Aix Fight Tour Niglo : le pari réussi d’Anthony Perrin !

Indéniablement, le 28 octobre c'est à Aix en Provence que les choses se passaient pour les passionnés de confrontations musclées. Difficile ce jour-là de se faire une place aux côtés du Glory et pourtant ! C'est un pari réussi !

Indéniablement, le 28 octobre c’est à Aix en Provence que les choses se passaient pour les passionnés de confrontations musclées. Difficile ce jour-là de se faire une place aux côtés du Glory et pourtant ! C’est un pari réussi !

Galerie photo par Pierre Roussey

Pour Anthony Perrin tout d’abord qui a encore su offrir une carte équilibrée et généreuse pour le plaisir de tous. Le promoteur de l’événement, bien épaulé par Xavier Vacaris, homme de l’ombre. La soirée a été un véritable spectacle de la première à la dernière seconde. Avec 9 fins prématurées sur les 14 combats prévus, le public en a eût pour son argent. Le défi d’offrir une carte aussi large était osé mais force est de constater que Perrin est passé maître en la matière puisque l’événement a pris à 23h30. Chauffé à blanc par Jp Arthur, l’enceinte a découvert le pieds-poings avec la manière.

Des KO, des TKO !

Le KO a été au rendez-vous sur le ring du complexe Louison Bobet. Et il serait bien difficile de départager Samuel Toscano et Karim Jabri tant ces deux-là nous ont gratifié de gestes magnifiques (coude retourné avec impulsion sur les cordes pour le premier nommé, un back fist pour le second). Les techniques ont autant surpris qu’elles ont été efficace. Que dire du coup de genoux chirurgicales de Frédéric Bérichon ; du grand art. Quand la précision confine à la réminiscence ! Frédéric a soigné son retour de la meilleur des façons. S’il n’a pas signé de KO Thomas Fadel a lancé sa carrière comme il se doit, infligeant plusieurs décomptes à son adversaires, courageux à souhait. Thibault Arias a poussé son opposant du jour à l’abandon. Comment ? Avec des middles de bûcheron qui ont attesté de la grande forme du marseillais.

Giovanni Gross I.M.P.R.E.S.S.I.O.N.N.A.N.T

Giovanni Gross voulait cette victoire et cela s’est vu. quelle puissance affichée, quelle détermination mais surtout quelle précision. Il n’avait pas le premier venu mais rien n’y a fait. Le français était intraitable et motivé comme jamais.  L’explication est venue après le match : Tarik Totts avait annoncé faire un combat de réglage face à Gross avant une échéance titre mondiale en jeu. C’est une déclaration qui n’a pas été du pout du goût de Giovanni qui a « puni » son rival par la suite.

Pancrace : Team Sorel –  Sambo Saint Pierre, 1 – 1

Le pancrace aussi a offert son lot de sensations fortes. Frédéric Lefevre a fait mouche rapidement avec ses points alors que Quentin Fabra a fait parler son expérience du sol en soumettant son adversaire. Il marquait un point pour le Sambo Saint Pierre. Malek Ghrib a marqué celui de la Team Sorel en soumettant son opposant dans un combat où tout est allé très vite. Indéniablement, les 6 hommes ont fait honneur à leur discipline.

De l’intelligence et du style et de la douleur

Yannis Karabournalis a passé son baptème du feu victorieusement mais dans la douleur car ce combat n’a pas été simple à mener. Yannis a su construire et faire mal à plusieurs reprises malgré un bon finish de son opposant. Arthur Serodes a été intelligent face à la boxe chirurgicale de Bastien Nigues. Ce dernier a fait mouche avec ses genoux mais c’était sans compter sur le sens du combat de son opposant qui a su s’adapter pour mieux s’imposer. Fanny Foures avait bien démarré sa rencontre mais face à elle, Furo Virag (Hongrie) une stratège qui a su imposer sa puissance et s’adjuger le gain de la rencontre. Pour Fanny, c’est un match dont elle apprendra. La malheur de la soirée s’est abattu sur Hichem Medoukali qui est sorti avec le bras cassé malgré un bon départ. Le ring est impitoyable ! L’ouverture a été assuré par Antoine Rethore et Binyamin Akaroum et si le premier s’est imposé le second a démontré beaucoup de panache avec pour résultat un combat spectaculaire qui lançait comme il faut l’événement.

Un bilan optimale pour cette première édition

Salle comble, combats engagés, timing serré tout a été fait pour que cela comme il faut. Il est difficile de croire qu’il n’y aura pas un deuxième opus car le bilan est optimale et les souvenirs autour du show, marquant.