiquement l’initiative. Dangereux en contre, Loïc cherche l’épreuve de force avec des frappes bien senties mais le rythme est imposé par son adversaire qui ne va jamais le lâcher jusqu’au coup de gong final. Verdict une belle victoire aux points pour Matis Djanoyan qui a fait le plus dur : retrouver la compétition.

Publicités

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.