Connect with us

Reportages

Fernand Lopez, homme de conviction du MMA français

Published

on

Par Mika Avant publier ces lignes, nous avons souhaiter attendre que le tourbillon médiatique, à la suite de la défaite de Francis Ngannou s’essouffle quelque peu. Bien évidemment nous ne voulions pas rajouter notre grain de sel dans la tourmente et les attaques de toute part dont a été victime Fernand Lopez. Force est de constater que nous étions et sommes toujours supporter du Predator et de son coach dans leurs quête du Graal au sein de l’UFC au même titre que nous supportons les acteurs du MMA Français dans leurs ensemble.

Fernand Lopez, homme de conviction du MMA français

Notre devoir de neutralité nous interdit des palabres sur les différents conflits ayant lieu au quotidien entre chacun, ce ne sera pas le propos de cet article. Il est vrai que les choix tactiques du coach, la pseudo conditions physique et les pseudo carences en lutte de Francis Ngannou lors de cet UFC 220 ont été très commentées. Il est certain que la gestion de la distance et les multiples tentatives d’uppercut/crochet du Franco-Camerounais ont été insuffisantes pour remporté la ceinture.
Comme tout sportif de haut niveau, le poids lourd devra s’améliorer sur plusieurs points, et il souffre chaque jours à l’entraînement dans cet objectif.
Nous avons tous oublié un peu vite que Francis a été au bout de 5 rounds intense devant un immense champion en face de lui en la personne de Stipe Miocic.
Sans complaisance excessive, nous allons nous concentré sur les aspects constructifs pour notre sport car force est de constater qu’a bientôt 40 ans, Fernand Lopez fait partie des acteurs majeur du MMA Français. Autant admiré que décrié, le Franco-Camerounais a su faire rayonner le MMA Factory dans le monde entier, notamment à l’UFC et cela malgré toutes les opinions négatives à son encontre, c’est un fait indiscutable. Même s’il est certain que le Boss du MMA Factory a été loin d’être irréprochable dans certaine situations, personne n’est parfait et notre ego nous fait tous parfois défaut .

Auparavant, Fernand Lopez a occupé des fonctions à responsabilité au seins de différentes commissions et fédérations sportive faisant partie des composantes du MMA. A noté qu’il a fait sa formation à l’INSEP et connaît donc le cadre institutionnel dans lequel il évolue en tant que coach.
Ces dernières années le côté entrepreneur de l’homme à pris le dessus et la poussé à crée un concept de salle de sport hybrid initialement appellé le Cross Fight, pour ensuite devenir l’une des Top Team en Europe.
Fernand connaît le business modèle pour monter une salle de MMA prospère et professionnelle. En effet, le MMA Factory contient kinésithérapeute, ostéopathe, sophrologie, nutritionniste, préparateur physique, management, préparation mentale et un choix de médiatisation soigné. Tout est mis en oeuvre pour améliorer la performance et tendre vers l’excellence.
Cyril Gane et Cédric Doumbé sont venus grossir récemment les rangs d’une équipe déjà bien fournie en champion et ce n’est pas un hasard, Il y de la réflexion derrière les choix, l’organisation, la communication et la vision du head coach.

Il est vrai que de nombreux différents subsistent autour de Fernand Lopez qui est parfois au centre des débats comme en témoigne récemment les tensions avec Cyrille Diabaté et Arnaud Templier, deux des personnages les plus emblématiques et les plus respectés du MMA Français.

Ces dernier temps, Fernand Lopez a été très médiatisé et la médiatisation n’offre pas toujours des retour très sympathique. Le buzz doit venir de ce qui se passe à l’intérieur de la cage et non pas sur les réseaux sociaux ou les plateaux de tv.
Nous devrions gérer notre temps de manière constructive. N’oublions pas que le temps c’est le luxe et qu’il doit être géré de façon essentielle dans l’objectif que nos athlètes soient un jour considéré comme de véritable sportifs de haut niveau. L’union de tout les acteurs majeurs du MMA Français n’est pas une utopie. Malgré la compétition existante, une meilleurs entente contribuerait à tirer l’ensemble du sport vers le haut.
Nous accordons que c’est plus facile à dire derrière son clavier, qu’a faire sur le terrain mais nous sommes certain qu’avec respect et bienveillance les choses peuvent avancer.

Publicités
Continue Reading

Reportages

Monica Torchio : à l’assaut !

Published

on

By

Par Luxo – Photos Droits réservés Tonino Crapiz

Se tenir éloigné des rings, quand on est atteint par le virus du combat de longue date, n’est pas toujours chose facile. Ni souhaitable, quand on est doué…  Il n’est pas rare de croiser des athlètes qui, malgré les difficultés que connaissent les athlètes du pieds-poings en France, gravitent près des rings à attendre leur heure. La jeune femme du jour a le sens des priorités et a su prioriser ses études puis sa carrière professionnelle…
Mais, quand les conditions le permettent, pourquoi résister à l’envie de briller quand on déborde de tonus ? Désormais, le punch naturel de Monica Torchio s’exprime et la combattante bordelaise signe une grosse saison 2018/2019 !
Rencontre avec la combattante du club « Impacts 33 » : championne de France classe A en Full Contact/Kick Boxing/K1.
Ajoutons à cela de belles prestations en Savate PRO et une victoire nette à l’Open de France de Savate BF, bref…. 52 kg de tonus à revendre !

