Connect with us

Reportages

De l’ambiance et de l’action au Extreme Fight For Heroes #6

Published

on

Crédit photo Philippe Jeulland Full Philippe Jeulland II

Samedi soir, la Maison des Sports et de la Jeunesse de Draguignan accueillait la sixième édition du Extreme Fight For Heroes. Sébastien Gueit et Patrick Iyakisadio n’avaient pas ménagé leurs efforts pour faire de cette soirée un vrai show pieds-poings. Et il faut bien admettre que les boxeurs présents ont clairement aidé au succès sans oublier la belle ambiance venue des tribunes. Il ne faut pas oublier l’élan de générosité envers les blessés de l’armée de terre puisqu’un chèque de 30000 euros a été remis à l’association qui leur vient en aide. La réussite est totale pour ce 6ème opus qui en appelle un 7ème. Entre surprise, engagement et KO, retour sur une soirée pas comme les autres.

Ketaieb – Jabri, LE choc de la soirée !

Ce combat a été d’un engagement total entre deux hommes connus pour être offensif et ils n’ont pas failli à leur réputation. Bien au contraire, Hakim Ketaieb et Karim Jabri se sont lancés dans un mano à mano intense voir débridé. Il fallait se faire front et c’est ce qu’ils ont fait, Jabri usant du low kick à souhait, Ketaieb redoutable en poing. Ce dernier a accepté le travail de sape pour pouvoir imposer sa boxe destructrice et variée. Et c’est dans la variation que le sociétaire de l’AJSR a fait la différence. En changeant de zone de frappe, tout en s’appuyant sur des combinaisons pieds-poings genoux, Hakim s’est détaché de Karim qui n’aura eût de cesse de travailler dans les jambes en oubliant un peu trop ses poings. Ces deux-là ont offert un match qui marque clairement cette fin d’année et de toute évidence, le public attend déjà une revanche, rien que pour le spectacle.

Bérichon et Ménereuilt, Fabra expéditif !

Il était écrit que Frédéric Bérichon, Cédric Ménereuilt et Quentin Fabra ne passeraient pas longtemps sur le ring. Le premier nommé était opposé à Abderrezaq Djaadane, un représentant de la Team Nasser Kacem. Dès les premiers échanges, Bérichon touche avec un crochet chirurgical. Compté, Abderrezaq repart au combat sans avoir récupérer. Il essuie une série conclue par un nouveau crochet qui mettra fin à la rencontre. Victoire en 1 round pour Frédéric Bérichon qui signe son deuxième KO à la 1ère reprise en l’espace de quelques semaines.

Pour Cédric Ménereuilt, la victoire a eût un goût de frustration. Touchant d’emblée en low kick son adversaire Jean Philippe Ghigo, il suit de nouveau avec une frappe dans les jambes qui obligera l’arbitre à compter et mettre fin au combat. Cédric n’était clairement pas satisfait de gagner de la sorte, son envie de montrer sa boxe était un des objectifs qu’il s’était fixé pour ce premier combat pro. Quentin Fabra n’a pas laissé traîné les choses face au hongrois Janos Gonczi, transfuge du pieds-poings qui a démontré de belles qualités au sol. Le français a rapidement compris qu’il ne fallait pas rester debout. Patiemment, il a tenté à plusieurs reprises de prendre l’ascendant avec différentes clés face à Janos qui s’en est sorti. Le marseillais a tout de même trouvé les failles de nouveau sur une clef qui a obligé son adversaire à taper. Fin du combat et belle victoire pour le français du Sambo Saint Pierre.

Le métier de Yazid Boussaha

Yazid Boussaha est un homme de défi, pas forcément respecté en tant que tel. C’est un nakmuay qui a fait ses preuves et qui mérite ce genre de programmation. Opposé au hongrois Mark Hegedius, le français a construit sa victoire patiemment, variant les techniques autorisées par le muay thai. Solide, Hegedius est resté dangereux avec ses frappes des deux mains ou ses low-kicks. Mais « Yaz » est resté le patron, rappelant avec des frappes puissantes (middle, low kick) qu’il n’était pas disposé à laisser filer le gain du match. Malgré les coudières à remettre, le débat a été clair et il y a eût beaucoup de respect entre les deux hommes. Victoire méthodique pour Yazid Boussaha qui prouve encore une fois que même dans une catégorie qui n’est pas la sienne, il est capable de remporté ce genre de challenge.

