Il s’appelle Eli Modjo, il évolue chez les -60kg et il sera à l’affiche du show proposé par Karim Mfochive, le Punch Fight 2. Double champion du Cameroun, il a également disputé un championnat d’Afrique WAKO Pro de full contact. Il fait partie de cette génération prometteuse de boxeurs camerounais qui ne demandent qu’à s’exporter. Le 16 juin, Eli qui a la confiance du promoteur, va devoir signer un succès probant pour espérer retrouver Ikapi Zamba. Karim nous a dit le plus grand bien d’Eli qui a de nombreux atouts pour enflammer le public de Douala et faire parler un peu plus de lui. Il nous a accordé une interview où un mot pourrait résumer ses propos : la détermination !

Comment ça va ?

Bonjour, je vais bien !

Comment s’est passé votre préparation ?

J’ai eu durant la préparation quelques soucis de santé mais bon…

Que connaissez-vous de votre adversaire ?

Pas grand chose. C’est un jeune qui vient de la boxe thaïlandaise.

Avez-vous un message pour lui ?

Non c’est pas un ami !

Quel est le véritable enjeu de votre combat ?

Je le considère comme un combat de « mise en jambe ».

Au-delà de la victoire quel est votre objectif ?

Je veux me remettre en jambe. Ça va faire plus de trois mois que je n’ai pas boxé !

Est-ce qu’il y a des noms qui se profilent pour vous pour les échéances à venir ?

Je souhaiterai retrouvé Ikapi Zamba (le gabonais qui m’a mis KO à la 7e reprise du championnat d’Afrique WAKO Pro de full contact en 2016)

Comment peut-on résumer l’école camerounaise en matière de kickboxing ?

Je pense qu’elle est axée sur le physique.

Est-ce qu’ilm y a un message que vous voulez faire passer aux promoteurs du Monde entier ?

Il y a de supers boxeurs au Cameroun. Faites y un tour.

Quel est votre mot de la fin ?

Merci de nous accorder ENFIN votre précieux temps et un big up à Karim (Mfochive) pour tout ce qu’il fait ( j’ai encore une bosse à l’avant bras (il rit)