Collision 2 : La frustration de Verhoeven, la détresse d’Hari !

Ils étaient 32.000 fans à attendre ce re-match entre Badr Hari le challenger et Rico Verhoeven le champion des lourds. Et personne mais alors personne ne pourra se plaindre de ce match, véritable tragédie en trois actes où les rebondissements ont été légion. Que dire de ce Collision qui nous a ramené à la grande époque du K-1 World Grand Prix et ses joutes magistrales chez les hommes forts. Ce soir, le kickboxing (ndlr : pieds-poings) a fait vibrer toute la planète avec un deuxième opus exceptionnel.

Après 3 années sans combattre, les questions étaient nombreuses autour de Badr Hari. Allait-il tenir la distance ? Allait-il pouvoir rivaliser avec Rico Verhoeven ? Son âge lui porterait-il préjudice ? Il a balayé tout cela en 2 décomptes : un sur crochet dans la première, un sur high kick dans la troisième. Le marocain a été sublime et a offert un match référence. Rico Verhoeven en revanche a été pris de vitesse sur ses 2 décomptes même si finalement, en s’appliquant, il s’est octroyé la deuxième reprise. Seulement, le ring a choisi sa fin. Une fin terrible, tragique pour le marocain en pleure. Sa cheville a lâché (vraisemblablement sur le coup de pied retourné) et il s’est retrouvé dans l’incapacité de poursuivre le combat. C’est terrible, affreux même d’être privé d’une fin combat de la sorte. Ni les mots de Rico, ni le réconfort apporter par son staff n’ont pu consoler celui qui a démontré combien le ring comptait pour lui. C’est une véritable détresse qui s’est abattu sur les épaules de Badr Hari qui peut tout de même prétendre à un 3ème match.

De son côté, même s’il a eût de belles paroles, même s’il a tenu à rappeler que personne peut dire qu’il aurait perdu malgré les 2 knock-downs, Rico Verhoeven a laissé transparaitre une certaine frustration de finir de la sorte. Il a reconnu avoir été surpris par la vitesse de Badr et a réclamé une unité entre les pros Rico et les pros Badr. Néanmoins, c’est un succès amer pour lui, succès qui ne doit pas effacer l’impact que va avoir un tel combat sur la planète pieds-poings. Rico Verhoeven reste le champion du Glory et c’est cela que l’histoire retiendra.


L’effet poids lourds

Il suffit de parler des lourds pour déclencher l’hystérie. Ce fût le cas à tel point qu’un important service d’ordre avait été disposé dans la ville d’Arnhem. L’ambiance fût folle, chauffée à blanc mais finalement contenu. Les +95kg ont cette faculté à déclencher un lot de sensations fortes qu’aucune autre catégorie pourrait avoir. Comme toujours avec ce genre de main event, il y aura un impact considérable pour la suite mais indéniablement, le Glory a fait le tri autour de lui, plaçant ses concurrents, loin, très loin de lui, tout ça avec un seul combat !


Quel match intense mais surtout quelle affiche. C’est une confrontation qui a relancé la division reine et bien plus. Le pari pouvait paraître osé mais finalement il a été savamment maitrisé pour faire de ce Collision 2 une date phare dans l’histoire du kickboxing mondial. Il a même réveillé une certaine nostalgie des années 90 où les poids lourds régnaient sans partage sous l’impulsion des Peter Aerts, Ernesto Hoost et autre Jérôme Le Banner.  De quoi voir l’avenir sereinement et rêver d’une affiche du même calibre en France.

Author: Admin