Connect with us

Reportages

Abdallah Mabel : la magie a opéré !

Published

on

Pas simple ! Jamais simple un retour devant les siens ! Encore moins quand on s’appelle John Abdallah Mabel. Ce samedi 16 décembre, il avait de nouveau rendez-vous avec son public de Saint Fons qui a su l’accueillir dans une ambiance de feu. Le public a d’ailleurs joué un rôle essentiel dans le succès de cette Nuit Des Challenges qui a brillé comme il se doit. Pas un match n’a manqué de piquant ou de sensations. Il y a eu des temps fort comme ce coup de coude génial de Yassine Hamlaoui ou le match furieusement engagé d’Antar Kacem. Si la première génération a tenu son rang, celle à venir a démontré combien son talent était-là. Avec Jean Paul Demarcq, speaker au grand coeur, l’événement de Nasser Kacem a conclu l’année comme il se doit.

Album photo par Julien Strai

 

Mabel, la panthère est toujours-là

Face au solide bulgare Hristo Hristov, Abdallah Mabel a d’abord du reprendre ses marques. Dans ce combat, son expérience a fait la différence, son sens du timing. « Abdou » a construit patiemment avant de sortir progressivement ses fameux genoux sautés. Si le manque de ring s’est parfois fait sentir, Mabel a aussi fait preuve de patience ; sans se précipiter, il a répondu à chaque attaque, montant progressivement en régime. De cette confrontation, il faudra retenir la sagesse dont a fait preuve le sociétaire de la Team Nasser Kacem. La magie a opéré même si Abdallah Mabel sait qu’il lui faudra encore travailler à la salle pour retrouver son meilleur niveau. En est-il capable ? Oui et même deux fois oui ! L’homme a faim de combat et dans ses gestes, on a bien senti par moment cette boxe d’instinct qui lui avait permis de conquérir tant de ring à travers le Monde. Une chose est sure : Abdou is back !

Antar Kacem vs Nicolas Vega : LE match qu’il fallait voir

Si vous aimez le rugueux, le généreux, le piquant alors c’est ce match-là qu’il fallait voir. Antar Kacem affrontait l’argentin Nicolas Vega et quand nous parlons d’argentin, nous parlons d’un homme qui vit pas loin de Buenos Aires. Solide comme un gaucho de la pampa, il a fallu au moins ça à Garcia pour résister aux charges redoutables du français. Plus grand, ce dernier a utilisé à merveille son allonge et son sens tactique, sans oublier son travail des deux mains. Dis comme ça, la rencontre pourrait paraître facile pour Antar : elle ne le fut pas. Jamais l’argentin n’a abdiqué loin de là. Il est resté dangereux jusqu’au bout, revenant sans cesse à la charge ce qui adonné la physionomie à ce match où finalement tout pouvait basculer. Car lui aussi a été solide des deux mains. Kacem a sorti le match qu’il fallait, sans jamais paniquer. Stoïque, il l’a été comme il faut ce qui nous amène à penser que ce jeune-là va aller loin. Méthodique et intelligent, Antar va faire parler de lui.

La leçon de boxe de Yuksel Ayaydin

Qui a dit que les poids lourds ne sont que puissance. Pas YukselAyaydin  ! Opposé au gigantesque serbe Mihajlo Kecocevic, « Yuks » a offert un match technique à souhait. Esquive du buste, remise des deux mains, variations dans les zones de travail, c’était du grand art. Pourtant, Kecocevic était adroit avec ses genoux (à une seule reprise il a trouvé le menton de son opposant qui a encaissé sans bronché) sur lequel il ne s’est pas appuyé. Ayaydin a fait preuve d’une maîtrise du rythme qui était la clef de ce match. Pour un retour, ce n’était pas simple et pourtant son match, il l’a géré à merveille. Yuksel Ayaydin confirme qu’il est un des poids lourd les plus technique du circuit, une qualité qui doit plus que jamais lui ouvrir les portes des grands événements.

Yohan Lidon était clairement un homme à tout faire durant l’événement. Avant, pendant et après, le bûcheron a mis la main à la pâte. Néanmoins, il a pris le temps de poser avec trois fans qui ont fait plus de 1400 kilomètres pour venir à sa rencontre. Cela méritait bien un coup de chapeau pour ces trois passionnés tout d’abord qui ont économiser pour rencontrer le champion et pour Yohan qui a su se montrer généreux, une fois de plus !

Yassine Hamlaoui atomise Wittaya !