Duangyai Adisak, la belle surprise

On ne savait pas grand chose du thaïlandais Adisak Duangyai avant le combat qui l’opposait à Tarek Guermoudi. On en sait un peu plus désormais. Avec 250 victoires en 300 combats, ce nakmuay est un frappeur hors pair. Avec des middles version missile, un coup d’oeil aiguisé, un sens de la remise aussi précis qu’efficace et un timing parfait, le thaïlandais s’est montré intraitable face à un adversaire qui n’a pas réussi à entrer dans son match. Destructeur, Adisak a été patient et c’est sur un high kick dans la 4ème reprise qu’il va abréger la rencontre. Ce nakmuay est une belle surprise proposée par Sébastien Gueit qui entend le promouvoir en France. Le message est passé.

Fort comme Corentin Jallon !

Il fallait être fort face à l’italien Angelo Mirno et quand nous annonçons fort, nous pouvons le traduire par solide mentalement, physiquement mais aussi dans l’initiative. Et Corentin Jallon a été dans ce registre là pour aller arracher une victoire. Le travail en ligne vers lequel il s’est tourné était la bonne solution même si ce n’était pas simple pour le mettre en place. Angelo s’est montré redoutable en contre des deux mains et il fallait être solide à chaque impact. Corentin a été branlé à plusieurs reprises mais il est bel et bien celui qui a imprimé le rythme du match. C’est en toute logique qu’il s’est imposé dans cette rencontre qui mérite là aussi un re-match, toujours pour le plaisir du public.

Bignell et Torrent lancent comme il faut la soirée

Fabien Bignell et Alexandre Torrent s’affrontaient pour la 4ème fois et cela ne s’est pas vu durant les échanges. Boxant en premier chronologiquement parlant dans la carte principale, les deux s’en sont donnés à coeur joie durant les trois reprises. Les deux hommes ont beaucoup débité dans ce match, prenant à tour de rôle l’initiative avec un débit constant. C’est un score de parité qui est donné dans cette rencontre malgré un bon finish de Torrent.

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reportages

Glory : Mickael Palandre, se révèle et intègre le Top 10 !

Published

on

By

S’il y a un boxeur qui a marqué le Glory à Paris le week-end passé, c’est bien Mickael Palandre qui a donné bien des leçons en 3 rounds de 3 minutes. Bien sûr que Wlad Tuinov était le favori de cette rencontre mais il fallait être ignorant pour ne pas voir la possibilité d’une victoire en faveur du français. En même c’est un sport national chez nous que de « dézinguer » un boxeur là où la solidarité devrait être de mise autour de lui.

Palandre et sa team ont fait fi de tour pour répondre sur le ring, rien que sur le ring. Les rois du clavier n’ont pu que constater que « Mikk » n’était pas là par hasard. Par le passé il avait déjà battu des solides comme le russe. Gaëtan Dambo, Yazid Boussaha sont de ceux-là. Palandre a une qualité maîtresse dans sa panoplie de boxeur : un mental à toute épreuve. Cette force de caractère lui a servi tout au long du match qu’il a mal démarré.

Mais quel retour dans la deuxième reprise où ses frappes en zone basse et médiane ont été efficace sans oublier ses genoux. Malgré les missiles des deux mains de Tuinov, le pensionnaire du BT 42 a boxé en patron, imposant sa distance et son rythme ce qui n’était pas au goût de son rival qui s’énervait à la minute de repos. Palandre s’est transcender durant le match poussé par les siens, motivé à l’idée de gagner et gravir les échelons.

Le Glory l’a bien compris et l’a intégré dans le Top 10 des -70kg (il est classé challenger numéro 9). C’est une belle récompense qui plus est méritée pour le français qui voit que le travail porte ses fruits même si le plus dur reste à venir. Il a franchi un cap mais il y a encore du chemin à faire.

Mickael est nié entouré avec Irwyn Baltazar Dias qui sait se montrer patient. La leçon à retenir de ce que réalise Palandre actuellement est là : il faut construire et ne pas se précipiter en écoutant le chant des sirènes. Les faits donnent raison au duo et leur team qui n’ont pas fini de faire parler d’eux !

Continue Reading

Reportages

Doumbe, Meksen le règne sans partage !

