A Nabil Mazari

Lyon accueillait pour la deuxième fois hier soir le Glory. Le 60ème opus n’a pas réussi aux français qui ont connu essentiellement des revers et il fallait attendre le main event pour vois l’étendu du made in french en matière de pieds-poings. Cédric Doumbe et Jimmy Vienot ont enflammé le palais des sports de Gerland dans un match où l’engagement était un mot maître. Il faut bien admettre que le public attendait ces instants forts après avoir vécu une soirée oscillant entre les instants forts de la carte préliminaire et les victoires expéditives qui ont plombé clairement l’ambiance d’une salle qui ne demandait qu’a briller.

Doumbe diplômé ES de gestion !

Cédric Doumbe est un de nos plus beaux représentants au Glory, il faut apprécier cela. Dans l’affiche inattendue qui l’opposait à Jimmy Vienot a démontré à quel point son sens de la gestion du combat. Après une entrée digne du showman qu’il est, Cédric Doumbe a rapidement fait preuve de réalisme en infligeant un premier knock down à Jimmy avec ses crochets larges, très larges, qui arrivent sans que l’on puisse réagir. Jimmy, piqué dans son orgueil va d’abord répliquer avec la même arme avant de secouer Doumbe avec un genoux en contre. Le ton est donné ! « Doumced » a bien compris le danger. Vienot ne lâchera rien. Doumbe décide donc de laisser venir acceptant de prendre des coups, composant avec les esquives fantastiques de son opposant galvanisé par le public entièrement acquis à sa cause. Cédric est un champion, Jimmy en est un également ! Le match est débridé voir fou car la folie s’est emparer du ring. Jimmy chambre, projète se fait sermoner. Doumbe fait de même ! La stratégie est lancée et finalement le dénouement se fait dans l’ultime reprise. Avec un point négatif et un décompte, les affaires de Vienot sont compliqués d’autant que Doumbe « les envoie grave » ! Après une dernière reprise où jusqu’au bout Cédric a brouillé les cartes pour placer ses poings, il s’impose aux points dans un match qui aura eût le mérite de faire chavirer Gerland.

Jimmy Vienot, sans complexe

Jimmy est un seigneur. C’est un boxeur qui ne doute et ceux qui l’ont vu prendre une leçon en sont restés quittes pour revoir leur copie en matière de pronostique. Non seulement Jimmy a bousculé le roi mais il est reparti en tant que champion du peuple, un titre qui ne s’acquiert qu’au prix de sacrifices comme celui de la générosité. Vienot n’est pas venu tenir la distance, il est venu se battre en homme avec les codes imposer par le ring, sans se dérober devant ses obligations de boxeurs. Bravo et merci à lui car avec cette prestation il confirme pouvoir rivaliser avec les meilleurs de sa catégorie en K-1. Il est impensable que le Glory ne se tourne pas vers lui pour l’avenir car le futur ce sera avec lui dans ces règles comme en boxe thaïlandaise. Clairement, hier soir une star est née !

Ezbiri et Palandre sauvent l’honneur

A chacun sa stratégie ! Car il ne faut pas se mentir, à ce niveau Abdellah Ezbiri et Mickael Palandre avaient préparé les échéances comme il se doit. Ezbiri tout d’abord pouvait s’appuyer sur le sens aigu de son stratège de frère pour trouver le game plan adéquat face à Victor Pinto. Le retourné au corps a été décisif et il n’en a fallu qu’un pour permettre au lyonnais d’abréger la rencontre rapidement. L’honneur dans cette confrontation a pris tout son sens avec Abdellah. Vaincu par KO lors de son dernier combat au Glory, il fallait revenir avec un KO histoire de laver l’affronter de ce revers qui ne démontrait le réel niveau du concerné. Le contexte était différent pour Mickael Palandre en plein essor. Lui aussi a laissé venir pour mieux contrer et faire mal même si son adversaire sera contraint à l’abandon (épaule démise). Palandre était déterminé comme jamais et a bien expliqué par la suite que la victoire ne pouvait pas lui échapper. La détermination était le mot clef de ce combat comme celui d’Abdellah Ezbiri qui comme Palandre ne voyait qu’une issue : la victoire !

Guerric Billet enflamme la carte préliminaire

Guerric Billet a marqué dans tous les sens le public présent dans une carte préliminaire qui n’avait rien à envier au reste de la soirée, le sociétaire du Full Fc Creusotin a enflammé avec une boxe proche de la perfection. Rappelons qu’il disputait son premier combat pro hier soir ! C’est un détail qui a son importance et qui ne s’est pas vu tant sa maîtrise du ring a bluffé son monde. Avec Hafed Romdhane, ils ont livré le match de la soirée titre qui aurait pu être pris par Saïd Ahamada et Geoffrey Vivies qui ont offert une véritable guerre des tranchées. Saïd a réussi imposé une épreuve de force qui a pris tout son sens dans cette affrontement. Cette première partie de soirée a lancé comme il se doit ce 60ème opus du Glory qui n’a pas réussi aux français par la suite. Il faut ajouter l’intelligence de Mehdi Kada qui a laissé passer l’orage avant de trouver la faille et s’y engouffrer, le fighting spirit de Yoann Mermoux qui a boxé en patron sans jamais sortir du schéma tactique prévu. Coup de chapeau à Victor Bordage courageux à souhait malgré la défaite face à un thaïlandais usant des jambes comme jamais.

Time line de la soirée

 

Publicités