Dans les chocs franco-thaïlandais, Yassine Hamlaoui est le seul a s’être imposé. Yassine s’est montré intraitable durant toute la rencontre. Après avoir infligé un premier décompte à Wittaya Duangsawang, c’est sur un coup de coude retourné qu’il abrège le match, arrachant un cri à toutes les personnes présentes dans le palais des sports de Saint Fons. Plus que jamais Yassine mérite son surnom de la tornade ! Concentré à souhait, il ne s’est jamais laissé débordé, imposant sa puissance et sa fougue contre lesquelles le thaïlandais n’a rien pu faire.

 

Rayan et Abdel Nour ont eux eût deux adversaires bien différent. Opposé respectivement à Phetkaikeo et Jojob, les deux hommes se sont inclinés. La décision a été dure à avaler pour Mekki qui a été le plus entreprenant dans ce match malgré de belles répliques adverses. Le français a imposé son allonge et son travail solide mais ça n’a pas payé. Pour Abdel Nour, les choses sont différentes ; il est tombé sur un stratège hors pair qui est monté en puissance au fil des rounds malgré une certain nonchalance. Le français n’a pas à rougir de ce revers dont il apprendra.

Brandon Viera, bouillant à souhait

Dans ce combat, le premier face à face avait été tendu, Tam Mac Court provoquant pour le coup un Viera chez lui. Les choses se sont réglées sur le ring. après un bon départ de l’écossais, le français a pressé constamment, encore et encore, étouffant son adversaire avec un débit constant. Ce game plan était le bon ! En acculant son opposant dos au corde  sur un rythme endiablé, Viera démontrait quel physique il avait. De bon augure pour la suite !

Burns s’impose, Hamech s’incline

On n’en savait pas beaucoup sur le tahitien Henri Burns. On sait désormais qu’il est doué du low kick et qu’il aime aller « au contact ». Face à Steve Magniez qui ne s’est jamais libéré, Henri a fait simple et efficace, construisant son succès au fil des minutes sans se précipiter. Islem Hamech affrontait le russe Alaverdi Ramazanov. La rencontre fût assez équilibrée même si le russe a été l’auteur d’un début de match plus offensif que son adversaire qui a fait un beau finish. Une revanche s’impose clairement !

Continue Reading
Advertisement

Reportages

Panda Master Tour : une belle fête du pieds-poings

Published

on

By

De nombreuses photos ici

Crédit photo : Xavier David Durant 2 jours, la ligue Rhône Alpes Auvergne a proposé la première édition du Panda Master Tour, une compétition entièrement dédiée aux pieds-poings version light contact. Pas moins de 850 compétiteurs ont participé à cette grande fête du sport. Car ce fut une fête où une majorité d’enfants et un nombre conséquent d’adultes sont venus se tester ou dépasser leurs limites. Chef d’orchestre du projet, Steven Denizot a proposé une organisation de main de maître avec un timing parfait et un sens aigu de l’organisation..

L’événement a été soutenu par de nombreux champions : Chafia Djouahra, Guerric Billet, Abdellah Ezbiri ont tenu leur rôle (respectivement juge-arbitre et coach). Leur présence symbolise une véritable transmission auprès des plus jeunes. Chacun a joué son rôle durant ces deux jours et ces soutiens de poids ont donné une dimension supplémentaire au Panda Master.

Une semaine après leur combat au Glory de Lyon, Abdellah Ezbiri et Guerric Billet ont pu constater la notoriété qui est la leur. Les deux hommes ont été sollicité à de nombreuses reprises en signant des autographes et en réalisant des selfies.

Au-delà de l’esprit convivial qui a régné durant la compétition, il faut noter le niveau des compétiteurs. On y a vu beaucoup de beaux gestes et des panels techniques assez large que ce soit chez les enfants ou les adultes. Cela démontre à quel point le travail dans les salles est bon. Il y a un vrai nivellement vers le haut, ce qui laisse entrevoir une certaine sérénité quant à l’évolution de ces champions en devenir même si tous n’aspirent pas à la même chose.

A l’origine du projet, Nabil Mazari a pu mesurer l’impact du Panda Master Tour dans le paysage pieds-poings français. Le succès de cette première édition en appelle une deuxième avec une bonne base pour construire l’avenir.

Le Panda Master Tour a permis de sortir le pieds-poings hors des salles de boxe. On a pu croiser des loisirs franchissant le cap de l’épreuve sportive pour se tester ou encore repousser ses limites. Ce concept a permis de faire émerger des ambitions et démontré au passage que l’on peut pratiquer en toute quiétude sans crainte de blessure grave . Venu soutenir cette initiative, Christian Robert, vice président de la FFKMDA s’est dit satisfait de voir cette évolution.