Published

on

By

Crédit Photo : James Law, Glory Sports International Indéniablement, le règne est sans partage pour Cédric Doumbe comme pour Anissa Meksen. Ces deux-là sont au sommet de leur art et maîtrisent parfaitement leur sujet à tel point qu’il est devenu très difficile de leur trouver un challenger digne de ce nom.

Qui peut battre Cédric Doumbe ?

Après son impressionnant succès face à Alim Nabiyev au Glory 66, Cédric Doumbe a franchi un cap en entrant un peu plus dans la légende. Jamais un boxeur n’avait connu une ascension aussi fulgurante. Homme de caractère mais surtout homme de séduction, Cédric a su apprendre de ce qu’il fait pour pouvoir grandir. Il a repoussé tous les codes imaginables et ouvert une nouvelle voie aux combattants de la génération qui suit. Car plus que jamais, de la communication à son style devenu terriblement efficace (sur ses 5 derniers combats il en a remporté 4 avant la limite), il s’est métamorphosé pour devenir une machine de combat ultra-perfectionnée. Il maîtrise tout parfaitement et soigne chaque détail de ce qu’il entreprend ce qui impose une capacité d’analyse poussée à son paroxysme. Physiquement, mentalement il n’est plus le même homme et de toute évidence, même si le ring ne met pas à l’abri d’une surprise, il n’a pas de rival qui puisse le renverser actuellement. Cette situation force à l’interrogation. Quel peut être l’avenir de Cédric ? Il est à un stade où il a battu les meilleurs de sa catégorie. Il jouie désormais d’un statut à part avec cette ceinture des welters qui ne le quitte plus.

C’est un combattant phare du Glory qui génère une véritable interaction avec le public (samedi soir en l’espace de quelques minutes, il a réalisé un nombre conséquent de photos avec les fans sous le charme de celui qui allait devenir quintuple champion du Glory). Quoi qu’il en soit, l’avenir est doré pour Cédric Doumbe qui est bel et bien la grande star française dont le pieds-poings avait besoin.

La dimension Meksen

Pour Anissa Meksen les choses sont quelques peu différentes même si elle aussi affiche une maîtrise du ring inégalée à ce jour. Anissa a ouvert des portes en prenant la ceinture du Glory et en la conservant aussi longtemps. Après avoir battu tous ses challengers, elle se retrouve sans rivales à sa hauteur et la tâche est ardue de lui trouver des boxeuses dignes de ce nom et qu’elle n’a pas déjà battu. Sa plus grande force est sa détermination sans faille. C’est quelque chose que l’on voit souvent dans les autres disciplines sportives, un peu moins en pieds-poings où la carrière est plus accessible. Meksen se distingue en cela mais aussi de part son expérience (elle affiche 120 combats environ). Le Glory va devoir remuer ciel et terre pour lui trouver des challengers crédibles car elle a déjà battu tout le Monde. A 31 ans, Anissa est au sommet de son art et elle est partie pour durer. Les challenges n’ont jamais été un obstacle car après la savate boxe française, c’est en muay thai qu’elle s’est illustrée. Elle s’est essayée à la boxe où elle a pris le titre de championne de France, elle peut donc envisager sereinement son avenir. C’est une boxeuse incontournable du Glory, elle est même fer de lance des féminines. Meksen connaît bien les circuits et leur fonctionnement (elle a remporté le Enfusion et fait une finale au Kunlun Fight). Elle a apporté une nouvelle dimension à la boxe féminine et susciter bien des carrières. A chaque période sa championne même si de ce côté là, elle réalise ce que personne ou peu avait réalisé avant.

La difficile mission du Glory

Le Glory va devoir faire des efforts colossaux pour dynamiser ces catégories pour les rendre toujours plus attractive et sortir des combats comme ceux de samedi soir. La concurrence est rude avec le One Championship, l’Enfusion etc…. même si certaines de ces organisations n’ont pas les moyens du circuit de Pierre Andurand, elles agissent de plus en plus avec des contrats pour conserver leurs boxeurs. La difficile mission du Glory est de recruter des boxeurs les faire évoluer rapidement pour en faire des challengers crédibles et capables de battre des champions tels que Cédric Doumbe et Anissa Meksen. Et pour l’instant, nous ne sommes pas loin du mission impossible !

Continue Reading

Evénements

juillet 2019
Aucun événement trouvé !

Best