Faut-il encore gagner ?

La question est assez succincte en soit mais elle mérite clairement réponse tant elle devient évidente. Car force est de constater que la victoire est de plus en plus placée au second plan au profit du désormais incontournable buzz !

La question est assez succincte en soit mais elle mérite clairement réponse tant elle devient évidente. Faut-il encore gagner ? Car force est de constater que la victoire est de plus en plus placée au second plan au profit du désormais incontournable buzz et du lucratif !

Au regard des différents programmes glanés ici et là, il est regrettable de ne plus avoir la nécessité de s’imposer en terme de performances pour pouvoir prétendre au devant de la scène. Chacun à son niveau y trouve désormais son intérêt au détriment une fois de plus de l’aspect sportif. Après la multiplication des ceintures, le pieds-poings n’avait vraiment pas besoin de ça. Et c’est bien triste car en toute logique, c’est un nivellement par le bas qui se fait déjà. Cela deviendra même compliqué de s’imposer à l’étranger pour celles et ceux qui prétendent faire carrière hors de nos frontières.

Nous ne reviendrons pas sur l’armada d’auto-proclamés spécialistes qui sont arrivés en masse ces dernières années. Pour ceux-là, inutile d’écrire ou d’analyser : seul le buzz compte peu importe ce qu’il peut engendrer. Hélas, beaucoup trop sont peu regardant quand il s’agit de faire parler d’eux !

De manière plus large, nous continuerons à passer pour des guignols auprès du grand public et des médias généralistes plus attirés par les faits divers autour du pieds-poings que par le pieds-poings lui-même. Comment expliquer qu’un boxeur qui reste sur X revers est le leader incontestable d’une catégorie ? Comment expliquer la programmation d’un athlète quand sa place n’est dû qu’à un simple relationnel ? Comment ? Difficile après de trouver une certaine crédibilité nécessaire pour évoluer vers le haut.

Le pieds-poings a cette capacité à scier la branche sur laquelle tout le Monde est assis. Car ceux qui sont de bonnes volontés et font le choix du logique passent presque pour des pestiférés.

Le pieds-poings a ce don de se permettre tout ce qu’il veut dans l’indifférence générale ou presque. Une fois encore c’est triste de voir combien il est difficile de tirer les choses vers le haut sans passer pour un trublion ou un illuminé.

Tout est fait pour que l’excuse de la défaite soit reine, pour que le fameux « c’est la faute de l’autre » soit imposé au détriment du travail d’introspection nécessaire pour avancer. Désormais aucune remise en question est nécessaire tant que l’intérêt est trouvé.

Le plus grave, c’est le nombre de bons boxeurs laisser sur le côté même quand ils battent ceux qui crèvent l’actualité. C’est très, très compliqué de rester motivé et nombre d’entre eux n’hésitent pas à mettre fin à leur carrière, d’où ce nivellement par le bas que nous évoquions.

Il est grand temps de tirer la sirène d’alarme même si le doute nous habite quant à une véritable réaction d’orgueil. Bien sur que la notoriété peut être un des facteurs de sélection mais elle ne doit pas aveuglé. Bien sur qu’un boxeur à le droit de connaître une mauvaise passe. Nous parlons d’humain mais il a le devoir, s’il aime son sport, de prendre le temps d’analyser ce qui ne vas pas pour mieux rebondir comme cela se faisait avant. Il a également le devoir de refuser ce qui n’est pas en adéquation avec ce qu’il vit durant une période de sa vie sportive. Le changement ne pourra se faire que si le héros de l’histoire (ndlr : le boxeur) l’impose auprès de tous. Il faut arrêter de se mentir ce qui serait déjà un premier pas. La carrière d’un sportif est belle que quand elle se fait au prix de sacrifices et non grâce à une voie royale tracée.

Nous finirons par une citation de l’écrivain Shan Sa qui avait dit “Un héros se révèle dans l’adversité, et non dans la facilité.” A bon entendeur ….