Gael Grimaud, soif d’apprentissage et de découverte !

Nous avons interviewer Gael Grimaud dans le cadre de son tour du monde qu'il réalise  actuellement en famille. A 38 ans et 27 combats le natif de la réunion à toujours cette même passion pour les arts martiaux qui l'anime depuis l'âge de 7 et ses débuts dans le judo.

Par Mika

Nous avons interviewer Gael Grimaud dans le cadre de son tour du monde qu’il réalise  actuellement en famille. A 38 ans et 27 combats le natif de la réunion à toujours cette même passion pour les arts martiaux qui l’anime depuis l’âge de 7 et ses débuts dans le judo. C’est avec plaisir que nous avons échanger avec un personnage passionnant qui véhicule les valeurs de partage et travail du sport.

Bonjour Gael, c’est un plaisir de t’interviewer pour cette nouvelle rubrique sur Fightinfos ! Comment se passe ta fin d’année 2017 ?

Bonjour le plaisir est pour moi. Ma fin d’année se place sous le signe du voyage donc plutôt bien !

Tu voyages dans le cadre sportif ou pour tes loisirs personnels ?

Je regroupe les deux . Je fais un tour du monde avec ma petite Famille. A travers ma discipline le MMA et les arts martiaux en général. L’idée c’est d’assouvir cette soif de rencontre de culture et de l’allier avec mon métier ( Coach et combattant )

Tu es dans quelle pays l’heure où nous discutons ?

Je suis au Vietnam actuellement, il est 7h du matin ! Dans une heure je m’entraîne et je donne un cour de MMA dans une salle de Hanoï. Nous avons commencé en septembre notre périple. D’abord L’Inde, le Népal et ensuite le Japon.

(En France il est 1h du matin) Le MMA est développée dans cette partie du monde mise à part au Japon ?

Le MMA commence à faire son effet. D’abord l’UFC est diffusé librement et j’ai rencontré des dirigeants de salle qui sont vraiment passionnés par les arts martiaux.

Quelles sont tes prochaines destinations dans les semaines à venir ?

Dans une semaine environ direction la Thaïlande pour les fêtes de fin d’année. Ensuite nous irons au Brésil, Nouvelle Zélande,  Argentine, Jamaïque, USA, Canada. À chaque fois que c’est possible nous faisons un échange avec une academie, un club où une salle de sport. Mon épouse Elodie est ma préparatrice physique. Elle était aussi avant ce voyage celle du Phénix Handball Toulouse. Nous proposons nos expériences. Et la majorité du temps les personnes nous offrent l’hospitalité.

Sens-tu des grandes différences culturelles dans l’approche des Arts Martiaux par rapport aux Pays que tu as déjà visité ?

La différence se fait ressentir dans l’approche du sport en lui même. Souvent les arts martiaux font partie intégrante dans la vie des personnes amateurs ou professionnelles. En Inde les arts martiaux sont liés à la religion sans tabou. On a souvent rencontré des dojos à l’intérieur des temples. Et cela sans discrimination de personnes avec d’autres appartenances religieuses. Au Japon les arts martiaux sont des modes de vies intimement liés à la famille et au travail.

J’invite d’ailleurs nos lecteurs à te suivre sur ta page « Grimaud Gael Athlète » ou tu partages ton voyage. C’est important pour toi de partager ton expérience avec les gens qui te suive ?

Oui c’est primordial en plus d’être un passionné avec mes combats je suis devenu un  dans ma discipline. C’est ma façon à moi de montrer le vrai visage des arts martiaux mixte.
Par le biais d’un blog www.wondersporttrip.com nous partageons aussi nos expériences et nos rencontres, avec le pays et avec les gens qui nous font partager leurs vies.

Tes enfants participent également aux différents défis et entraînements que vous faites avec Elodie ?

Intégralement ! Ce voyage est un message pour elles aussi. D’ouverture sur le monde. Elles ont la vie dure entre voyages, différents déplacements. Oui, gymnastes toutes les deux, elles ont commencé le judo juste avant de partir pour pouvoir profiter avec nous des échanges autour de notre sport de prédilection. Mais nous n’avons pas oublié leur passion première qui est la gymnastique donc elles recherchent dans chaque pays des échanges avec des clubs de gymnastique du monde entier. Ensuite elles le raconte à travers leur carnet de voyage qui est publié dans journal réunionnais. (Le quotidien des jeunes)

Le judo à été l’une de tes premières disciplines sur l’île de la réunion. C’est important de transmettre ta culture et tes racines à tes enfants ?

