En collaboration avec Nathan . Crédit photo Nathan

Elle n’a pas été simple à mettre en place cette Fight Night One cinquième du nom. Nabil Mazari bien aidé par Larbi Moumen a dû composer avec les forfaits, le manque de professionnalisme parfois mais également la concurrence de spectacles grand public. Qu’a cela ne tienne, l’organisation a fait le choix  de faire confiance à la jeunesse, aux talents moins en avant mais également sur l’expérience de certaines boxeuses pour offrir une soirée où les rebondissements n’ont pas manqué. Loin de là ! du KO à gogo, des confrontations musclées ont ponctué cette soirée.

Florent Kaouachi, passe le test

Florent Kaoauchi avait rendez-vous pour la première hors de ses bases troyennes. Opposé à Michael Yapi, le réunionnais a fait parlé sa puissance de jambes même s’il a du composer avec les poings redoutables de Yapi qui a su trouver quelques failles. Victorieux il l’est logiquement même si ça n’a pas été simple face à un boxeur intelligent. Kaouachi a passé le test de ce premier combat devant un autre public il doit désormais poursuive sur sa lancée avec un challenge qui viendra dans les mois qui viennent. Il a tout pour lui : le physique, la puissance de frappe, il lui manque un peu de métier pour peaufiner son bagage technique et se frotter à l’élite, ce à quoi il aspire.

Djouahra, affaire à suivre

Chafia Djouahra était attendue pour cette première échéance en K-1. Face à la solide italienne Pamela Visali, la française a été intelligente et dure au mal. Acceptant les frappes dans les jambes, elle tout simplement amené son adversaire à la faute, plaçant des frappes chirurgicales en poing. Visali n’a pensé qu’aux appuis, ce fût une erreur qui lui a couté chère. Elle perd le gain du match au profit de Chafia qui laisse entrevoir de bonnes choses pour la suite. Transfuge du full contact, elle a su gérer comme il fallait le débat et clairement on en redemande.

Hamada – Jabri, une revanche !

Il s’appelle Said Hamada, c’est un cogneur, un destructeur hors pair. Face à lui, Karim Jabri, un jeune qui monte fort et qui ne doute. Verdict, un math explosif à souhait où les rebondissements n’ont pas manqué. Saïd a fait mal des deux mains mais également en jambe mais il se fait surprendre par un back fist dans la première reprise. Karim réagit bien dans la deuxième mais une coupure sur le nez et une à la paupière vont le stopper. De toute évidence, une revanche s’impose rien que pour le spectacle. Avis aux promoteurs !

De KO encore des KO !

En pancrace Abdoul Karim Baratte Soulake a atomisé Cristian Bogot en 2 coups. Un direct et un coup de genoux , le tout en un poignée de secondes, le temps pour  lui de s’ouvrir la main (8 points de sutures quand même !). Mickael Palandre, opposé à Oulhadj Abdessamad, prévenu quelques jours avant, c’est sur un low kick que le premier nommé va s’imposer. Brahim Madi a lui aussi expédié les affaires courantes face à Jonathan Challut qui démarrait bien. Un high kick à la pointe du menton a mis fin à la rencontre dans la première reprise.

De la tactique !

De la tactique il y en a eût entre Alexandre Cilia et Chafaï Djedoui. Dans cette opposition de styles, Cilia a construit face à un adversaire dur au mal et volontaire. Le narbonnais s’est appuyé sur son anglaise et il a fait clairement la difféRence dans ce compartiment là. Alexandre poursuit son chemin et gravit un à un les échelons. Mario Montanari retrouvait Irina Mazepa pour un combat revanche. La française a imposé son rythme et sa boxe à la russe qui n’était pas dans une grande forme. Malgré une situation personnelle compliquée puisqu’elle été prise dans un mouvement de foule lors des récents attentats en Russie, elle s’est dressée face à Marion qui n’a pas laissé de failles dans sa boxe et dans détermination.

Publicités