Le mot qui résumé ces deux jours ? Passion ! Celle des pratiquants repartis riches d’une nouvelle expérience. Celle des coachs qui ont su apprendre à leurs compétiteurs la prise de plaisir. Celle des parents venus soutenir dans le plus grand respect leurs enfants, amis, cousins etc…Celle du corps arbitral qui a joué pleinement son rôle d’éducateur en matière de règle. Celle de tous les bénévoles qui ont contribué avant et pendant au PMT sans compter les efforts. Et enfin celle du docteur Abdelhamid Saidi qui a pu constater que les « bobos » habituels que peut engendrer un tel événement. Le docteur a encore une fois su rassurer et insuffler la confiance nécessaire pour mieux rebondir. Le rendez-vous est déjà pris pour le Panda Master Tour 2 !

Continue Reading

Reportages

J+7 : Nait Slimani, un retour appliqué !

Published

on

By

Les temps forts n’ont pas manqué lors de cette 14ème édition du World GBC. L’édition soigneusement orchestrée par David Blanc et Bruce Codron a tenu toutes ses promesses et même au-delà dans une ambiance fantastique. Eddy Nait Slimani, héros de tout un peuple a soigné son retour, Luc Genieys y a franchi un cap, Nasser Boungab s’est révélé. Retour sur les temps forts de cette édition haute en action et en spectacle.

Eddy Nait Slimani soigne son retour

Rien n’a été facile dans ce combat face à Yvan Naccari. Eddy Nait Slimani n’a pas eût la partie facile même si sa victoire ne souffre d’aucune ambiguïté. L’italien est un expérimenté du ring qui a obligé E.N.S a rapidement retrouver ses marques et son spécial, le retourné-sauté qui a définitivement conquis le public mais était-ce nécessaire. L’audience lui était acquise et ses fans ont su poussé. Eddy a affiché la même décontraction avec néanmoins une application plus stricte des consignes. Cette victoire est clairement de bonne fracture avant un duel de haute volée face à Sergei Kuliaba à la Nuit Des Champions le 16 novembre prochain à Marseille.


Luc Genieys est sans aucun doute le boxeur qui a le plus marqué ce 14ème opus du World GBC Tour. Dans cette revanche accordée à Mathis Djanoyan, il a été appliqué et efficace. Son sens du timing s’est révélé déterminant dans ce combat où tout a basculé sur un splendide retourné au corps. Luc a franchi un cap de plus en démontrant qu’en plus de savoir boxer, il savait aussi frapper. Ce qui va compliquer un peu plus encore les affaires de ses prochains adversaires.


Nasser Boungab (AJSR) poursuit sur sa lancée. Auteur d’une dernière saison fantastique chez les amateurs avec un doublé championnat de France K-1 et muay thai, il avait passé son baptème du feu chez les pros avec une victoire en septembre dernier au Battle of Saint Raphaël. Cette fois, il a remporté la Bruce Codron Talent Cup en gréant parfaitement ses combats. Efficace face à Eddy Fedal notamment avec son back fist, il l’a également été en finale en infligeant deux décomptes au pourtant très solide Mathan Choinard (Gym Yaz). Boungab s’est très vite adapté au format pro et il va retrouver Mathieu Codron pour un combat revanche au 10 DEAL Event 2.


Mathan Choinard a réalisé un bon tournoi. Sa demi-finale face à Mathieu Codron a séduit un public pourtant acquis à la cause de son opposant. Dans ce combat, il a su imposer sa boxe très aggressive.


Des superfights à la hauteur étaient à l’affiche. Anthony Valverde a affiché une boxe plus posée, un style plus mature face au très solide Nemov Erdjanik. Valverde s’est appliqué à presser son adversaire constamment, en touchant durement avec ses genoux. Anthony a dû composer avec le mental à toute épreuve de Nemov, joker de dernière minute. Pour le français, la saison est lancée comme il se doit avant deux échéances importantes. Emma Gongora a elle aussi bien débuté l’épisode 2019 – 2020 face à Delphine Guénon. La marseillaise n’a pas eût pour autant la partie facile, Delphine usant allègrement du low kick. C’est une coupure qui a mis fin au débat prématurément, imposant finalement une revanche entre les deux boxeurs. Opposé à l’espagnol Julian Arias, Yoann Ha Van n’a pas pu imposer son allonge face à un adversaire intraitable à mi-distance. Yoann a sorti quelques gestes de classe mais de la bouche même de ce dernier, il est passé à côté de son match.


Le bilan du World GBC Tour 14 est bon. Que ce soit dans l’aspect sportif des choses ou dans l’aspect show, tout a été fait pour que le public en redemande. Et le rendez-vous est déjà pris pour la 20ème édition du Gym Boxe Challenge devenu World GBC Tour.


Continue Reading

Evénements

Aucun événement trouvé !

Best