Salut Monica ! Comment présenterais-tu ton parcours pugilistique à nos lecteurs ? De la façon la plus simple possible, en évoquant ma vie d’adolescente plutôt sportive, je pense que cela parlera à beaucoup ! Je vivais alors avec ma famille dans le 13ème à PARIS et j’ai découvert les sports pieds-poings avec Philippe MAGNOL au club CENVINT, au départ juste pour le plaisir. La vie de club et la passion du professeur m’a conduit assez rapidement vers la compétition, un an après mes débuts, en Savate Boxe Française, en Full Contact aussi.
J’ai de bons souvenirs de ce parcours parisien et je me rends compte que j’ai toujours eu affaire à des coachs passionnées…et passionnants. Cela m’a sans doute influencé pour la suite.

Quand t’es tu décidée à boxer en combat ? Dans une transition articulée avec ma vie d’étudiante, où j’avais d’une part besoin d’une pause, pour profiter de la vie avec insouciance. Et d’autre part, en toute sincérité, je n’ai pas su m’adapter à l’époque aux coups portés avec impact. Les choses sont venus peu à peu, et c’est ce qui fait ma force aujourd’hui : j’ai appris à aimer la « violence » de ce sport, j’ai appris à me remettre en question en profondeur et assumer pleinement mes envies. Ce que je n’étais pas capable de faire à l’époque. Après une longue pause de 5/6 ans, en lien avec mes études d’ostéopathie, j’ai repris car le sport faisait partie de mon équilibre personnel et au contact de Mo KOULEON et de Willy BORREL à Bordeaux, j’ai vite constaté que les boxes pieds-poings me manquaient… Je voulais surtout reprendre dans une logique d’insertion sociale, pour rencontrer des gens à Bordeaux mais au bout d’un an, Willy BORREL m’a présenté son approche et celle du club IMPACTS.
Dans ce club, on valorise une pratique multidiscipline au sein d’une même structure, en vue de gagner en expérience et en adaptabilité sur le ring. Cela m’a séduit a rappelé mes débuts à Paris, j’y ai vu aussi des opportunités pour boxer plus régulièrement.

L’agglomération bordelaise a été une place forte par le passé dans les sports de combats, est-ce toujours le cas ? Sur ce point, je ne peux répondre qu’en ce qui concerne mes ressentis, à partir de la saison 2015/2016 environ, où j’ai pu bénéficier du réseau de mes enseignants car j’étais alors bien impliquée.
Je te confirme que l’ambiance de travail est très saine dans la région, il n’y pas de concurrence stérile entre les clubs, et on s’aide en fonction de nos échéances. Nous faisons des mises de gants régulières avec d’autres structures et je peux compter sur des accueils utiles à ma préparation, par exemple chez Yassine MEITIRI (du club Chartrons Boxe) ou plus loin au club de PERIGUEUX. J’ai aussi la chance d’avoir un combattante de très bon niveau dans mon club (Ludivine GUILHOT, -48kg qui évalue en Elite A en BF).
En axant ma pratique surtout sur le K1, en 2015/52016 j’ai eu de bons résultats. J’ai participé au championnat d’Europe Amateurs WAKO avec l’équipe de France. Cela m’a démontré que j’avais le niveau mais qu’il restait encore une marge de progression pour briller.

On peut dire que la saison en cours est la plus aboutie ? Oui, j’utiliserais même à ce sujet une expression bordelaise typique ! Je me « gave » comme on dit ici ! Je profite des dates de combats, des expériences riches dans les disciplines que je pratique. Je remets les chaussons avec l’aide de mon coach actuel Clément BIBARD, passionné de BF qui reste néanmoins ouvert à l’esprit multiboxe qui a conduit mes débuts. On s’essaye à la Savate PRO et on s’interroge enfin sur une saison 2019/2020 avec d’autres objectifs plutôt …ambitieux dirais-je !

Le mot des coachs concernant Monica Torchio

Willy Borrel : « Monica est arrivée avec une bonne base de travail, elle a des qualités évidentes de souplesse ou d’agilité mais je crois avoir contribué à son explosivité. Dans tous les schémas tactiques que je lui ai proposé, elle exprime une frappe phénoménale en jambes et avec un bon entourage, elle aura un avenir probable à l’international.
Le potentiel et l’écoute en combat sont d’autres qualités, j’ai entraîné des boxeurs qui ont bien moins de lucidité que ce petit bout de femme de 52 kg. C’était pour moi une belle rencontre sportive, Monica mérite de réussir. »

Clément Bibard : «  Des ajustements techniques sont à parfaire mais clairement chez Monica, le punch est là ! Elle a aussi un sens technico-tactique évident, son intelligence lui permettra d’aller loin. C’est une bosseuse qui a tout compris de la pratique multiboxe et qui apprend de chaque discipline »

Publicités
Continue Reading

Reportages

Karim Ghajji, Alan Kermorvan : la belle histoire

Published

on

By

A une époque où l’éphémère est roi, la longévité et surtout la fidélité sont autant de valeurs sacrifiées sur l’autel de l’intérêt personnel. C’est même bien souvent devenu une règle. Pas pour Karim Ghajji et Alan Kermorvan qui ont signé pour une dixième année de collaboration. Ce n’est pas rien !

Il y a quelques jours, les deux hommes se sont rencontrés pour officialiser leur dixième saison de collaboration.. Evidemment, en une décennie, des liens se sont créés dépassant amplement le stade d’agent à sportif. Ces-deux-là sont liés par une belle amitié, symbole au passe de la nécessité d’avoir un manager pour prétendre à une belle carrière. Et ce rôle-là, Alan l’endosse à merveille. De la Nuit Des Champions en passant par le Glory, le Thai Fight, le Bellator etc… le contrat est parfaitement rempli.

Réaction d’Alan Kermorvan

Réaction de Karim Ghajji

Cette dixième année c’est d’abord la fin d’une décennie et le début d’une seconde qui part très fort. Alan Kermorvan a déjà annoncé une échéance importante pour Karim dans les semaines à venir.

Publicités
Continue Reading
Publicités

Events Calendar

Aucun événement trouvé !

Best