Fil d'infos

J+7 Battle of Saint Raphaël 7

Crédit photo : Marc Santoni

Ca s’appelle J+7 et comme le dit le titre, nous revenons sur un événement 7 jours après la date. Pourquoi 7 jours ? Tout simplement pour analyser, prendre le temps de lire ce qui se dit sur les réseaux sociaux et revenir sur quelques-uns des temps forts de la soirée concernée. C’est donc avec le Battle of Saint Raphaël 7 que nous lançons cette nouvelle rubrique. Dans une salle archicomble et une ambiance de feu provoquée par Jasim Youkan, speaker de la soirée, les combats se sont enchaînés dans un timing parfait et il faut bien admettre que Badri Rouabhia a encore une fois soigné le public avec neuf matchs fantastiques.

Ketaieb, le KO qui fait le buzz

Indéniablement, l’image forte de cette édition, c’est le KO infligé par Hakim Ketaieb à son adversaire José Maria Quevedo. Ce dernier est allé au tapis pour le compte malgré une grosse entâme de match.

Quevedo s’est montré redoutable avec les poings et il fallait vraiment rester concentré pour ne pas s’incliner. Ketaieb a placé le coup parfait à tel point que l’espagnol est sorti du ring pensant avoir gagné. Ces images sont devenus virales et de nombreuses machines à buzz l’ont partagé ou diffusé. Un bon coup de comm mais aussi un message retentissant pour les prochains adversaires d’Hakim Ketaieb.

Mathias Branchu et Karim Jabri ont offert le match de la soirée. Branchu a été méthodique voir chirurgical face à un adversaire qui n’a rien lâché mais oublier parfois le game plan au profit du défi physique. Mathias s’est montré impérial des deux mains notamment en uppercut. Les deux hommes auront fait jeu égale dans l’envie mais en toute logique, Branchu s’impose aux points en se montrant le plus précis dans les échanges et dans la construction.

L’uppercut de Mathias Branchu a été une des clefs du succès dans ce combat intense et engagé.

Kalachnikoff, un mental en béton

Mallaury Kalachnikoff a livré un combat de titan face à la sculpturale allemande, Michaela Michl. Quel match et quel mental il a fallu face à un véritable bloc. Après une bonne première reprise où la française a imposé le rythme, Malaury semblait moins bien sur ses appuis, elle laisse l’allemande revenir dans le match tout en faisant front. Le mental est déterminant chez Kalachnikoff qui reprend le match à son compte dans la 3ème avec un pressing des deux mains qui fait mouche (Michaela sera gênée par une hémorragie nasale). Victoire aux points après un finish fantastique de Mallory.

Amel Dehby a livré le match parfait face à Kelly Danioko. Une fois encore, elle a parfaitement gérer son match face à une adversaire qui a eût du mal à rentrer dans le sien. Kelly s’est montrée plus entreprenante dans la 3ème reprise, se montrant dure au mal. Amel a rempli son contrat avant son combat pour la ceinture du Enfusion à Abu Dhabi dans quelques semaines.

Amel Dehby s’est mise sur la bonne voie avec ce deuxième succès de rang. Désormais, elle peut se focaliser sur son objectif à savoir son combat pour la ceinture du Enfusion.

Ha Van soigne son retour

« Je me mettrai la pression 10 minutes avant le match ! » C’est ce que nous a confié Yohann Ha Van a la pesée. Et force est de constater que la méthode marche encore. Pourtant, la première reprise n’a pas été à son avantage avec un Aboubacar Diagouraga très entreprenant.

Ha Van a analysé avant de sortir un high kick magnifique qui fait lever la foule. Compté, Aboubacar repart au combat pour essuyer une combinaison des deux mains qui l’envoie de nouveau au tapis. Fin du combat. La pression retombe et c’est avec son fils qu’il savoure cette belle victoire avant la limite. Yoann Ha Van is back avec des gestes de grande classe et un envie sans faille de faire de grandes choses sur le ring !

Luc Genieys confirme devant le siens

Opposé au jeune belge Dimitri Silalack (Team Valon), Luc Genieys a confirmé qu’il avait les épaules pour jouer les premiers rôles dans sa catégorie même si le match n’a pas été simple. Dimitri s’est montré offensif avec ses poings, usant bien des jambes mais a manqué d’efficacité. Genieys moins à l’aise à mi-distance, a été plus à l’aise en s’appuyant sur son allonge supérieure. C’est dans ce registre qu’il fait la différence pour s’imposer aux points devant de très nombreux spectateurs qui se déplacent à chaque fois (on parle de plus de 200 personnes qui le suivent dans tout ses déplacements). Prochain rendez-vous pour lui, le 12 octobre à Mazan pour le World GBC Tour 14.

Torrent – Makhi, le match fou

Quel match Ali Makhi et Alexandre Torrent ont offert au public. Compté sur un high kick assez rapidement dans la première reprise, Ali doit composer avec un fighting spirit aiguisé d’Alex dans ce combat où peu à peu on s’éprouve, en poings, en jambes et en genoux. Le scénario offert par les deux hommes est sublime, la fin est dramatique. Dans la troisième reprise, Alexandre encaisse une combinaison des deux mains et dans sa chute, un coup de genoux magistral. Il est KO ! Rapidement, le coin français proteste (dans le respect et sans effervescence) et finalement le corps arbitral est unanime quant à la disqualification. A vitesse réelle, les avis sont partagés : il y a ceux qui pensent que c’est volontaire et ceux qui pensent que c’est dans l’enchainement (nous en faisons partie). Le verdict tombe donc en faveur d’Alexandre Torrent bien malheureux de la situation comme peut l’être Ali.

Badri Rouabhia est un homme d’honneur et a fait son méa culpa publiquement en reconnaissant qu’il n’y avait pas de mauvais geste de la part d’Ali Makhi. Grande classe !

Baptème du feu réussi pour Boungab

Nasser Boungab a fait ses débuts chez les pros face à Joachim Chiarenza. Un peu tendu, il a dû composer avec la boxe très aérienne de Joachim, très à l’aise en jambe.L’équation n’était pas simple à résoudre, Nasser a marqué ses points avec des techniques simples (middles, directs) même si la fougue de la jeunesse prenait le pas sur la gestion, ce qui n’était du goût de son coin. Victoire dans l’intelligence de Nasser Boungab qui démontre un peu plus son potentiel.

Fabio Loisi, trop timide face à Khaiam Khudoiberdiev

Khaiam Khudoiberdiev n’est pas venu à Saint Raphaël faire de la figuration. Souriant et très avenant en dehors, entre les cordes, il a démontré ses ambitions. Il n’a jamais laissé Fabio Loisi s’installer dans cette rencontre. Ce dernier a de surcroît eût du mal à rentrer dans son match. Khaiam a alors marqué ses points infligeant un contre qui aurait pu être sanctionné d’un décompte. Malgré une belle réaction en fin de match, Fabio laisse le gain de la rencontre à son adversaire qui reste une belle découverte.

0 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.