L’important est qu’elles connaissent notre histoire pour avoir des repères. Ensuite c’est à elles d’écrire la leur. Pour ça, une base solide est nécessaire. Pour nous la rigueur du judo a été
primordiale, cette discipline a été un cadre. En ce qui concerne la réunion j’ai appris à vivre différente culture naturellement.

Tu as déjà pas mal voyager auparavant, notamment grâce à ton passage au M-1. Tu as combattu aux USA, au Japon et en Russie. Y a-t-il un pays où tu as particulièrement aimé combattre ?

Chaque pays était particulier. Les États Unis car c’est le rêve américain, le Japon car j’ai grandi avec sa culture à travers le judo et la Russie car beaucoup d’apriori et finalement un excellent moment.

Tu va fêter en 2018 tes 10 ans de carrière professionnelle. Tu en a parcouru du chemin depuis cette première édition des Contenders de Stéphane Atch… Tu as bon espoir concernant la légalisation du MMA en France ?

Dix ans ! Ça ne me rajeunit pas tout ça ! J’ai passé de très bons moments comme des moments un peu plus sombres. Le Mma m’a permis de me forger ! A force d’entraînement, à force de combat, de petite défaites comme de grandes victoires j’ai appris beaucoup de choses à travers ce sport mais surtout le faîte que je ne sais rien et que j’ai beaucoup à apprendre.
Je souhaite cette expérience à tout le monde donc j’ai espoir que le Mma trouve sa place en France. Aussi c’est à nous pratiquants de faire vivre et évoluer notre sport.

Tu as également participer à la première édition du 100% Fight lors d’un main-event qui opposait Karl Amoussou à Greg Babene. Stéphane Atch est un organisateur qui te fait confiance puisque ton dernier combat à également eu lieu au 100% en mars…

Je suis né au yeux du public Sport de combat au 100% fight ceux qui m’a permis d’exprimer mon savoir faire et donner une légitimité sur le plan international. Mon dernier combat pour Stéphane Atch était en quelque sorte un remerciement pour cette rencontre entre un artiste martial et sa galerie d’exposition. « Je savais faire et Atch l’a fait savoir !  »

As-tu pu suivre la victoire de Francis N’gannou à L’UFC 218 ?

J’ai bien évidemment suivis Francis , je te rappelle que ici au Vietnam l’UFC passe en direct et librement. C’est un excellent combattant avec un physique impressionnant et une marge de progression évidente. En plus d’être un super mec, gentil et avenant. J’ai d’ailleurs offert un cour et combat contre lui à l’un de mes meilleurs amis pour son enterrement de vie de garçon. Je crois que ce cadeau prend tout son sens aujourd’hui !

Francis fait maintenant figure de grand favori pour remporter la ceinture des poids lourds…

Pour Francis battre Overeem était évident mais important pour la suite de sa progression les choses sérieuses vont commencer. Un titre à l’UFC ferait du bien au MMA Français. Il a tout pour faire un excellent champion !

La ceinture remportée au CAGE WARRIORS est-elle ton meilleur souvenir en tant que sportif ?

La ceinture au Cage reste pour l’instant l’un de mes meilleurs souvenirs et une étape importante dans ma vie. J’ai pu ressentir le mots courage et sacrifice. Sportivement et ma vie personnelle car tous les deux sont lié !

Intégrer l’UFC fait toujours partit de tes objectifs ?

L’UFC ne m’a pas fait confiance, moi non plus ! Aujourd’hui je me rencontre que ma première victoire aurait été d’aller chercher ma place directement là où sur le terrain de jeux de l’UFC au lieu de confier cette tâche à d’autres personnes. Bien sur que j’accepterai d’y combattre comme j’accepterai de combattre les meilleurs dans d’autres organisations.

Tu penses forcément à ta reconversion dans le monde du sport. Ton avenir sera exclusivement lié au coaching ou tu as d’autres projets ?

Je parlerai plutôt de continuité comme tout homme je souhaite rendre tout ce qu’on m’apporte, le coaching reste un excellent moyen pour cela . Tout en trouvant l’harmonie avec ma qualité de vie et celle de Famille. Après ce voyage, j’espère créer une structure qui trouverait son équilibre avec la pratique du sport et le monde professionnel avec tout ce que j’aurai pu voir dans le monde.

Comment peut on suivre ton suivre ton voyage ?

Vous pouvez nous suivre ici : Facebook : Gaël Grimaud ou Wonder Sport Trip, Instagram :  same, souscrire à un abonnement sur notre chaîne YouTube Wonder Sport Trip en un clic

Merci Gael. C’était un grand plaisir !

Fight Infos Facebook