Fabien Fouquet veut changer la fin !

A Vanessa Basik Basilik inspiration « Je ne peux pas arrêter comme ça ! » Fabien Fouquet me place cette phrase au cours d’une conversation « facebookienne » autour du nouveau format Data Boxeur. « Tu peux me remettre chez les -95kg. J’ai encore des choses à faire et j’ai fais les rencontres qu’il fallait pour cela ». En homme de caractère, l’homme veut bien partir mais par la grande porte mais pas sur plusieurs défaites où il a souvent été l’ombre de lui-même.

La faute à personne. Fouquet assume ses contre-performances sans rougir sans broncher. Sa rencontre avec Yohan Lidon et René Même chez Pascal Chomet a été l’élément déclencheur de cette pulsion pugilistique. Le lien avec les deux lyonnais s’est tissé et la collaboration établie. Les sacrifices vont être intenses mais pour le tropézien, l’alchimie prend et il se surprend à apprendre encore et encore comme à ses premiers jours. Fabien baigne dans la boxe dans sa salle, dans son coeur. Il arrive à un âge où l’envie de se faire plaisir est forte, l’envie d’être en paix avec soi-même encore plus. Force est d’admettre que le ring attire, attise, excite n’importe qui ayant gouter aux sensations qu’il procure.

Evidemment, faire ce choix c’est s’exposer mais Fabien en a cure ! C’est un rendez-vous avec lui-même mais aussi avec le public juste pour montrer que finalement Fouquet peut changer l’image. Evidemment, en démarrant sur le tard, il savait qu’il ne pourrait pas prétendre aux lumières des grandes messes du kick boxing. Mais il s’est démarqué en donnant tout à chaque fois peu importe le contexte. Alors il revient changer la fin du scénario qui ne lui plait pas. Il ne connaît pas encore le casting mais le ressenti est bon et il veut le concrétiser. Affaire à suivre avec un dernier mot tout de même : Bienvenue chez toi !

Author: Admin