Glory : Quelques idées pour relancer la machine !

Il faut bien l’admettre : le Glory est crucial pour le kickboxing moderne. Il est l’image des boxes pieds-poings à travers le Monde et son existence est impérative pour tous. Alors évidemment, dans cette période de tourment, tout porte à la réflexion et de côté la, votre serviteur n’est pas avare dans la recherche d’idées pour relancer la machine comme il se doit.

Le tournoi à 8

Le tournoi à 8 est la quintessence même de l’épreuve à élimination directe. C’est ce qui avait le succès et la reconnaissance du K-1 World GP et c’est sans aucun doute une vielle formule qui marcherait tant le suspens est maintenu si tant est que le casting suive. A 8 il est quasiment impossible de faire un pronostic. A 8 il faut du talent mais aussi de la chance et une certaine réussite pour remporter. A 8 tous les scénarios sont imaginables (Qui a oublié la finale Le Banner vs Hoost?). Enfin à 8 le public s’enfièvre pour le vainqueur parfois boxeur chevronné parfois inconnu. A chaque épreuve il y a une histoire à la Rocky qui attend le public. Voilà ce qu’est un tournoi à 8. C’est également cela qui a mis en exergue l’amour des fans pour les boxeurs. Ces derniers traversaient même la planète pour cela !

L’équilibre des catégories
Ce qui fait défaut au Glory, ce sont les catégories. Trop disparates et surtout contraignantes, elles empêchent souvent d’avoir les grands matchs attendus soit parce que le boxeur a « cutté » trop fort et se retrouve sans « jus », soit parce que le rebond alimentaire est trop important et fausse les débats. Peut-être faut il revenir à des divisions qui changent tous les 3kg environ ? Il faut ajouter à cela la nécessité de replacer certains boxeurs à leur poids naturel. 5kg c’est énorme ! Un boxeur aussi soit-il qui évolue naturellement chez les -60kg et qui est placé chez les -65kg se retrouve bien souvent pour ne pas dire toujours avec un handicap de poids frôlant voir dépassant les 10kg. Même s’il est immense champion, il est compliqué pour lui de rivaliser.
Développer les divisions féminines
Il y a un secteur qui ne demande qu’à éclore c’est celui des féminines. Qui dit plus de catégories dit forcément plus de talents. C’est l’évidence même ! Il faudrait là aussi ajuster comme il faut les divisions de poids pour ne pas se retrouver avec des écarts trop importants les jours de matchs. L’exemple le plus flagrant mais force est d’admettre qu’à 60kg Amel Dehby aurait été championne du Glory même si le ring reste le ring avec son lot d’incertitudes.

Bien évidemment, tout cela n’est qu’idée, points de vue mais il ne faudra pas les négliger si le Glory veut très vite redevenir compétitif. Un gros choc chez les lourds ne suffira c’est une certitude !

Author: Admin